NO  KILL =(''Sans tuer''(dans notre langue))

 

                                                                                                  

                                                             Le "P ê c h e r- r e l â c h e r"

 

Lu sur le Journal Officiel :

 

"Le Pêcher-relâcher", qui est une pratique de pêche à la canne dans laquelle le poisson est capturé avec précaution pour être remis à l’eau sur place,

doit désormais remplacer les expressions américaine pêche no-kill et britannique catch-and-release, la "graciation" étant l'expression Québécoise "


Vocabulaire des sports (liste de termes, expressions et définitions adoptés) (JO 19 déc. 2010, p. 22380).

 

Nota :citation d'un "esprit sain":

 

Comment peut-on faire admettre un parcours ''No Kill'' à des pêcheurs locaux héritiers d'une longue tradition de viandage, dans une langue qui n'est même pas la leur?(Sans tuer!)Ils ont effectivement l'impression que des "estrangers" leur imposent une pratique exotique....!

                                                                                                                  

 

 

                                                                           Religion..que de crimes n’a t-on commis en ton nom ??

 

                                        

Bon, tu le termines ton diabolo menthe, c’est l’heure d’y retourner !!

Hein ??

-Oh, tu roupilles ? c’est l’heure de retourner à la pêche….Tu penses à quoi, l??

à un cadenas !!


- Look UpQuel cadenas ?

A propos du p ê c h e r- r e l â c h e r!

-Un cadenas à propos de p ê c h e r- r e l â c h e r ?? D’abord parle plus doucement..si on  t’entend parler encore du p ê c h e r- r e l â c h e r , il y en a qui vont recommencer à s’engueuler…ça suffit comme ça !!

Justement ! Le cadenas , tu sais celui des ceintures de chasteté des "gentes dames" quand leur couillon de chevalier partait aux croisades.....

-Oui..et alors…quel rapport avec le p ê c h e r- r e l â c h e r ??


Ben je pensais aux guerres de religion et aux croisades avec les  croisés qui partaient casser la gueule à ces infidèles de Sarrazins pour leur apprendre la vraie religion, la leur …..tout ça à grands coups de massue et d’épée à travers le corps:

                                         -Et que je te fous un coup de masse d'arme sur le crâne pour y faire entrer qu'on est tous frères,

                                        - Et que je te plante mon épée dans le foie pour t'apprendre à aimer ton prochain comme toi même,.....espèce de sauvage...!!

 

                                                                                                            

                                                                                                                                                
-Oui, c’était il y a longtemps, et alors

Alors les cadenas c’était pour boucler les ceintures de chasteté pour que la "gente dame" ne soit pas trop « gente » Winkavec le voisin en le "croisant" de trop près  pendant que son chevalier croisé de mari taillait en pièces les infidèles au nom du bon Dieu !!

-Oui ,j’ai compris…..et le p ê c h e r- r e l â c h e r, la dedans ??

 C’est comme les missionnaires Anglicans qui, au siècle dernier en terre de feu, la mal nommée car ça caille en terre de feu, se sont mêlés, au nom du Bon Dieu, d’éduquer la tribu fuégienne des Yahgans qui vivaient très bien nus sous des huttes de branchages, uniquement enduits de graisse de phoque ! Au nom de la religion et  de la décence ils les ont forcés à s’habiller, les ont logés au nom de la charité dans des baraques en dur…………. où ils sont tous morts de tuberculose dans leurs vêtements trempés !! C’est dangereux la religion des fois !!


- Pas contentMais le p ê c h e r- r e l â c h e r , bordel, qu’est ce qu’il vient foutre la dedans ??

Ben le p ê c h e r- r e l â c h e r , … c’est un peu comme une religion..

-Mais non, faut pas exagérer.. !

Justement, faut pas exagérer,  parce que si on en fait une religion et qu’on se sent, comme certains, une âme de Missionnaire ou pire, de Croisé et qu’on se croit autorisé à donner des leçons aux autres…ça peut faire mal , tu vois bien !!!!

 

-Ben dis donc..c’est là que tu voulais en venir, avec ton cadenas ?? Tu es parti de loin... tes voies,  tout comme les "gentes dames", sont plus impénétrables que celles du Seigneur , ma parole..et à propos de "gentes dames" ....., je me demande si tu ne serais pas un peu "déjanté"??? 

 Mais pour le coup, tu as raison., c’est vrai que c’est chiant ces mecs qui, sous prétexte qu'ils remettent à l’eau,(ce qui est plutôt bien dans l'esprit et sans doute  utile..au pêcheur...mais pas forcément pour le poisson..) ,..comme bien d'autres d'ailleurs, et qui ne la ramènent pas pour autant,  se permettent de gueuler au scandale dès que tu  gardes un poisson, comme si tu étais un repris de justice et qu’ils avaient le droit de te faire la morale…. et de t’imposer leurs vues!!..
Exactement, t'as pigé…à se demander jusqu’où ces mecs qui prétendent "respecter le poisson" (comme ils disent)   iraient dans le manque de respect de leur semblable  ...   pour lui imposer leur façon de penser un peu.. "radicale!!

Un cran de plus  et c'est le  pêcheur "No Killer" du bord de l'eau (ne cherche pas dans le dico, je viens de l’inventer..),  qui se transforme, en société, carrément en "serial killer" fana  tourne pas rondau point de buter son semblable  pour lui apprendre à pas buter le poisson, c’est dingue, non ??A croire que les Croisés ont fait des petits Laughing!!!
En revenant??Alors c'est con qu'ils n'aient pas perdu la clef du cadenas!!…arf??

C'est con, oui……En tous cas, heureusement, on est tranquilles ici..so great ::il n’y a pas de ça chez nous !!                                                                    


   Heureusement , oui Clap Clap ...mais sans sombrer dans ces excès, le p ê c h e r- r e l â c h e r a ses lettres de noblesse...:    

 

 

                                                                            **********************

.

 

                                                                                  

 

  

 

 

témoin un texte superbe du poète pêcheur Decimus Magnus Ausonius (309 - 394) ou Ausone pour les intimes, qui confirme par le poisson "auto no killer"....qu'on n'est jamais si bien servi que par soi même!!

 

« Celui-là, du haut d’un rocher, se penche sur l’onde, incline la ligne courbée d’une verge flexible, et lance un hameçon garni d’amorces mortelles. Ignorant le piège, le peuple errant des eaux s’y précipite en ouvrant une gueule avide ; et sa machoire béante a senti, mais trop tard, la piqûre du fer caché. Le blessé se débat ; ce mouvement se trahit à la surface ; par secousses le crin tremble, et le roseau qu’il agite obéit et se balance. Aussitôt la main de l’enfant tire obliquemment sa proie, et l’arrache d’un coup de sa ligne qui déchire l’air en criant. Ce bruit frappe l’écho qui le répète, comme parfois les sons brisés du fouet qui claque dans l’espace, ébranle l’air et le fait siffler. L’humide butin sautille sur la roche aride, redoutant les traits mortels de la lumière du jour. Ce poisson que sa vigueur soutenait dans son fleuve s'affaiblit au dehors, et notre air qu’il respire consume bientôt sa vie. Déjà son corps épuisé bat le sol de palpitations moins vives; déjà retombent les derniers tremblements de sa queue engourdie ; ses lèvres ne se ferment plus, et l’air que sa gueule béante avait absorbé, ses branchies le rejettent en exhalant le souffle de la mort … J’ai vu des poissons déjà près de mourir, recueillir leurs forces, se soulever d’un bond, et s’élancer pour retomber dans le fleuve où ils retrouvaient un élèment qu’ils n’espéraient plus revoir …

                                                                       ...................................

Et ci dessous un texte contemporain à la conclusion (trop?) pleine d'optimisme:

 

Pour les chasseurs-cueilleurs que nous sommes ce simple geste représente une rupture radicale avec une tradition de plus d'un million d'années. C'est casser avec une peur séculaire de manquer, demain, de nourriture. Relâcher aujourd'hui, c'est avant tout un geste généreux et une révolution face à "l'utilité de l'action". Libéré de tout esprit de lucre et de rentabilité, le pêcheur ne pêche plus que pour le plaisir du jeu. Il tourne le dos à une pêche productiviste. Les conversations entre adeptes changent du tout au tout. Nous ne nous remboursons plus le permis, nous ne remplissons plus les quotas autorisés, nous ne mesurons plus nos prises en jurant pour un demi centimètre qui manque "pour faire la maille". Nous évitons une pêche "du panier et du congélateur". Si notre vie professionnelle nous oblige à la rentabilité, l'oublier à la pêche c'est la liberté. Mais il n'est jamais facile de rompre avec un système qui gère entièrement toute notre vie.
Le
p ê c h e r- r e l â c h e r, c'est évidemment sauver la vie de notre partenaire. D'adversaire le poisson devient compagnon. A son corps défendant, bien sur, car lui, il continue à souffrir, ce que nous ne devons jamais oublier. La bonne conscience du relâcher a une limite, les souffrances que nous imposons aux poissons. Le stress d'être accroché, de ne plus coordonner ses mouvements et de se rapprocher inexorablement et à bout de force vers son ennemi mortel, peut tuer. Il paraît qu'une truite Fario trompée de trop nombreuses fois, arrêterait de se nourrir. Les parcours p ê c h e r- r e l â c h e rl doivent être étendus sur de longues distances pour éviter que le poissons ne soit massacré par de trop nombreuses captures.
Enfin, le
p ê c h e r- r e l â c h e r, comme l'entretien des cours d'eau, est peut-être la philosophie qu'il manquait à la pêche à la mouche pour devenir un vrai loisir écologique

 

                                                                                                         JM Touron

 

                                                                                           ************************     

 

 

Et ci dessous, sur une superbe photo de remise à l'eau, un texte, élaboré en commun avec de très nombreux pêcheurs no killers , qui aspire à définir ce que devrait être le "p ê c h e r- r e l â c h e r" dans un esprit de tolérance et de respect de la sensibilité de chacun :

 

             

                                    

                                                                                                                    §§§§§§§§§§§§§§§§§

 

Ceci ayant été dit, qu'il soit bien compris qu'il est rapporté que l'adepte du "p ê c h e r- r e l â c h e r" espère préserver son environnement"......intention louable dont l'efficacité reste à démontrer ..mais à laquelle nombreux sont ceux qui opposent l'adage classique selon lequel

"l'enfer est pavé de bonnes intentions"..

....l'enfer étant en l'occurence représenté justement par...le p ê c h e r- r e l â c h e r..........mais il me paraît honnête, au terme de cette analyse, de faire état des arguments de ces "dissidents"..qui ne sont pas dénués de bon sens lorsqu'ils définissent en persiflant avec une certaine dose d'humour, les

 

moucheurs d'aujourd'hui comme:

 

*Des gens qui élèvent des coqs et des canards exprès pour leur arracher "à vif" les plumes du cou et les plumes du cul Laughing, ou tuent des lièvres , des chevreuils, voire des écureuils....pour en faire des leurres sur des hameçons avec lesquels

*Ils piquent des poissons élevés exprès "en cage" en pisciculture, rendus "triploides" donc stériles pour qu'ils grossissent plus vite (comme les castrats)

*puis les déversent en surdensitaires dans leur terrain de jeu uniquement pour les sortir de l'eau et les sacrifier et les consommer..., la fin (faim??) ne justifiant pas forcément les moyens à notre époque où on peut se procurer si facilement , et moins cher que le matériel de pêche, du poisson dans le commerce..!

 

 

 

alors que les adeptes du " p ê c h e r- r e l â c h e r"

 

en '"rajoutent une couche"  et , plutôt que de les sacrifier proprement pour consommation..,choisissent

*de les ferrer et les "tenir en laisse" pour leur plaisir, les épuiser jusqu'à l'asphyxie

* puis de prendre en photo leur agonie.. .....

*avant de les remettre à l'eau, en se donnant bonne conscience, juste à temps , pensent-ils, pour
*qu'ils puissent, dans les meilleurs des cas, "re-servir" plusieurs fois, et ainsi

*pouvoir les torturer "à petit feu" avec préméditation et récidive ... uniquement pour " le plaisir" et " le sport" sans réaliser que la mortalité immédiate n est pas négligeable et qu' au bout d'un certain temps le poisson survivant ne se nourrit plus et meurt ou fuit carrément les parcours
Quand un nouveau parcours est désigné en "Relâché total" vous avez environ 5 années pour prendre votre pied, après quoi...!!

 

§§§§§

 

A méditer, ..d'autant que :"L’impact sur la mortalité (16.2%) de la pratique de la remise à l’eau  est souvent sous-estimé"...et que la survie de ces "vaincus" , très anti-naturelle, n'oeuvre pas à terme dans le sens de l'amélioration de l'espèce....comme vous pourrez le constater à la lecture des documents ci dessous:      

          

                                           Publication du ministère des ressources naturelles de l'Ontario: juillet 2005 

           

                                                          

                                                     Qui est rapportée, entre autres,dans cette autre publication Française

 

 Publication de la fédération québéquoise pour le Saumon atlantique été2011
   

dont je vous recommande la lecture de la page 18 qui vous confirmera que

 

.....si vous photographiez vos prises à l'air libre, il faut exposer le poisson le moins possible hors de son milieu 

 

(Ferguson et Tufts (1990) en Ontario ont prouvé qu'il y a des effets directs de la durée de l'exposition à l'air sur la mortalité de la truite arc-en-ciel.

Le taux de survie s'élevait à 62% pour les poissons exposés à l'air 30 secondes et la survie était de seulement 28% pour les poissons exposés à l'air 60 secondes)

 

et remettez le soigneusement  à l’eau

sans omettre de l’aider à se réoxygéner en le maintenant face au courant mais surtout sans "pomper" soi disant pour l'aider alors que cela s'avère inefficace et dangereux, car la circulation de l'eau dans les branchies lors du mouvemnt arrière se fait dans le mauvais sens anti physiologique et contribue à étouffer le poisson….il retournera de lui-même dans ses courants dès qu’il aura repris du « poil de la bête »....

 

et sans affirmer que

 

*sous prétexte que ça parait être, à court terme, une bonne chose pour le pêcheur, c'est également une bonne chose pour l'avenir de l'espèce....

ce qui est démenti par les scientifiques....

n'en déplaise aux "intégristes" qui prétendraient imposer à tous ce comportement finalement à terme plus que discutable...alors??...

 

....comme bien souvent, "in medio stat virtus", alors respectons cet adage

 

 

 

*************************

 

Avis personnel qui n'engage que moi:

 

Je ne garde jamais aucun poisson car ça m'emmerde

 

*au bord de l'eau de lui casser la nuque, de le vider (c'est quand même plus intelligent que de le faire dans l' évier de la maison)

*puis de le trimbaler toute le journée dans un panier qui , même peu "chargé", est encombrant

*de le faire cuire et d'empester toute la maison

*de le consomer avec le risque de se planter une arête dans l'amygdale...

 

alors que j'habite au bord de la mer et que quand j'ai envie de poisson,

 

j'achète au marché à des pêcheurs qui rentrent de la marée du poisson de mer

préparé par eux, éventuellement en filets dépourvus d'arêtes

et, pardonnez moi, sans oublier que je suis Franc Comtois d'origine et que j'ai fait mes armes de moucheur sur la Loue, le Dessoubre....etc, .....que je trouve bien meilleurs au goùt que nos pauvres rescapés nourris aux granulés!

 

Donc si je pratique le "pêcher relâcher" , c'est pour des raisons très "prosaïques" , d'autant que je sais :

 

*que ce "pêcher relâcher" ,
         - s'il paraît être une bonne chose "à court terme pour le pêcheur"
         - est scientifiquement "une mauvaise chose "à long terme pour l'espèce."....


* mais que sa pratique honore ses adeptes de bonne foi qu'on ne peut condamner

puisqu'ils croient, bien que ce soit à tort , ainsi "protéger l'espèce"


*alors que ceux qui , aveuglés par leur certitude et ignorant la réalité scientifique, se permettent de donner des leçons à ceux qui ne pensent pas comme eux,,

sont des intégristes intolérants et dangereux

qui pleurent sur un poisson que l'on tue proprement (alors que beaucoup d'entre eux les martyrisent avant de les relàcher brutalement) mais ignorent sans doute que dans notre monde d'aujourd'hui, poisson ou pas, un enfant meurt de faim toutes les 6 secondes..ce qui est autrement plus préoccupant!!

 

Et pour conclure, cette remarquable analyse(valable pour tous poissons) d'un pêcheur de saumon s'adressant dans un forum de saumomiers à ces intégristes dangereux!!

 

 

 

                    

 

" Vous avrz compris que ce qui me dérange dans le no kill c'est le côté bien pensant intégriste de certain!

Qu'ils aient des convictions, des croyances ou de vraies raisons peu importe, c'est leur droit et je le respecte.

J'aimerais seulement que ces mêmes pêcheurs aient la même conception de la liberté de penser et d'agir en fonction de ses convictions, que moi.

Vous avez des croyances, j'en ai d'autres… !!   "