Ma cabane au Canada...Ma canne à mouche au Canada

 

 

                         Colombie britannique, Mecque de la pêche de la truite à la mouche sèche!?


                                                                                                                         Fernie 7 au 17 septembre 2009

                                                                                                              
                                                                                                                    Sympa la plaque minéralogique,non??

C'est au retour de mon séjour en Laponie Suédoise en 2008 que j'avais demandé à Sylvain, guide de pêche rencontré sur place, de me conseiller une destination où je pourrais pêcher, en sèche exclusivement , des truites et non plus que des ombres dont j'avais attrapé une indigestion et qu'il m'avait alors incité à découvrir en Colombie Britannique, région côtière ouest du Canada, la petite ville de Fernie (station de ski , altitude 1000m) située au sud est en pleines Montagnes rocheuses à 3h30 au sud de Calgary et à l'est de Vancouver, à la latitude 49°30 correspondant à celle du Havre, où il guidait sur les rivières des environs depuis peu !

                                              

                                              

Dont acte, rendez vous pris en cours d'année pour la période du 7 au 17 septembre 2009 alors que les touristes américains qui affluent en aôut sont repartis au boulot et que la saison qui tire sur sa fin reste encore belle et très intéressante!

Pour 4 pêcheurs prévus, j'avais réussi à embarquer avec moi dans l'aventure Jean Pierre, un copain comme moi archisécheur exclusif, pharmacien en Haute Loire et Sylvain compléta en fait l'équipe avec non pas 2 mais trois "copains Bretons sympas"..donc 5 au total....à priori pas de problème..pour écumer sous son aile les rivières du coin:
L'Elk River , la "reine" large et longue qui coule Nord au sud en traversant Fernie, à l'ouest la Bull River , à l'est la Michel creek plus étroites et au sud la Wigwam River,fameux torrent de montagne encaissé au fond de gorges profondes à ne pas parcourir seul car extrèmement "sauvages"....plus loin à l'est en Alberta la Crowsnest River et au nord la Oldman River

          
                                                                 

En préambule: les détails pratiques:

Le voyagiste avec lequel travaille Sylvain est Planet Fly Fishing qui a envoyé par mel tous détails pratiques utiles sur le pays et le voyage en temps voulu.

le séjour: en janvier à l'inscription a été versé un acompte de 1380 euros, le solde en aout de 1471 euros soit 2851 de coùt total par personne (dont 76 d'assurance) pour
*10 nuits en demi pension, la location à Calgary d'un monospace 7 places pour pour rejoindre Fernie pour la durée du séjour, 8 jour forfaitaires (et non les 9 nécessaires comme annoncé) de licences de pêche, 8 jours1/2 de "guidage" par Sylvain en plus de son "'assistance" en matière de formalités...., le "guidage" (et "ramage") par des guides locaux qui nous feront pêcher en descendant la rivière deux jours en bateau (3 bateaux pour nous 6), prestation remarquable, plus une journée de guidage "wading" obtenue in extrémis par Sylvain sur la très convoitée rivière Wigwam...!

Le voyage: Sur les conseils de Sylvain, j'avais pris moi même dès décembre et payé les billets d'avion aller retour Paris Calgary pour Jean Pierre et moi même: 1551,16 euros, assurance annulation comprise pour deux, soit 775,68 euros par personne,

total de l'investissement par personne 3626,68 euros auxquels

il faudra rajouter
* le trajet pour rejoindre l'aéroport de Roissy, les repas du soir qui peuvent être préparés par nous mêmes dans la cuisine du lodge et pris sur place, le carburant pour la voiture de location, une journée de licence de pêche à 42 dollars pour le 9 ème jour ou à 58 dollars pour pêcher en Alberta de 2 à 5 jours en option, et les pourboires aux guides locaux (50 dollars par bateau, soit 25 par personne) car là bas si tous les prix sont affichés "hors taxe"et qu'il faut donc leur rajouter 15% , le "pourboire" de 10% non compris est de rigueur partout comme dans les bistrots et restaus!......

en arrondissant à 4000 euros au total....on n'est pas loin de la vérité assez "douloureuse" finalement !!

*La carte bleue est acceptée par les commerçants et les distributeurs

*Le dollar Canadien est à 0,65 euros, donc 100 dollars = 65 euros, 1 euro = 1,54 dollar , 100 euro =154 dollars (la banque vous change 100 euros pour 150 dollars ).

*Les prix,
sauf pour l'alcool très cher, et certains aliments, sont dans la plupart des cas nettement inférieurs aux nôtres et le matériel de pêche tout comme l'essence par exemple sont affichés en dollars "grosso modo" aux mêmes chiffres que chez nous en euros: essence 0,94 dollars pour plus d'1 euro en France, waders Simms 400 dollars taxes comprises pour plus de 400 euros en France..., pareil pour les cannes Sage, les moulinets....

Enfin: les prises électriques avec une "terre" ronde et deux fiches plates nécessitent un adaptateur, le courant fourni est en 110 mais nos chargeurs s'en débrouillent...en prenant le temps..alors que le téléphone sort avec le 011 33 suivi du numéro sans le 0, mais rentre simplement avec le +33, et le décalage horaire est de -8h

Mention spéciale aux ours présents partout même dans la ville de Fernie la nuit où les poubelles sont conçues spécialement pour les dissuader de venir les visiter, et les guides sont tous équipés d'une bombe lacrymogère efficace à plusieurs mètres..mais s'ils en rencontrent souvent au bord de l'eau, il semble n'y avoir jamais eu d'accident...nous n'en verrons pas mais y penserons souvent..!

                                    

Bon, on y va??

*********************

Lundi 7 septembre: le voyage

4 heures de TGV depuis chez moi pour arriver au terminal 2 de Roissy à 15 heures et je retrouve Sylvain au terminal 3 ,

                                                                         

puis arrive Jean Pierre et bientôt les 3 copains "quadras" bretons, olivier dit Olive, "le gaucher", commercial en "grande surface" comme son acolyte Fred "le brun" plus expansif en matière de.... volume et de communication et "Jean le blond" leur comparse, imprimeur de son état, mais qui sait manifestement s'exprimer autrement que par écrit..et ne s'en prive pas....

                                                                                                                  

.nous apprenons ainsi que tous trois sont très "novices" dans la pêche à la mouche, Fred en particulier est titulaire d'une expérience de...deux jours ....ses compagnons de deux années mises à profit pour déjà aller traquer les poissons dans plusieurs pays lointains dont la Laponie bien au delà du cercle polaire...alors qu'ils n'ont fréquenté aucune des rivières Françaises que j'ai écumées depuis des décennies avant d'aller voir "ailleurs" sur le tard depuis quelques années seulement, tout comme Jean Pierre pourtant de leur génération..... mais pas de la même planète pêche qu'ils parcourent , eux, tous azimuts et  "toutes techniques"...: sèche mais aussi nymphe et streamer, voire carnassiers!Chacun son "truc"

Il faut tuer le temps jusqu'à 20h30 heure du décollage, après l'enregistrement et la douane, et on passe un moment à discuter devant un rafraîchissement puis......Sylvain s'intéressera longuement à......la beauté de l'environnement......mais les meilleures choses ont une fin

                                                                                       

et "les voyageurs pour Calgary sont priés de se rendre à l'embarquement"...dont acte..l'airbus A330 d'air transat n'est pas plein et un stewart sympa nous invite Jean Pierre et moi même à aller investir vers l'avant les3 sièges libres de la rangée centrale pour y prendre nos aises et nous laissons Sylvain seul maître des 3 sièges de la rangée que nous lui abandonnons...il pourra s'installer confortablement en s'allongeant et rêver...à l'environnement....Nos trois Bretons occupent une rangée latérale bien décidés à cotoyer Morphée au plus près!!

                                                                                             

Le voyage de 7000km vers l'ouest s'effectuera en 9 heures de nuit , et le décalage horaire étant de 8 heures nous atterrirons après une nuit plus ou moins insomniaque...étalons plus ou moins fringants, vers 21h30 à Calgary..ce même lundi 7!! (pour ceux qui ont la comprenote difficile la lumière leur viendra de cette lanterne à allumer d'un seul clic!)

                                                                               

Nous chercherons longuement , très longuement, avec Jean, au volant de la monospace 7 places qui nous attendait, et Sylvain comme "navigateur"....l'hôtel Holiday Inn .....fasse le ciel que Saint Sylvain, le Patron des pauvres pêcheurs que nous sommes, nous guide plus efficacement vers le bord des rivières demain que ce soir vers le bord de notre lit où nous poursuivrons cette première longue nuit de 18 heures....jusqu'au copieux petit déjeuner du

mardi 8 au matin avant de prendre la route pour les 4 heures qui nous conduiront à Fernie, notre destination!Au volant, Jean toujours, volontaire pour remplacer Sylvain qui comme moi déteste conduire, et qui conduira tout le séjour calmement en respectant prudemment la vitesse maxi de 100km/h!


                           La route est large, la circulation assez réduite...l'impression d'espace est immédiatedans un paysage assez plat au départ avec un horizon à l'infini .

                                           

.               .une ferme ça et là, parfois un forage de pétrole en mouvement permanent , un élevage de bisons ou de vaches....avant l'apparition de la chaine des rocheuses

                                             

                                                                                                          et la découverte des premières rivières

                                            

                                                                                                              avant l'arrivée à Ferrnie à 12h30

                                            

                                                                                                   et prise possession de notre Lodge attenant au Fly Shop

                                              

Alors que Sylvain occupe les "appartements royaux" au premier, nous descendons au sous sol pour découvrir notre propre domaine qui s'avère un peu "limite" dans la mesure ou une chambre à un lit adoptée par Jean Pierre et une aute à deux lits qu'occupera seul Jean "le blond" sont totalement dépourvues de fenètre, alors que celle dont j'hérite possède outre un grand lit , une petite lucarne qui me permettra de l'aérer, tout comme celle à deux lits qui sera dévolue à Olive et Fred!
La salle de bains correspondant à 7 couchages pour les 5 occupants que nous serons est également borgne dans ses 4 mètres carrés avec une vasque, une douche et un Wc non séparé....un peu "limite" également...et à signaler au voyagiste dont les tarifs laisseraient supposer une prestation plus "confortable"

Par contre nous avons à disposition un "salon" pourvu de lucarnes mais totalement inutilisé au profit de celui du rez de chaussée, un frigo bien utile.. comme la machine à laver et le sèche linge..!

                      !                       ..

Le rez de chaussée est , Dieu merci, bien plus accueillant avec son petit palier fermé, où l'on pourra déposer Waders et chaussures, qui fait suite à la galerie extérieure apte aux discussions vespérales!Nous disposons d'une cuisine très équipée où la souriante Carole et son aide nous prépareront tous les matin les paniers repas (hélas " fastfoodesques") du déjeurner au bord de l'eau, et pour 8h30 le copieux petit déjeunerà l'anglo saxone que nous prendrons dans la salle à manger attenante:

                                                

Il est à ce propos temps d'aller rapidement nous sustenter au petit bistrot tout proche.....Sylvain officie comme conseiller et interprète puisque ni Jean pierre ni moi ne parlons un mot d'Anglais et à notre requète nous commande une petite "soupe" suivie d'un "plat chaud"....arrive dans une tasse une délicieuse soupe lactescente....puis le plat chaud....soit une deuxième soupe également délicieuse mais cette fois dans les tons marron et dans un bol!!Consistante, elle remplira quand même son office comme nous le fait remarquer l'interprète même pas gèné!!....café servi systématiquement sans sucre et puis...

Il reste à faire un tour dans le Fly schop, véritable caverne d'Ali Baba étroite mais remplie comme un oeuf de matériels de pêche à des prix très attractifs...hormis les incontournables mouches locales, sortes de monstres synthétiques dont beaucoup de terrestres, dont la boite de 12 au choix est proposée à 25 dollars...hors taxe, soit 28 !!

                                                 

Elles devraient nous permettre de tromper notre compagne de jeu, la très claire truite locale "Cutthroat trout", du genre oncorhynchus comme l'arc en ciel, ou "à gorge coupée" ainsi appelée en raison des deux traits rouges qui soulignent sa machoire inférieure, mais hélas pas la grosse bull trout , sauvage carnassière du genre"salvelinus" qui est donc un omble, qui ne prend pas la sèche..et dont une vitrine nous présente dans le salon des spécimens convaicants....qui ont succombé après avoir échappé à leur prédateur qu'est l'aigle pêcheur ou Balbuzard!

                                                    

                                                    

Bien...on peut enfin se rendre au bord de l'eau....à quelques 300 mètres derrière notre Lodge "coule une rivière", la prestigieuse et puissante "Elk River"...que nous regretterons de n'aborder ce premier jour qu'à 16 heures....n'aurions nous pas du après notre nuit en avion, même moyennenent confortable, nous contenter d'une prolongation nocturne plus brève à l'hotel de Calgary pour partir tôt matin et arriver à destination, sans flaner en route, vers 10 heures et bénéficier d'une premièr journée complète de pêche...ou même passer de l'avion à la voiture et faire le voyage entre 22h et 2h du matin, ce que semblait redouter Sylvain.......?? A méditer pour l'avenir...!!

                              Laissant derrière nous le lodge avec en arrière plan les rocheuses nous empruntons l'allée qui conduit a la passerelle sur un petit bras mort

                                            

                                                                                                          puis au talus avec son sentier qui borde la rivière

                                            

dont nous remonterons la rive gauche en un Wading facile.....Jean Pierre prendra quelques petites et trois "belles" mais ratera "la plus grosse", comme toujours...les Bretons et Sylvain ne feront pas merveille, quant à moi, après avoir trempé inutilement ma mouche, je passerai un bon moment sur un banc à regarder les nombreux promeneurs à pied ou à vélo, souvent acompagnés de chiens dissuasifs à l'égard des ours parait-il , tous très souriants et qui me saluent au passage....! Une "joggeuse" me lancera au passage en Anglais quelque chose que j'interprète comme" c'est pas sur ce banc que tu prendras du poisson" ce à quoi je réponds en Français , et pour cause, "je pêche la Canadienne, et ça mord..:"..elle rit poliment sans doute sans avoir compris et continue son effort alors que je redescends pêcher une gamine à gorge coupée qui fait bien 20 centimètres...ce sera tout pour aujourd'hui et je rentrerai le premier à 18 heures pour prendre une douche bienfaisante!

Les autre suivront un peu plus tard, et arrivera Jaime(Jimmy), un guide local que connait bien Sylvain et que nous reverrons par la suite, petit apéritif offert par Sylvain qui a amené une bouteille de Pastis introuvable ici et nous allons tous nous restaurer à la brasserie d'en face...la bière est bonne et fraiche, les amuse gueule, petites ailes et cuisses de poulet confites dans du caramel ou du piment "sérieux" pas désagréables....mais le reste plus discutable....Jean Pierre et moi, incorrigibles, faisons une nouvelle fois confiance à Sylvain qui nous conseille vivement les "lasagnes végétariennes".....en fait un magma de pâtes enrobées d'une sauce blanche suspecte et sous lesquelles nous découvrons deux gros haricots verts à peine décongelés et craquants à souhait accompagnés de deux rondelles de concombre de la même facture..!Affaire entendue..nous considérerons désormais Sylvain comme une boussole qui indiquerait le sud., encore que vu la piteuse tête que font les Bretons devant leur pitance...il semble qu'ils n'aient pas été plus heureux que nous malgré leur Anglais académique....seul Jimmy s'est régalé....pardi!!

DODO et demain on pêche...pour de bon, c'est pour ça qu'on est là, non!?

Mercredi 9: vent sur l'Elk et journée noire sur la Michel creek

Après un excellent et copieux petit déjeuner servi à 8h30, on repasse par la boutique où Olive achète un Wader Simms qui devrait être plus étanche que la passoire qu'il a emportée, et où nous complétons nos boites de mouches, 28dollars TTC toujours les 12, puis on va faire quelques provisions à la grande surface du coin avant de remonter la rivière Elk sur quelques km pour nous arrêter vers 11h au parking près du pont "Hosmer Bridge" d'où le parcours amont semble attrayant!

                                           

On descend tous sous le pont, Jean Pierre et moi décidons de monter pêcher en sèche plus amont en laissant Sylvain accompagner les bretons qui remonteront peut être en nymphe le début du patcours, rendez vous à 15h à la voiture pour la suite! Il y a un vent à décorner les bisons!!

                                          

La remontée de la rive droite est assez aisée mais si le vent reste désespérément présent, les poissons sont eux désespérément absents et Jean Pierre décidera de traverser en haut d'un radier pour aller remonter l'autre rive où Sylvain le rejoindra alors que je poursuis du même côté....bientôt rattrapé par les bretons tout excités d'avoir vu un aigle pêcheur, frère jumeau de celui empaillé dans notre "salon", passer avec une grosse truite bien coincée dans ses deux serres!!

                                                                  

                                            

Puis la progression sur la rive devient de plus en plus difficile en raison des nombreuix arbres abattus par les castors comme en témoignent les moignons côniques des souches coupées une cinquantaine de centimètres du sol alors que le vent qui ne faiblit pas rend la pêche au fouet très difficile..et je décide de redescendre.Je croiserai un local bredouille comme moi avant m'arrèter au premier virage en amont du pont du départ et prendre alors coup sur coup trois jolies truites sur d'énormes mouches parachute dont le pompon blanc ne semble pas les indisposer le moin du monde!!

                                          

A 15h je suis à la voiture conformément à l'heure prévue...mais les autres n'arriveront que 45 mn plus tard et à l'agacement de ce retard s'ajoutera le désagrémment de l'appel affolé de la fille d'un ami leucémique en train de "lâcher la rampe" et je donne à 7000 km , bien qu'en retraite, une consultation bien inutile pour essayer de consoler, sinon rassurer cette jeune femme que j'ai tenue sur mes genoux gamine..!
Les voila, en même temps qu'un garde qui contrôle soigneusement nos "licences"! Jean Pierre a tiré son épingle du jeu en sèche avec notemment une très belle prise en haut du parcours derrière une souche au milieu de la rivière et à côté de laquelle nous passerons lors d'une descente en bateau la semaine suivante,

                                                et nous quittons les lieux pour aller déjeuner au bord de la petite Michel creek une trentaine de Km plus bas...la DDE locale fait des travaux sur la petite route qui suit la rive droite et la voie ferrée qu'empruntent des trains de marchandises de plus de 100 wagons longe la rive gauche...pas terrible l'environnement de cette rivière manifestement à l'étiage...mais Sylvain prétend qu'elle cache de très beaux poissons! On se gare en bordure de forêt pour casser la croûte rapidement

                                            

puis Sylvain nous redescend en voiture Jean Pierre et moi jusqu'au pont de chemin de fer aval avant de revenir avec les bretons qui doivent pêcher l'amont de notre lieu de casse croûte...où nous avons rendes vous à 18heures30 !
Nous remonterons une petite rivière tristement en manque d'eau, sans aucun charme...je prendrai une truite sous le premier pont du chemin de fer, Jean pierre deux coup sur coup dans le même trou un peu plus haut...

                                                                                  

.et nous poursuivrons notre triste remontée.....sans grand succès et passablement agacés par les 7000km parcourus pour pêcher un aussi piètre cours d'eau...il y a un problème...!

                                             

Jean Pierre me sème vers l'amont et disparait à un virage alors que je peaufine mon capot plus aval puis voici venir l'heure du rendez vous à la voiture qui est encore assez loin et je plie ma canne pour remontre la rive accidentée car la route est inaccessible de l'endroit encaissé où je me trouve et je presse le pas pour ne pas prendre de retard...voici la route cette fois facilement rejointe tout près du lieu du rendez vous...mais pas de voiture.....je distingue au loin sur la route la silhouette de Jean Pierre qui se dirige vers un point rouge à environ 1km , la voiture sans doute...
Je lui emboite le pas, de mauvais poil, pour le retrouver effectivement à la voiture garée près d'un autre pont de chemin de fer sous lequel à notre consternation les Bretons et le guide s'acharnent à 4 sur une malheureuse truite qui gobe et que Sylvain finira par prendre sur une petite cul de canard qu'il est venu choisir dans ma boite!....En raison du vent qui les gènait sur le parcours dégagé initialement choisi, ils sont en fait descendus pêcher plus bas que nous pour remonter ensuite en voiture bien au delà du lieu du rendez vous qui ne leur plaisait pas...sans nous prévenir ni se soucier d'allonger d'autant notre trajet de retour ..agaçant!!

                                                                                          

Retour à Fernie après cette journée décevante, d'autant plus que j'apprendrai à mon retour de la bouche d'un Français croisé à Fernie que la veille, le mardi 8, ils avaient fait une superbe journée de pêche sur cette rivère ravissante car plus étroite et donc plus en eau quelques km plus loin en amont du parcours entre les ponts de chemin de fer, peu recommandé!......

Sylvain nous fait d'excellentes pâtes Bolognèses.......demain jeudi 10 pêche en bateau.....que nous réserve l'avenir??

Jeudi 10: première superbe journée de pêche en bateau avec Carole

  

                                                                                                                                                                                      
Voici venue cette fameuse première descente en bateau de la rivière Elk
!Les bateaux en aluminium sont manipulés à la rame sur un parcours d'environ 15 km par le guide local qui est installé sur le banc du milieu et qui emmène deux pêcheurs installés l'un à l'avant, l'autre à l'arrière sur de confortables sièges pivotants mais beaucoup pêchent debout appuyés à une rembarde de protection!

                                              

Les waders sont de rigueur car on s'arrête pour descendre du bateau et pêcher certains coups en wading!Le guide gère le parcours, s'occupe de l'intendance, du repas, épuise les poissons , surveille et écrase les ardillons, au besoin s'occupe du bas de ligne, choisit et change lui même les mouches pour les pêcheurs "touristes" très novices, leur permettant ainsi de prendre du poisson puisqu'ils sont là pour celà et représentent une véritable manne pour la région!!Nous constaterons qu'il y a sur ces bateaux, à côté d'une majorité de pêcheurs expérimentés, effectivement plusieurs pêcheurs très amateurs qui ont de la peine à manipuler leur canne à mouche...ce qui ne les empêche pas de prendre du poisson tant la rivière est généreuse les guides efficaces!!Rien à dire à cela d'ailleurs, chacun est libre de prendre son plaisir où il le trouve et la rivière est bien assez grande pour tous!

Carole a de multiples fonctions...Guide de pêche, c'est elle qui gère, entre autres, notre intendance au lodge, nous prépare et nous sert le petit déjeuner, s'occupe de préparer également les casse croûte de midi que l'on emporte au bord de l'eau...mais elle est également ici monitrice de ski , et monitrice de kayak de mer et guide de pêche au tarpon......au Costa Rica! Comme elle est Quebequoise et parle donc parfaitement le Français, elle nous est attribuée comme guide à Jean Pierre et à moi qui sommes les seuls à ne pas comprendre un seul mot d'Anglais!Après l'avoir vue manipuler son 4x4 et la remorque sur laquelle est installé le bateau. qu'elle mettra à l'eau avec aisance....nous ne complexerons pas de laisser une femme ramer pendant que nous pêchons, elle est d'ailleurs taillée pour et a un entrainement incontestable en fin de saison....!C'est par ailleurs une charmante compagne au rire explosif, à l'accent Quebéquois taillé à la hache, qui connait parfaitement la rivière et la façon d'y prendre du poisson!!

Le départ a lieu à 10h30 pour l'endroit situé à quelques km en aval de Fernie où seront mis à l'eau les deux bateaux: celui de Carole pour Jean Pierre et moi, celui de Blair pour Olive et Jean qui descendront de Fernie au pont de Morissey, 13 km environ, alors que celui de Jimmy fera un parcours beaucoup plus aval avec Sylvain et Fred!

                                                                                         
                                                                                                              Blair                  Carole                  Jimmy
Cette journée sera un enchantement
...le beau temps est de la partie, la rivière superbe, le poisson omniprésent et mordeur alors que le bateau permet d'explorer les endroits inaccessibles au wading dans un agrément et un confort que nous ne pouvions soupçonner!!C'est incontestablement une formule parfaitement adaptée aux conditions locales!

                                        

                                         

Plusieurs bateaux étaient au départ mais nous les perdrons rapidement de vue, trop occupés par le notre!!Je suis à l'avant en waders mais sans mes chaussures à clous qui glissent sur le fond en métal qu'elles peuvent de plus abimer, et je pêcherai assis, très aisément grâce au siège pivotant, et essentiellement vers l'avant comme l'a recommandé Carole lors de son "briefing" très professionnel, pour ne pas gêner Jean Pierre qui lui, debout à l'arrière, pêchera avant travers droite ou gauche selon......nous nous mélangerons bien une ou deux fois les pinceaux au début puis le pli sera pris!

Je raccourcirai vite mon bas de ligne à 3 mètres maxi, mettrai une pointe en 16% car elle porte des mouches énormes , notemment des "terrestres" en foam, grillons noirs et rouges, sauterelles réalistes, et également des mouches "parachute" sur hameçons de 10 affublées d'un énorme pompon....mouches locales à l'efficacité redoutable...quand les truites ne décident pas de ne plus monter que sur de minuscules fourmis...ce qui nous arrivera!!

Du départ jusqu'à 13h où l'on s'arrêtera pour attendre l'autre bateau et déjeuner ensemble, les poissons restent discrets, comme d'habitude nous dit Carole, en raison de la fraicheur des nuits (4 degrés) qui refroidissent l'eau alors que l'après midi sous le soleil les choses changent radicalement!Je ne prendrai qu'une petite et une moyenne, Jean Pierre quelques unes mais rien de rare..!

Un banc de galets nous offre le refuge nécessaire à nos agapes, Carole jette l'ancre, puis essaye ma canne en maitrisant à la perfection la double traction, Jean Pierre "wade" en attendant l'autre bateau......

                                                                              

                                         

                                       

                                                   

qui arrive bientôt et côte à côte nous consommerons dans des assiettes en "dur" et avec des serviettes "textiles et non papier" un repas plus acceptable que les infects sandwiches spongieux parfois d'un joli rose culotte, garnis d'un mélange salé sucré inconnu hostile à nos palais de Français gourmets, qui nous sont dévolus les jours sans guide...mais c'est à nous de nous adapter a la culture du pays visité...sans nous plaindre, tout en conservant le droit d'émettre un avis "réservé", n'est ce pas??!!

                                       

Passent devant nous deux autres bateaux qui nous interpellent car tout le monde se connait sur la rivière où Carole semble avoir la "cote" parmi les autres guides, commentaires et plaisanteries..l'ambiance est vraiment sympathique et la correction des locaux les uns vis à vis des autres est remarquable: le bateau s'écarte systématiquement de l'autre côté de la rivière quand il passe devant un pêcheur en poste que l'on salue très civilement en s'abstenant de poser sa mouche tant que l'on ne s'en est pas éloignés à distance respectable pour ne pas "casser son coup"...en échange de cours de cuisine, nous pourrions, nous, Français, leur demander quelques cours de "savoir vivre" au bord de l'eau!!

On redémarre une fois l'estomac plein.: .l'après midi sera superbe: soleil, ciel bleu, poissons présents partout et mordeurs à souhaits....une quinzaine de belles prises pour nous deux avec un net avantage à Jean Pierre car il s'occupe moins de Carole que moi,....... on ne peut pas être au four et au moulin...!!La présence d'une quantité d'eau assez conséquente dans le bateau amène subitement Carole à plonger sur la bonde que Jean Pierre a malencontreusement débloquée avec son pied et qui débite...la pompe à main entre en action...exercie épuisant mais le naufrage est évité!!

                                            

                                            

Alors qu'il bataille avec sa prise, Jean Pierre voit "venir aux nouvelles" un énorme "truc" qui ne peut être qu'une "Bull trout", vorace carnassière qui s'attaque souvent aux Cutthroat trout piquées par le pêcheur et un Français habitué des lieux rencontré hier a eu la chance inouie d'en prendre ainsi trois....car lorsque la Bull se décide à attaquer il faut lui laisser tout le mou possible et le temps d'engamer...suite à quoi si le fil résiste...elle est prenable!!Jimmy, le guide local n'en a jamais pour sa part pris qu'une de cette façon...!!Celle de Jean Pierre ne fera que passer....mais il n'a pas fini d'en parler, tout comme Fred, notre Breton débutant qui sera lui "attaqué" 4 fois dans la même journée, et il y avait des témoins....!!Les voies du Seigneur sont impénétrables!!

                                              

Carole qui me fait changer de mouche me montre le noeud qu'elle affectionne pour l'attacher à sa pointe et qui a l'air très simple, facile et efficace puisqu'elle n'enroule que trois fois la boucle qu'elle forme sur le brin courant, une fois passé dans l'oeillet , autour du brin dormant, avant de passer son extrémité dans la boucle qu'elle serre alors jusqu'à percevoir le "ressaut" témoignant du blocage..!Ce noeud qu'elle m'apprend facilement peut remplacer le noeud ce Clinch que j'utilise habituellement et dont je n'ai pas à me plaindre....et il me semble que j'ai déjà du le voir décrit mais en attendant de le retrouver, ainsi que son nom, quelque part dans mes documents, nous décidons avec Jean Pierre de le baptiser "Noeud de carole"!! Dont acte!!

Alors que je viens d'en piquer une belle (si j'étais Jean Pierre je dirais "la plus grosse de la journée") elle remonte le courant alors que le bateau le descend et dévide ma soie jusqu'à ce que ma ligne se détende...et Carole m'engueule d'avoir cassé par maladresse mais en fait je constaterai que c'est le noeud de Clinch du porte pointe sur la microboucle restée intacte qui s'est décommis.....contrariant...à analyser..!

                                           

                                          

Nous arriverons au pont terme du trajet de rêve de 13 km à 18h30 comme prévu,

                                                               

la voiture descendue par un comparse nous attend avec sa remorque sur laquelle on remonte le bateau et l'on reprend la route du retour jusqu'au Lodge où nous dépose Carole alors que Blair nous ramène Jean et olive ausi ravis que nous....Sylvain notre guide guidé pour la circonstance par Jimmy sur un parcours bien plus aval ne rentrera en compagnie de Fred qu'à 21h30...nous aurons la discrétion d'éviter de leur demander où ils sont allés perdre leur temps et peut être leur âme!!

                                                    

Steack-patates...et Dodo..!

Vendredi 11: journée noire en aval de Fernie

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas!!Après un petit déjeuner pris un peu tard pour cause de "panne d'oreiller" suite à la journée d'hier, départ à 11h pour une destination choisie par Sylvain à une vingtaine de km en aval de Fernie ce qui nous parait bien loin sur cette rivière descendue hier où les beaux parcours aptes au wading nous ont paru proches et nombreux comme nous l'a d'ailleur confirmé Carole!
On se gare à l'ombre à 11h30, rendez vous pour changer d'endroit (pourquoi donc??) à 15 heure à la voiture dont je garde cette fois les clés ......Descente à la rivière un peu éloignée derrière une reculée d'un bras mort vaseux......les bretons vont aval avec Sylvain, Jean Pierre et moi remontons un peu.
La première partie du parcours amont est jolie
et nous prenons chacun quelques poissons.

                                       

En insistant sous un tronc couché au dessus de l'eau et qui constitue un poste idéal, j'en piquerai un très beau que j'aurai plaisir à travailler avec mon moulinet manuel Thierry Haart dont l'antireverse et le frein très progressif font merveille depuis le début du séjour! Sylvain remonté aux nouvelles le prend en photo puis redescend..!

                                        

Nous poursuivons pour arriver bientôt à un fouillis d'arbres morts constituant un barrage difficilement franchissable mais en insistant en évitant de percer nos waders, nous passons pour constater que l'amont est hostile, berges encaissées, profondeur importante, courant fort infranchissable empêchant toute traversée...à l'évidence le parcours en Wading se termine ici...

                                           

.comme l'heure avance je décide de retourner à la voiture où j'arrive à 14h15 par un raccourci pour casser la croûte et m'étendre à l'ombre en attendant les autres!Jean Pierre me rejoint à 15 heurs après avoir musardé sur le retour mais il faudra attendre 15h 45 pour voir arriver le reste de la troupe avec encore 45 mn de retard et la moutarde commence à me monter au nez comme à Jean pierre trop bien élevé pour supporter pareil sans gène et qui fait poliment la remarque.....et nous repartons à 16h à 20 km encore plus aval rejoindre l'endroit où s'est terminée la descente de Sylvain en bateau la veille, pour traverser un lotissement, emprunter un chemin forestier en suivant péniblement un vague plan griffoné par Jimmy et arriver enfin....à un pont de chemin de fer à côté d'un camping car et d'une camionnette radio à fond..... devant un grand calme où "il y a de gros poissons" dit Sylvain qui part cependant en reconnaissance des lieux qu'il semble bien mal connaître!Finalement il nous donnera rendez vous à 17h30 pour "faire le point"!

                                             
L'aval est impraticable comme le constate Jean Pierre, agacé, bloqué à 50 mètres de son point de départ...le calme que je remonte ne me livre aucun "gros poisson" et je rejoins en remontant un radier stérile les trois Bretons et Sylvain tous installés 200 mètres plus haut dans un virage qu'ils bombardent inlassablement sans succès! Je poursuis et arrive à un courant très fort, à l'ombre des arbres de la berge, vide de poissons car, comme nous l'a expliqué Carole, les poissons se confinent dans les zones moins agitées et plus profondes à l'abri des nombreux prédateurs, et je fais demi tour ..
Briefing: il est alors décidé de changer à nouveau de spot et nous remontons de 15 km pour nous garer à18h en bord de route en nous donnant rendez vous à 20h30, emprunter une descente casse gueule et rejoindre la rivière en longeant un bras calme sinon mort, les bretons comme toujours un peu aval, les deux archisécheurs plus amont

                                        

pour faire sous la lumière déclinante un parcours médiocre de courant continu trop peu profond pour héberger des poissons comme nous le répètent les locaux qui ne pêchent pas ces endroits, mais assez fort pour interdire toute traversée vers l'autre berge pas plus séduisante d'ailleurs!

                                      

La route proche nous gratifie d'un bruit infernal de camions tandis que Jean Pierre prendra difficultueusement 3 poissons moyens dans quelques postes praticables alors que j'en prendrai trois également qui gobent à la nuit tombante dans le bras très calme en redescendant...mais le poisson n'est pas tout dans la pêche...

                                         

.et cette journée chaotique sera pour nous à marquer d'une pierre noire, (d'autant que nous constaterons après info auprés des guides locaux que les beaux parcours bien plus proches de Fernie et aptes au wading ne manquent pas), malgré l'exactitude de tous au rendez vous de 20h30 et l'excellent "filet mignon" que nous concoctera Fred au retour! Tous nos espoirs reposent sur demain!

Samedi 12: deuxième superbe journée de pêche en bateau avec Carole

Levé tôt je suis saisi à la gorge par une puanteur qui envahit le sous sol et le rez de chaussée et que j'attribue en ouvrant grand toutes les ouvertures possibles au chien de la maison qui a du rester enfermé toute la nuit..mais ce n'est pas le cas...et c'est le gérant des lieux, notre hôte, qui en arrivant comprend et vire à l'extérieur le Wader responsable de Sylvain ...qui embaumera la galerie avant de disparaître...Sylvain pêchera aujourd'hui en short!!
Nous retrouvons avec plaisir Carole (qui a pensé à emmener un tapis de caoutchouc pour me permettre de garder mes chaussures de wading) et son bateau que nous emmènerons cette fois à une quinzaine de km à l'amont pour le mettre à l'eau en compagnie des deux autres bateaux de notre équipe avec Jimmy qui se charge de Olive et Jean et Blair qui emmène cette fois Sylvain et Fred , et de nombreux autres car nous sommes samedi et la fréquentation est plus importants ce WE qu'en semaine...dommage que l'organisateur n'ait pas pensé à ce détail important en prévoyant le planing de notre séjour, car bien que la rivière soit accueillante et les participants d'une extrème correction, nous prendrons moins de poissons et verrons plus de bateaux que lors de la première journée de semaine, ce qui n'altérera pas la réussite de cette descente à nouveau extrèmement agréable!

                                         
Comme la première fois, les poissons seront rares avant le repas mais le parcours toujours aussi délicieux avec une Carole en pleine forme qui passe le bateau d'une berge à l'autre en fonction des circonstances et nous harangue::"Jean Pierre à droite, Jean Paul pose tout près du tronc d'arbre...à gauche maintenant...etc..."..seul bémol.....elle confond les prénoms et je ne me remettrai pas d'être confondu avec un pharmacien!!!!Petit arrêt wading pendant lequel passe de l'autre côté le bateau de Jimmy

                                          

                                            

Puis au loin après le virage apparait la cascade

                                               

Il est 14h et nous nous y arrêtons pour nous poser sur la dalle où nous prendrons notre repas en compagnie de Jimmy Olive et Jean alors que le bateau de Blair restera invisible car ceux là s'arrêtent souvent et longtemps pour pêcher en Wading!

                                            

Je vois dans le trou juste devant un beau gobage qui se reproduit régulièrement....un terrestre en foam...le poisson, un gros, monte, gobe, je ferre, raté...et j'attribue ce raté à l'insuffisance d'ouverture de l'hameçon à moitié encombrée par le foam..Carole et Jimmy se marrent et Jimmy me dit que ça rate avec moi mais pas avec lui...Je lui passe ma canne, rien ne monte! J'ouvre l'hameçon avec mon dégorgeoir, je pose, gobage, ferré...épuisette..superbe poisson....

                                        

re.....je pose, gobage, ferré..épuisette...deuxième superbe poisson....je fais un bras d'honneur à Jimmy qui, pas susceptible se marre et pas rancunier décroche lui même mon poisson.et le remet à l'eau!.

                                    

Puis ça ça continue à gober mais refus de ma mouche.......je mets une fourmi.....refus ...je passe la main à Jean Pierre qui met une fourmi minuscule montée par son fils: une montée comme une bombe d'un poisson qui ouvre une gueule énorme d'où Jean Pierre, le couillon, retire la mouche in extrémis..!Rebelote, cette fois le poisson est piqué, épuisette.....re....deuxième poisson aussi beau....!!Etonnant, non??                          

                                  

   On redémarre à 15h30....la descente pêche se poursuit toujours aussi agréable avec des poissons mordeurs, mais moins productive que la fois précédente...on prendra cependant chacun encore un très beau poisson dans le même courant en Wading, Carole pêchera un peu et prendra des photos avec mon appareil ...

                                          

         Deux canadiennes dans un canoé...canadien nous saluent en passant et à notre "salut les filles" l'une rétorque "je parler Français".....et le dialogue se termine là

                                      

.On arrivera à 17h au terme de cette descente à l'amont du pont "Hosmer bridge" où nous avions pêché le premier jour!La sortie des bateaux est sportive en raison de l'escarpement de la berge mais ça passe alors que Jean Pierre qui n'a pu s'empêcher de poser sa mouche sous le pont se fait casser par une grosse bête, la plus grosse de la journée, pardi...qui pourtant remontait le courant..!Quand on est mauvais...!.

J' aurai le temps au retour de lui offrir pour le consoler,avec ses dollars car je n'en ai plus, une excellente bière pression (au prix exorbitant comme toutes les boissons alcoolisées dans ce pays!!!) dans une sympathique brasserie tenue par un couple de jeunes qui nous virent à 19h à la fermeture!

Superbe journée!!

Dimanche 13: journée noire sur la Crowsnest river

Départ pour l'Alberta à 10 heures où Sylvain a l'intention de nous faire découvrir des rivières peuplées d'arcs en ciel, à la grande joie de Jean pierre que les arcs d'Autriche ont séduit de par leur vitalité...la destination est la Crowsnest river pas très éloignée mais que nous mettrons plus de 2 heures à rejoindre en raison d'un itinéraire un peu chaotique!!A 11h on s'arrête à une station service qui vend les licences de pêche différentes de celle de Fernie que l'on a cependant achetée pour rien...et compte tenu d'une procédure très lourde, il faudra 45 mn pour les obtenir pour 58,4dollars par personne permettant 5 jours de pêche car la carte à la journée est presque aussi chère!

A 12h15 nous serons au premier pont routier puis nous monterons voir le second métallique où oeuvrent deux pêcheurs, puis le troisième: duquel partiront les Bretons vers l'amont alors que Sylvain nous redescend pour que l'on fasse le parcours entre les deux premiers avant de nous reprendre à 16h30 pour la suite!

 Sous le pont routier la rivière est large d'une dizaine de mètres, assez banale avec des fonds couverts d'une mousse marron où nos pas soulèvent des nuages qui nous semblent de mauvais aloi et nous rencontrons successivement une petite station de pompage artisanale, et plusieurs tuyaux métalliques dont la fonction, outre de dégrader le paysage, nous échappe!

                                     

                                    

Pas de montée malgré quelques gobages!
Un pêcheur local installé sur la rive gauche nous invite à progresser pour passer devant lui en nous abandonnant le joli courant au bord duquel il se trouve et vient à notre rencontre pour nous donner à tous deux une mouche au corps orange, et nous dire qu'il a vu deux ours l'avant veille à l'endroit où nous sommes..!

                                 
Le parcours s'avèrera triste et décevant, et nous ne prendrons rien avant d'arriver au deuxième pont où Sylvain nous récupère comme prévu à 16h30!Les Bretons sont montés assez haut en raison de la présence de pêcheurs au 3ème pont à leur départ et ont trouvé un trou dans lequel ils sont heureux de prendre des arcs après un début difficile!

                                     
Nous demandons à Sylvain de nous conduire à ce troisième pont où débute un parcours plus propre et plus joli que celui que nous venons de quitter.

                                    

...Jean Pierre prend une première très grosse arc qui curieusement ne se défend quasiment pas alors qu'elle ne semble pas malade dans l'épuisette où nous l'examinons de près....puis je casse sur une belle montée et il s'avèrera que c'est encore le noeud entre le porte pointe et la microboucle qui a làché.!

                                   

Nous prendrons au total 3 assez grosses arcs pas très vigoureuses et quelques petites...Mon dernier lancer envoie ma mouche sur une souche de la rive opposée dont elle est indécrochable et je décide de casser en tirant le fil dans l'axe: le fil cède...et une fois de plus je constate que c'est le noeud entre le porte pointe et la microboucle qui a laché sans rupture.....problème à résoudre en rentrant: à l'évidence le noeud de Clinch ne tient pas sur une microboucle, et je passerai à la jonction boucle dans boucle, irréprochable!

                                   

Retour au pont puis à la voiture pour 19h assez déçus par une rivière qui nous a paru sans grand intérêt , peuplée d'arcs d'introduction un peu asthéniques et absentes en colombie britannique où la gestion est différente, alors que les bretons satisfaits d'avoir pris du poisson arrivent un peu plus tard !

                                   

Départ 20h, retour 21h..les commerces sont tous fermé, rien n'a été prévu pour le repas et la patrone du café restaurant d'à côté reste intraitable, malgré le sourire ravageur de Jimmy, quant à l'heure de fermeture , 21 h!! Les bretons et Sylvain se décident pour leplus traditionnel restaurant chinois de bonne réputation alors que nous nous contenterons des restes du frigo, deux oeufs au plat très canadiens car décolorés et sans doute totalement aseptisés, et des nouilles réchauffées saupoudrées de gruyère rapé..., un délice accompagné d'une bière bien fraîche, ...nous ne sommes pas venus au Canada pour manger chinois, hein!!!!

Lundi 14: superbe Wigwam River avec Jimmy

                                                                                       

La Wigwam river, tout comme Jimmy , guide local mythique incontournable, est un torrent de montagne mythique également incontournable, très sauvage et très protégée par une limitation du nombre de jours de pêche alloués...et lorsque ce quota est atteint, la rivière est fermée aux nouveaux arrivants sans licence! C'est dire qu'il faut s'y prendre à l'avance pour retenir ses jours de pêche et comme n'avait rien été retenu pour nous, nous avions tiré un trait sur cette destination sans savoir où nous irions pêcher en Wading ce lundi en compagnie de Jimmy comme guide local!Il avait été vaguement question de la Bull River plus à l'est mais lui même la veille au soir quand je lui avais demandé où il nous emmènerait le lendemain m'avait répondu que c'était Sylvain qui lui donnerait la destination qu'il ne semblait pas encore connaître...bizarre!!
Le lendemain matin, coup de théatre: Sylvain nous annonce que Jimmy nous emmènera les 6 jusqu'au bord de la Wigwam où il lui laissera alors encadrer les 3 les bretons pour, lui, nous accompagner Jean Pierre et moi vers l'amont et nous y guider en sèche .....car il juge impossible seul de nous encadrer les 5 sur pareil site , sage décision comme nous le confirmera la nature des lieux....!Quant à savoir comment Sylvain s'est débrouillé pour nous offrir ce cadeau....le mystère restera entier.!

Départ à 10h30 a deux voitures: Jean Pierre et moi mettons nos affaires dans le 4x4 de Jimmy où le bordel est ahurissant .car il s'agit plus d'une tanière de pêche où il lui arrive de dormir en bord de rivière plus souvent qu'à son tour que d'un véhicule..mais nous y trouvons notre place.

                                                                                         

..Nous descendons le long de la Elk river pour ensuite la traverser sur le Morissey Bridge et emprunter une piste qui nous mène à travers la forèt à l'entrée d'un chemin au bout duquel il faudra garer les voitures pour s'équiper.

                                               

Jimmy prend la tête de la troupe qu'il guide dans le sentier et nous prévient qu'il y aura quelques mètres assez "sportifs" sur l'ensemble de la descente qui dure denviron 1/4 d'heure pour arriver au fond de ce qu'il faut bien appeler un canyon vu le paysage, magnifique qui s'offre à nous!!

                                         

Arrive le début de la descente..Jimmy qui porte un sac à dos avec toute l'intendance, soit le repas pour 7 personnes, une ceinture bourrée de matériel photo (il est photographe de métier)...et tout son matériel de pêche...me prend ma canne d'autorité histoire de me libérer les mains et de me permettre de limiter les dégats en cas de dérapage! Il engage la descente assez raide , je reste sur ses talons et nous arrivons à l'endroit qu'il a pudiquemant qualifié de l'euphémisme "sportif"..en fait un a pic pas très haut mais bien "à pic" sur quelques mètres de mauvaise terre et de mauvaises pierres avec heureusement quelques arbustes alentour....je franchis tant bien que mal , mais sans me faire le moindre mal, ce point crucial et le dérapage dont tout le monde pensait que je serais la victime en raison de ma....maturité..choisit en fait un breton, Fred pour ne pas le nommer....qui n'avait peut être pas les yeux tout à fait en face des trous suite aux chinoiseries "arrosées" d'un excellent vin qu'il avant partagées la veille avec ses comparses au restau du coin dont ils étaient rentrés assez gais vers 1h du matin!

                                                                                           
Je n'appris d'ailleurs les détails de cette chute qu'après notre retour le soir en examinant le fondement dudit breton agrémenté d'une ecchymose de toute beauté et d'un hématome volumineux autant que douloureux....mais le pharmacien de service qui avait tout prévu sortit sa panoplie et soulagea notre compère qui, cerise sur le gâteau, s'était également offert un bain dans l'eau fraiche de la rivière sur les galets de laquelle il avançait d'un pas malhabile vu son handicap, son subconscient lui ayant sans doute suggéré qu'un bain de siège serait opportun pour atténuer le feu qui lui consumait l'arrière train!!.Imprégné de paracétamol et entouré de l'affection des siens, le patient bénéficiera d'une évolution lentement favorable..!

Arrivés sans autres encombres au fond des gorges, chacun prend ses marques puis Jimmy embarque les deux archisécheurs sur ses talons en fonçant vers l'amont du torrent d'une quinzaine de mètres de large aux eaux d'une clarté de création du monde et aux rives difficultueuses encombrées de troncs, blocs et rochers de toute sorte sur lesquels la progression doit être prudente, mot que le Grizzli qui me précède tête baissée n'a pas dans son vocabulaire mais comme il a des pieds de chamois...il s'en passe..moi pas..!

                                              

Jean Pierre décide de traverser et me laisse seul profiter de la sollicitude de la force de la nature qui me sert de guide et qui commence, après m'avoir fait acheter ce matin des "monstres" au Fly shop, par me faire monter une toute petite mouche que j'aurai bien du mal à discerner! Puis il s'emploie à me faire pêcher à sa manière, la meilleure sans aucun doute dans les circonstances, mais différente de la mienne à laquelle je suis habitué depuis tant de décennies! Il m'épuisera par ses attentions et son application à me faire poser ma mouche au centimètre près au ras des bordures les plus tourmentées, de rochers les plus tordus, au bord des contre courants les plus vicieux....et mon stress grimpe à 200.000 volts quand il émet dans un français approximatif une vérité première qui me plonge dans l'abime de ma médiocrité "si le premier pas bon, foutu"..que je traduis par " si le premier posé n'est pas parfait, inutile de recommencer"...et je sais qu il a raison..!

Mon calvaire a commencé: il scrute la rivière puis tend un index directionnel impératif: en disant implement; "là".....et j'entre en jeu...je scrute, apprécie la distance, le vent, mouille mon slip en fouettant et pose en priant..suite à quoi l'alternative est la suivante:
*soit le premier posé lui convient et il articule EX- CEL- LENT...dans l'attente d'une montée inévitable....qui ne se produit pourtant pas auquel cas il poursuit par un "pas poisson" et on passe au coup suivant, considérant qu'il ne peut y avoir de poisson susceptible de résister à mon excellence..donc que le poste n'est pas occupé!
*soit ce premier posé est...discutable et il ne dit rien mais me fait signe d'avancer au coup suivant, considérant que le poisson éventuellement en poste a compris qu'il avait affaire à un incapable auquel il ne fera pas l'honneur de répondre!!
Je défie quiconque de résister à ce régime une journée entière..d'autant que mes "excellences" sont finalement assez nombreuses à son avis et au mien....alors que les poissons ne semblent pas s'en rendre compte: capot intégral quand arrive le moment de se sustenter, alors que Jean Pierre que je surveille du coin de l'oeil de l'autre côté pêche à sa façon sans doute médiocre puisqu'il prend de temps à autre ....un poisson, lui!!!

                                               

On casse la croûte assis sur une dalle sans se casser la tête pour l'inertie des poissons quand Jymmy s'immobilise et nous montre du doigt deux ombres qui ondulent dans le trou devant nous : "Bull trout, monsieur "....un mâle d'environ 80cm, et puis montrant la deuxième ombre un peu plus petite, bien plus claire et plus proche de nous :"madame"!!Nous repérons facilement les deux poissons et il monte sa canne équipée d'un streamer d'abord rouge puis noir...qu'il présentera au couple sans aucun succès..!

                                                                                         

Mon calvaire recommence, j'aligne les "Ex cel lent" alors que mon capot prend de l'ampleur et l'on arrive à un joli coup, un profond au bas d'un courant: gobage !!

                                                                                                 

Mon bourreau prend d'autorité ma canne et remplace ma petite mouche par un scarabée beige et me regarde faire: posé, gobé, ferré ...la bête fonce vers l'aval en prenant du fil que lâche le frein bien règlé, je trébuche et tombe sur les fesses alors que ma ligne se détend..: décroché!! Jimmy furieux me dit :" moulinet pas utile , seulement gros poissons....... piquer ramener." et joignant le geste à la parole il mime les 5 secondes qui doivent s'écouler entre le ferrage et l'échouage du poisson ...compris!! Je ne peux m'empêcher de lui dire que chez nous un poisson de 40cm est un "gros poisson" justifiant l'utilisation d'un frein doux mais il se marre en répétant de la voix et du geste "piquer ramener"...! Résigné je remplace ma pointe de 14% par un brin de 20%, serre le frein de mon moulinet et lance à nouveau: posé gobé piqué ramené.....j'ai du respecter le chrono car il exulte et fait le pitre avec le poisson avant de le remettre à l'eau.

                                          

...j'en prendrai un second dans les mêmes conditions ..avant de continuer la remontée désormais stérile alors qu'en face Jean Pierre bien tranquille continue à m'humilier..(à se demander si ces deux là ne sont pas complices pour se payer ma tête!),

                                          
rejoint un moment par Jimmy qui m'a demandé la permission de me lacher les baskets, ce qui me sauve de l'aphyxie.....!!

L'après midi s'écoule et alors que la lumière commence à décliner Jimmy me laisse devant un gros trou d'eau et traverse pour aller rejoindre Jean Pierre à 50 mètres en amont......je prends un dernier poisson puis vais me percher sur un rocher de la berge

                                                                                 

                                        

pour surveiller les deux zigotos que s'agitent soudain et je comprends qu'il s'est passé quelque chose; au retour une demie heure plus tard j'apprends que sur les indications de Jimmy, Jean Pierre a sorti une très belle pièce( suite à un posé EX CEL LENT sans doute) en sauvant l'honneur de l'archisèche au terme d'une journée superbe au fond d'une gorge impressionnante en compagnie d'un guide "de compétition" au bord d'une rivière de rève même si les poissons étaient un peu boudeurs, comme heureusement pour eux, cela arrive parfois...quelle importance dirait Hemingway qui écrivait: " Si je n'allais à la pêche que pour prendre du poisson, j'aurais arrêté depuis longtemps"!!


                                       

Nous prenons le chemin du retour à 18h30, Jimmy s'arrête un instant histoire prendre un poisson en nymphe, dont acte, puis à nouveau essaye d'agacer les Bull trout qu'il laisse indifférents et nous arrivons au bas de la montée...

                                      

les bretons sont manifestement déjà remontés et nous leur emboitons le pas.....je soufle un peu mais Jimmy s'arrête pour me laisser récupérer alors que je fais remarquer à Jean Pierre que ce serait pour moi une belle mort que de faire maintenant mon infarctus..et je m'émeus du désaroi de son regard paniqué avant de réaliser que ses yeux de maquignon matois sont en train d'estimer froidement mon volume et mon poids et qu'il redoute surtout........... d'avoir à remonter là haut ma volumineuse et pesante carcasse inerte.....

                                 .   

amère désillusion qui m'incite à poursuivre l'ascension et nous triomphons finalement de la pente pour reprendre du haut quelques photos de ce site grandiose avant de rejoindre la voiture qui nous ramènera à notre lodge pour 21h juste derrière les Bretons que nous avons rattrapés!

                                     
Après avoir apprécié les différentes tonalités de bleu du fondement traumatisé de Fred assis sur une bouillotte de glaçons et un peu secoué, je file àu petit bar restau d'à côté où, bien que la fermeture ait eu lieu à 21h, la patrone accepte de nous recevoir rapidement mais fred n'a pas la frite, Sylvain se sent un peu barbouillé et Olive et Jean sont indécis et envisagent d'abord de prendre une douche, seul Jean Pierre m'accompagnera pour engloutir une soupe consistante devant une bière rafraichissante

                                   

...avant de rentrer et apprendre que Olive, parti manger une pizza américaine en compagnie de Jean, a pris cet après midi au streamer dans la Wigwam une bull trout conséquente...plus grosse que celle que Sylvain a sortie à la nymphe ....sacrée rivière!!

Mardi 15: Superbe Elk River

Petit déjeuner langoureux...Sylvain reste barbouillé et les bretons dont l'un des trois fessiers reste douloureux sont désireux de faire un "break" ....Ce sera donc pour eux une journée "quartier libre"...c'est bien connu, il y a souvent au cours d'une période d'intense activité occasionnelle , et je pense à mes séjours de ski, un jour où on sent le besoin de lever le pied..!Par contre Jean Pierre increvable piaffe comme un jeune poulain dans le désir de contibuer à en découdre avec les truites canadiennes et pour moi le moment ne semble pas encore venu de lâcher ma canne...nous pêcherons donc.....et comme Carole nous a montré quelques spots très proches de Fernie et propices au wading, nous ne nous éloignerons guère..! Sylvain nous déposera au premier pont juste en amont de Fernie à 10h30 pour une remontée de la rive droite !
Le temps est toujours superbe depuis notre arrivée, soleil dans le ciel bleu et le vent du premier jour n'est plus qu'un mauvais souvenir, tout ceci est de bonne augure et Jean Pierre descend un peu en aval du pont alors que je commence à remonter....et à vivre une journée de rêve!

                                      
Il essaye bien de me la gâcher en prenant le premier beau poisson mais j'ai la journée pour lui rabattre son caquet et nous progressons de concert ..le parcours est superbe, dégagé, varié, les coups bien marqués et les prises seront régulières de beaux poissons très joueurs!
Notre plaisir est immense de retrouver ici des poissons qui, comme me le fait remarquer mon compagnon , se nourrissent encore beaucoup en surface, chose hélas de plus en plus rare en France, et de renouer avec eux ce dialogue au résultat toujours aléatoire entre le pêcheur et le poisson qui monte comme une bombe et vous surprend, celui qui gobe au contraire avec circonspection, celui qui refuse au dernier instant ou qui "tape à noyer" une mouche trop sèche pour lui....Jean pierre sera ravi de voir à nouveau une truite faire un tout complet autour de sa mouche pour l'examiner attentivement avant de se décider à la gober et j'assisterai hilare au bas d'un petit radier à un ballet ahurissant que me donnera une truitelle de 15cm: je pose une très grosse parachute dans le calme relatif d'une eau claire au sortir du courant et une jolie demoiselle arrive en trombe et s'arrête net, consternée, devant ce plumeau décidément bien volumineux..avant de s'en retourner vers le fond pour réapparaître et vérifier à nouveau qu'elle n'a pas eu la berlue.....en suivant un instant la dérive de ce truc qui l'attire, l'intrique et l'effraye...et replonger vers son abri avant de remonter un troisième fois pour un dernier coup d'oeil...avant, écoeurée, de tourner les talons , manifestement méprisante et déçue.....!
Particulières ces Cutthroat trout: très claires parsemées de points noirs, elles sont assez économes de leur énergie et, comme nous en a prévenus Carole, exigent un peu comme les ombres que la mouche passe au plus près car elles ne feront pas d'écart pour aller la chercher au delà de la veine de courant qu'elles occupent, la précision du posé est donc capitale,à bonne distance en amont du gobage toujours mais surtout bien dans l'alignement du courant pour que sa dérive l'amène au dessus du poisson qui quand il monte le fait très généralement assez lentement pour engamer également sans précipitation et il est capital de ne pas anticiper le ferrage au risque de lui "retirer le pain de la bouche" sans qu'il se pique....ce qui nous arrivera à plusieurs reprises au début!

                                                                                         
Par contre, peu regardantes en matière de pointe, ces truites ne se laisent pas dissuader par un 20% qui peut être nécessaire vu l'énorme taille des mouches, notemment des imitations de terrestres, qu'elles n'hésitent pas à venir chercher en surface à notre grande consternation des premiers jours .., alors que leur défense qui n'a pas la puissance ni la vivacité de celle d'une fario s'effectue, comme pour les ombres, en pleine eau et v ers le fond, sans qu'elles recherchent vicieusement une cache ou un obstacle pour se réfugier et provoquer la rupture du fil!


Nombreuses à l'évidence, nous aurons pris très peu de petites, la majorité se situant entre 35cm et ..au delà! Cette densité s'explique sans doute par l'absence de pollution dans cette région montagneuse où nous n'aurons vu aucune industrie d'où la densité de larves qui en dit long sur la vitalité de cette rivière,

                                               

par l'absence totale de prélèvement qui répond à une culture et non à une obligation car le No Kill n'est pas imposé, et par une pression de pêche finalement sans doute relativement peu importante car si la fermeture n'intervient que pendant 1mois et demi autour de mai , la pêche en bateau ne dure que l'été et les bateaux qui accèdent à des endroits inaccessibles au wading ne font finalement que passer rapidement!!Par ailleurs, il n'existe pas de "carte de pêche" à l'année.....les "licences" sont journalières....pour nous 42 dollars, mais également pour les locaux ...à 25 dollars le jour de pêche m'a dit Carole je crois, soit 15 euros...ça doit en faire réfléchir plus d'un..!!

Jean Pierre est chiant finalement..il s'évertue à prendre systématiquement plus de poissons que moi...et j'ai à cela deux explications:

1/Contrairement à moi, il manque complètement de sensiblité artistique ..je m'explique: quand ma mouche danse à la surface un ballet digne de l'étoile du lac des cygnes et qu'elle ondule langoureusement en faisant des pointes sur sa collerette de hackle rutilant...je ne me lasse pas du spectacle que je fais durer sans me soucier de savoir si le poisson que j'oublie apprécie autant que moi.....

                                           

Jean Pierre, lui, grossier matérialiste insensible à l'esthétique diaphane de cette fragile merveille attend goulument le gobage et en son absence n'hésite pas condamner l'élégante ballerine pour lui substituer au besoin une serpillière qui peinera lamentablement dans le film de surface au point d'intéresser enfin un poisson vorace..!

                                           
2/Constant et fidèle, c'est bien connu, je répugne à passer de l'une à l'autre....mouche sous le prétexte fallacieux que celle ci pêchera mieux que celle là, alors que ce "trafiquant de drogue" qu'est finalement un pharmacien manque suffisamment de srupules pour être capable de renier instantanément celle qu'il a adorée l'instant d'avant..et de changer de mouche tous les quart d'heure minimum...sous le minable prétexte d'efficacité....! A la place de son épouse, je m'inquiéterais de pareille versatilité...et il faudra que je la prévienne à notre retour!!

La matinée avance alors que nous progressons l'un derrière l'autre avec des fortunes diverses mais en réalisant un pêche qui nous comble...par son agrément et la complicité des poissons très sociables aujourd'hui..., et je finis par rejoindre mon alter ego qui porte fièrement à la ceinture la" bombe anti ours" qui le rassure alors que je suis certain qu'en cas de rencontre malencontreuse...il détalera comme un lapin en oubliant qu'il est "armé"....mais qui lui jettera la première pierre??
Assis sur un tronc accueillant j'engloutis la banane que j'ai au départ prudemment glissée dans la poche ventrale de mon Wader à côté du sandwiche rose culotte qui terminera sa brève carrière dans une poubelle à ours, tandis que JP attaque courageusement d'une mâchoire conquérante pour abandonner rapidement un combat perdu d'avance...foutue gastronomie Canadienne!!
Une promeneuse accompagnée d'un chien circule au loin sur le banc de galets, un cycliste passe sur le talus de la rive gauche d'en face en nous saluant, il y a donc un sentier de l'autre côté pour le retour, une espèce d'oie toute noire fait sa toilette un peu amont , Carole nous confirmera qu'elle ne consomme pas de poisson, et un canard blessé à une patte qui saigne se réfugie dans les buissons de la berge à notre passage....je ne donne pas cher de sa peau d'autant que je viens de voir sur les galets de la berge une fouine de belle taille filer, de son allure ondulante caractéristique, vers les taillis !

                                   

Nous poursuivons notre après midi vers l'amont d'où descend mollement un canot où sont vautrées au soleil deux silhouettes, un gamin et son pêre, dont les mains pagayent vaguement à la surface, je casse brutalement sur un "gros machin" qui n'a même pas tiré très fort, les dents je suppose....prends encore quelque poissons toujours d'assez belle taille, assez mais pas trop, tout comme JP qui traverse et rejoint l'autre rive..
                                                                                      

.je le suis et nous décidons bientôt de redescendre de ce côté car le temps passe...Nous retrouverons par un petit sentier le chemin qui suit talus le long de la rive gauche et d'où la perspective sur l'amont est superbe
                                

                                

et à la hauteur du terrain de golf  quelques mètres en contrebas de la berge en enrochements JP me montre un monstre et plusieurs truites de belle taille qui s'alimentent en surface et se détachent sur le sable blanc du fond!

                                 

                                

Je m'assieds en haut des enrochements, bien décidé à ne pas risquer de me faire casser ma canne si le gros machin s'avisait de prendre ma mouche d'autant qu'il serait impossible à épuiser vu l'escarpement des lieux..et laisse oeuvrer JP en espérant qu'il tombera à l'eau si d'aventure il ferrait Moby Dik!.

Après quelques posés, subitement une gueule énorme crève la surface pour engloutir la mouche que JP fait voltiger dans les airs par un ferrage trop précoce..raté!!Penaud il s'assieds effondré et je décide alors de mettre ma science à l'épreuve et sur une pointe en 20% je monte une énorme sauterelle....descends un peu pour me caler entre deux roches et la pose au dessus des deux silhouettes qui sont toujours actives...bingo.....gobage, ferrage, c'est tout bon.: c'est un très beau poisson mais pas le tout gros....il me prend un peu de fil mais fort de mon 20% je le ramène à la "Canadienne façon Jimmy" et JP qui a retrouvé sa vitalité l'épuise sans façons, quoique un peu acrobatiquement!!
                                                                                  

Après quelques autres tentatives infructueuses au même endroit puis plus bas, le sentier nous rapproche des constructions et on atteint le pont à 16h30 car j'ai décidé d'arrêter là, plein les bottes, alors que JP va continuer de pêcher en poursuivant la descente jusqu'à notre lodge qui est moins loin par la rivière que par la route!

                                  

On appelle Sylvain qui vient me chercher en voiture et me ramène en ville ou je prends de l'argent au distributeur et fais quelque achats alimentaires avant de rentrer au lodge où les bretons ont décidé d'aller diner dans un restaurant d'altitude réputé .....!Je prends ma douche, commence à ranger mes affaires en prévision du départ après demain puis récupère JP au retour de la rivière, ravi car il a encore repris quelques belles pièces et nous déciderons de retourner nous restaurer sainement dans le petit bouiboui d'à côté où nous inaugurerons en guise de dessert notre première "fondue au chocolat", étonnante combinaison de quartiers de fruits trempés dans du chocolat fondu.....pas mauvais mais pas vraiment léger léger ce qui justifiera au nom de l'hygiène une petite balade digestive pré couchage pour nous endormir du sommeil du juste après une superbe journée de Wading productif sur cette rivière de rêve quand on en trouve les bons coins aux berges praticables loin de la route et de ses camions monstrueux et bruyants!

mercredi 16: relax

Sylvain qui a récupéré et qui avoue ne pas avoir pratiqué la Bull river dont il avait été vaguement question, a décidé de nous emmener à nouveau en Alberta mais cette fois sur la Oldmanriver moins large, plus sauvage et torrentueuse que la Elk sans être comparable à la Wigwam...Il faut envisager pas loin de 2h de route ce qui me dissuade d'autant que honnêtement, j'ai mon compte après ces 8 jours non stop: plus question pour moi d'enfiler les waders et les lourdes chaussures de Wading, alors que les bretons qui ont récupéré et n'ont cette fois pas fait d'excès dans leur excellent restaurant d'altitude hier soir, sont partants..!Jean Pierre hésite et se tâte...pas question pour cet enragé de perdre une journée de pêche..mais où?? Je me garde bien d'intervenir dans son choix qui finalement sera d'éviter également les heures de voiture: il refera donc seul le parcours que nous avons fait ensemble hier et dont la qualité et la proximité permettent un "bis" sans problème!
Tout le monde partira à 10h30, les bretons emmenés par Sylvain, et JP que j'accompagne à la rivière derrière le lodge...et je me retrouve seul, ravi de "glander"..!Je fais sécher mon Wader et mes chaussures de Wading en plein soleil, elles seront moins lourdes, puis vais faire un tour dans un cybercafé pour surveiller sur mon forum archisèche les guignols qui s'en donnent à coeur joie en mon absence..et je joue les touristes japonais en prenant quelques photos de la ville très aérée, aux maisonnettes en panneaux de bois compressé d'allure faussement fragiles et parfaitement isolées et confortables, aux rues très larges...la place ne manque pas dans ce pays...

son jardin d'enfants

                                               

ses quartiers résidentiels proches de la rivière

                                         

                                          

sa rue commerçante

                                          

et les monstrueux camions qui la traversent...

                                         

je commence ensuite à ranger moulinets et cannes...vais faire un tour dans notre "bouiboui d'à côté " histoire d 'avaler en guise de déjeuner une soupe et une banane bio car cet établissement est également une petite épicerie bio, je termine par un "expresso" servi toujours sans sucre qu'il faut réclamer et après une petite sieste digestive, je remonte la rivière par le chemin qui la longe à la rencontre de JP que je suis sûr de retrouver à un endroit précis...et banco...à 15h pile, nous arrivons ensemble, lui de l'amont harnaché en pêcheur, moi léger et élégant comme un citadin de qualité, à hauteur du golf, là où près des enrochements ma supériorité manifeste l'a plongé hier dans un abîme de honte mal refoulée: quand je vous disais que j'étais sûr que je le retrouverais à l'endroit de sa déchéance!!Gagné!!
Comme il l'espérait (tout comme moi car sa jalousie peut le rendre odieux,) il réussit brillamment à laver l'affront de la veille en prenant devant moi deux poissons "honorables" là où il avait perdu son honneur enfin retrouvé, comme son sourire..ouf!!

                                       
                     
                                         
Je peux m'en retourner, laissant le héros repartir les épaules en arrière, le torse avantageux en avant, vers de nouvelles conquètes halieutiques en amont..mais je prends un malin plaisir à lui demander de poser pour une photo montrant le héros en route pour son destin à l'intention de son épouse pour le cas où il se ferait bouffer par un ours, et il s'efforce de rire...jaune évidemment..quand on est trouillard, hein!?
                               

Je rentre par le chemin des écoliers, boucle mon sac après avoir récupéré mes chaussures de wading complètement sèches et récupère JP qui est de retour vers 19h, ravi de sa journée , et qui m'accompagne à nouveau dans notre bouiboui pour nous nous gaver d'une soupe pour papys...et d'où nous voyons à 20h arriver la voiture des bretons que nous retrouverons attablés devant d'énormes steacks dont 2 à notre intention nous attendent dans le frigo: sympa mais désolés, nous avons déjà diné..et le portable, il sert à quoi??

Ils sont enchantés de la Oldlman river où Jean a pris, vidéo comme preuve à l'appui, une énorme Hybride d 'arc et de cutthroat trout... et au terme de ce séjour c'est sans aucun doute
*Le potard hypochondriaque atrabilaire et pétochard qui a pris le plus de poissons
*Fred le breton "cul bleu" qui après seulement deux jours de palm aura pris le départ le plus fulgurant (et la gamelle la plus spectaculaire) et rencontré 4 bull trout!!
*Olive le gaucher,assez novice également , qui aura pris une bull trout, et très "respectable" (au streamer il est vrai..mais à tout péché miséricorde)
* Jean, bleu bite tout pareil, qui aura pris le plus gros poisson..
*et le senior que vous enviez et admirez tous qui aura pris le plus de....plaisir.....comme quoi les voies du Seigneur sont bien impénétrables!!

 

Jeudi 17 vendredi 18: voyage retour

ça devait arriver.....après le petit déjeuner un peu maussade comme le temps qui a eu le bon goût de mettre son costume gris après plus d'une semaine de temps splendide, j'accompagne JP à la librairie où il achète un agenda illustré de photos relatives à la pêche locale dont une met Jimmy à l'honneur, et nous partons à 10h30 sous la pluie...pour chercher un peu et trouver dans la zone industrielle de Calgary un magasin de pêche d'une taille exceptionnelle indiqué à Sylvain par Jimmy..

                                             
.Après nous être perdus dans les rayons où certains ont fait de menus achats, nous débarquons dans un restaurant mexicain aux accortes serveuses, c'est vraiment le mot, à 14h.....inconscient ou amnésique, je fais à nouveau confiance à Sylvain qui a du être touché par la grâce car je me vois gratifié suite à sa commande, de 9 ailes et cuisses de poulet confites dans du caramel, les mêmes qui m'avaient tant plu le premier jour en amuse gueule..un délice..
                                            

puis c'est l'aéroport à 16h30...les formalités, l'attente, les quelques derniers achats futiles pour écouler les derniers dollars, la dernière bière canadienne avant l'embarquement et le décollage à 20h15, 15mn avant l'heure prévue pour 7000km en 9h de voyage assez inconfortable car la grosse moche préposée du guichet à laquelle nous avions demandé pour nous trois des places laissant de l'espace à nos jambes nous a placés juste derrière la cloison qui sépare la classe touriste de celle de l'élite où la place est justement plutôt réduite alors que les petits bretons enregistrés plus tard séparément, sans doute par une préposée plus compréhensive, sont, eux, placés au niveau de la porte et ont toute la place voulue pour étendre leurs frèles gambettes.!Le monde est mal fait!!

                                             

Je somnolerai tout le voyage, Sylvain ne fermera pas l'oeil et Jean Pierre passera son temps à s'agiter le plus souvent debout tourné vers l'arrière, scrutant les rangées de voyageurs endormis pour s'assurer sans doute qu'il n'y a pas d'ours parmi eux...car il n'a plus sa bombe! Atterrissage le lendemain 18 à ....13h20 à Roissy terminal 3,
                                                                                              

les bagages sont longs à récupérer et Fred croit un temps avoir perdu sa valise qui l'attend pourtant bien sur le tapis roulant.....Sylvain est attendu par un copain qui l'embarque pour Orly où il a un avion pour Toulouse avant d'aller guider en Espagne, Jean Pierre a filé à la gare TGV du terminal 2 pour rater son train de 30 secondes et je le retrouve en attente du suivant, comme Jean, alors que Fred et Olive que je croyais retrouver ici et auxquels je n'ai pas dit au revoir sont en fait en route pour Montparnasse!

Jean puis JP montent dans leur TGV respectif, le mien démarre 30 mn plus tard à 16h30....je serai chez moi à 21h30...pour faire quelques commentaires apès avoir récupéré du décalage horaire plus dérangeant quand on circule dans le sens W-E, le retour en la circonstance!!!!

                                                                              ********************************

Je vous livre ces commentaires qui peuvent vous être utiles


1/ Coût total voyagiste pour 12 jours aller retour: avion + voiture avec 10 nuits1/2pension , 8 jours et 4 heures de pêche y compris 3 jours de guidage "local" dont deux descentes en bateau + faux frais incontournables = 4000 euros/personne

-C'est cher d'autant qu'il y a des réserves à faire sur la prestation globale du voyagiste

*l'hébergement pour certains en chambres sans fenètre et une seule salle de bains WC pour tous, trop exigue !
*L'insuffisance de formation du Guide qui connaissait mal des lieux ce qui nous a quasiment perdu , sur 9 jours prévus pour 8 licences payées (manquait une à payer en supplément !!)
3 jours de pêche passés en des endroits de peu d'intérêt malgré la richesse de la région, voire 4 si l'on considère l'erreur de la première nuit d'hotel à Calgary pour un sommeil total de 18h et la perte pour la pêche, commencée à 16h seulement, de la 2ème journée du voyage du mardi: reste 5 jours de pêche satisfaisante...pour 4000 euros, soit 800 euros la "vraie" journée de "vraie" pêche!!

-Après avoir lu le commentaire suivant d'un collègue :

"A titre indicatif, nous préparons nos voyages nous mêmes La Colombie Britanique plus l'Alberta, nous est revenu, en tout à 1800€ par pêcheur
Toulouse- Calgary, via Frankfort par avion ( bien sûr !!) Location du Camping-car ( forfait de 1500km,avec un dépassement de 300km,et assurance) Première nuit à l'hotel ( arrivé à la bourre pour la location du C-c ) Permis de l'Alberta et de la C-Brit+ permis journaliers sur l'Elk (' chez la Québéquoise dont tu parles et dont j'ai oublié le nom... ) Nourriture ( dont du whisky et pas mal de mousses) Pas de guide, pas de bateau ( notre côté sauvage )"


-J'ai fait les calculs, sur la base de 2 pêcheurs, pour la même durée et 9 jours effectifs de pêche satisfaisants en se débrouillant soi même et vous les livre :


*Avion: (1:).....................................................775 euros
*Logement B&B(2): 125D X 10 = 625D =..406 euros
                                         2
*Licences pêche(1): 9 X 42D.......  =   378D = 246 euros
*Alimentation(1) 9 X 30 ........... .=    270D = 176 euros
*Guidage Bateau (2): 5 X 550D   = 1375D = 893 euros
                                          2
*Wading libre: 4jours...............................  =  000 euros
*Location voiture(2):...................300E     =  150 euros                                                         
                                                         2          2646 euros /personne soit 3000 euros avec l'essence et les faux frais , pour 9 jours satisfaisants, soit 333 euros la journée....!!

L'alimentation comprend le casse croûte de midi: sandwiches à préparer soi même, ça vaut mieux...10 dollars + 20 dollars pour le restau le soir
5 guidages bateaux car il y a 5 parcours et que plus on en fait mieux ça vaut , 4 journées de Wading complètent, après infos sur les parcours auprès des guides...j'en connais déjà 3 pas loin de Fernie!!  
Inutile d'aller chercher loin en Alberta , on trouve mieux "sur place" 

Ci dessous les adresses utiles:        Outre un lodge de qualité 12 km en aval de Fernie:   http://www.birchmeadowslodge.com/index.html

                                                                                                                     

                                     

Les guides ne sont pas indépendants et sont subordonnés au propriétaire des droits de pêche, dans ce cas à Gordon Silversthorne, le propio de notre Lodge et du magasin, mais ils peuvent travailler pour plusieurs "patrons"Il n'est pas interdit de les contacter mais pour traiter il faut passer par le patron!
Jimmy est super, Blair absolument charmant et très " vieille France"..quant à Carole....Chasse Gardée!!

                                                                                 ********************************