Les sources

Alors que j'arpentais les berges de mes rivières préférées, j'ai eu parfois la curiosité de remonter jusqu'à la source et d'en découvrir les variétés, parfois surprenantes, voyez ci-dessous!

une source , outre qu'elle peut être issue du simple écoulement en surface de la fonte d'un glacier, est la sortie ou "émergence" d'eau souterraine, qui peut être à l'origine d'un cours d'eau de surface ( elle peut être submergée dans un écoulement d'eau, une mare, un lac ou une mer.) plus ou moins important.....

Voici un résumé bref et clair de la part d'un "connaisseur" guide de pêche de son état!........qui peut aussi bien évoquer

le plan d'eau de surface d'une source glaciaire

que le friselis de la petite source du talus de la route du Breuchin où , gamins, nous descendions de vélo pour remplir nos gourdes

en partant à la pêche

ou que le clapotis de la source captée pour arroser le jardin ou alimenter le lavoir

tout comme le murmure de la source "sauvage", exsurgence d'une future superbe rivière

jusqu'au rugissemenr d'une puissante résurgence

 

***********************

Cette eau souterraine susceptible de former de véritables rivières souterraines peut avoir deux provenances

..........1/ infiltration et ruissellement des eaux de pluie

...........2/ Pertes d'un ou plusieurs cours d'eau qui resurgissent à distance pour donner naissance à un cours d'eau de surface

on pourra donc distingier outre les sources glaciaires constituées d'eau de surface de fonte des glaciersl

Les ex- surgences (du latin surgere qui signifie « se lever ») désignant l'émergence "exutoire" d’écoulements souterrains qui proviennent des seules infiltrations d'eaux de pluie.Ne pas confondre ce mot « ex-surgence » (avec un « s » après le « x ») avec

« ex-urgence ». , sans cet "s", souvent employé à tort par ignorance , car il suggère l'émergence exutoire « puissante » ou "avec force" ceci en raison de l'étymologie urgere qui signifie « presser, pousser Il n’est d'ailleurs qu’occasionnellement employé à bon escient dans des textes spécialisés

à noter que ni ex-surgence -ni ex-urgence ne figurent dans le petit Littré ni dans le Dictionnaire de l'Académie Française, et que

seul ex-surgence figure dans le Larousse!!

Une ré-surgence est une émergence d'eau souterraine alimentée en partie par au moins un cours d’eau de surface identifié dont une partie ou la totalité s’infiltre dans le sous-sol par une ou plusieurs pertes à distance

Une rivière de surface perd une partie de son eau qui circule dans le sous sol avant de RE surgir à distance pour donner naissance à un nouveau cours d'eau de surface!

Dès lors que la communication de la perte du réseau hydrographique de surface avec l'émergence a été mise en évidence par la visite ou la coloration,.....

*l’émergence devient résurgence

de type ex-surgence CALME, si l'on veut être puriste , comme le dormant de la Touvre,

ou de type ex-urgence PUISSANTE comme le bouillant , la font de LUSSAC ou la Fontaine de Vaucluse, le terme de "fontaine" introduisant à lui seul la notion de puissance

*************************************

 

Curiosité un peu "hors sujet"

Le puits artésien , enfin, pour être complet, est une exurgence formant un puits où l'eau jaillit spontanément (ou par forage).
Ce phénomène a été mis en évidence pour la première fois par les moines de l'abbaye de Lillers, en Artois en 1126, d'où son nom(Artésien)
 
L'« artésianisme » se produit lorsque lagéologie d'un lieu provoque une mise en pression de l'aquifère,..
 
 
 
 
ou qu'elle le contraint sous le niveau de sa ligne piézométrique (ligne d'égale pression de l'eau souterraine).
 
 
 
 

Si le sol est foré naturellement ou artificiellement , lorsque les nappes souterraines deviennent trop chargées l'eau remonte par le puits en jaillissant, selon le principe des vases communicants le débit pouvant varier beaucoup avec la pluviosité

 
 
                                  Puits artesien naturel                                            
   Puits artésien artificiel par forage
 
 
 

 

*********************************************

 

Reste maintenant à essayer de reconnaître certaines sources de rivières bien connues ou particulières!!

3,2,1,...0..TOP à vous..!

 

Exact, dans le "cirque de consolation"

"Le Dessoubre est une rivière française dans le département du Doubs, en région Franche-Comté, et un affluent du Doubs, donc un sous-affluent du Rhône par la Saône. Il s'écoule du cirque de Consolation sur le territoire de Consolation-Maisonnettes à Saint-Hippolyte suivant une combe parallèle aux gorges du Doubs.

De 33,3 km de longueur, le Dessoubre est alimenté par de nombreuses résurgences karstiques des hauts et moyens plateaux du Doubs. Il nait au fond du Cirque de Consolation, à 623 mètres d'altitude, où il recueille dans ce même lieu les eaux de plusieurs sources : le Lançot, le Tabourot et la Source Noire. Il s'écoule ensuite vers le nord jusqu'à Gigot où il est rejoint par la Reverotte en rive gauche puis il s'oriente au nord-est dans une vallée très encaissée jusqu'à Saint-Hippolyte où il se jette dans le Doubs en rive gauche,

****************************

 

Exact

"La source principale de la Seine(nom dérivé de celui de la Déesse Sequana)est située sur le plateau de Langres (à cheval entre la Côte-d'Or et la Haute-Marne), près de la limite entre la Bourgogne et la Franche-Comté, à 446 m d'altitude1, Le plateau donne également naissance à plusieurs autres cours d'eau importants du nord de la France : la Marne, l'Aube et la Meuse.

Administrativement, la Seine prend sa source sur la commune de Source-Seine, à l'est du village, près de sa limite avec Poncey-sur-l'Ignon, à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de Dijon. Le site est facilement accessible, directement situé à côté de la route départementale 103, elle-même connexe à la D 97.

Le site des sources de la Seine se présente sous la forme d'un vallon aménagé en parc paysager aménagé autour de la Seine encore ruisseau.

La première source est protégée par un nymphée érigé en 1865 par les architectes Gabriel Davioud, Victor Baltard et Combaz, à la suite de l'achat du terrain par la ville de Paris. Il abrite une statue d'une nymphe fluviale, copie d'une œuvre du sculpteur bourguignon François Jouffroy. La Seine coule ensuite sous l'esplanade aménagée pour admirer la grotte artificielle qui abrite la source. Cette esplanade est considérée par certains comme le premier pont sur la Seine.

Après un parcours de 775 km, la Seine se jette dans la Manche au niveau de Havre!

***************************

C’est à 942 m d’altitude à Mouthe,dans une cavité du massif du Jura dans le triangle nordique du Haut-Doubs, que le Doubs, qui donne son nom au département, prend sa source dans le triangle nordique du Haut-Doubs en jaillissant d’un siphon de 55 m. (résurgence des eaux du lac suisse de Joux à l'altitude 1004m à 10km à vol d'oiseau au sud est) et donne,naissance à 'une rivière de 430 km qui donne son nom au département,,.

Lunatique et versatile dans sa première jeunesse comme tout au long de son parcours de 430 km, le Doubs a été baptisé « dubius » par Jules César, en raison de son tempérament indécis.

à Goumois

. C'est le principal affluent de la Saône et par conséquent un sous-affluent du Rhône. Sa longueur totale est de 453 km, dont 430 km sur le territoire français et 85 km sur le territoire suisse; une partie de son tracé faisant office de frontière entre les deux États.

Il se jette dans la Saône à Verdun-sur-le-Doubs, à 175 m d'altitude à seulement 90km de sa source de Mouthe

 

********************

 

La Loue est une rivière française, des deux départements du Doubs et du Jura en Franche-Comté, résurgence et affluent gauche du Doubs, et sous-affluent du Rhône par la Saône.

Jaillissant d’une caverne large de 60 m et haute de 30 m creusée dans une paroi surplombante de plus de 100 de hauteur, à Ouhans la source de la Loue n’est autre qu’une majestueuse résurgence du Doubs comme l'a confirmé l'incendie de l'usine Pernod, frappée par la foudre le dimanche 11 Août 1901 : un million de litres d'absinthe déversé dans le Doubs à Pontarlier se retrouvait deux jours plus tard à la source de la Loue !

Puis, le 31 août 1910, les spéléologues Édouard-Alfred Martel et Eugène Fournier et le docteur Maréchal de Besançon, ayant remarqué une faille sur le cours du Doubs à Maison-du-Bois, en aval de Pontarlier, y versèrent 100 kg d'un puissant colorant vert (fluorescéine). 64 heures plus tard, la Loue était colorée de ce même vert.

son parcours de 122km se divise en trois portions distinctes, Haute Loue Moyenne Loue et basse Loue jisqu'à Parcey où une partie de son cours est dévié par un canal se jetant dans le Doubs via le cours de la Clauge. Le bras principal, lui, conflue avec le Doubs au niveau du parc naturel de l'île du Girard, à une dizaine de kilomètres au sud de Dole, après un parcours de 122,2 kilomètres.

Exact

Le Lison d' une longueur de 25,37 km est une rivière française qui coule dans le département du Doubs, dans la région Bourgogne-Franche-Comté. C'est un affluent en rive gauche de la Loue, donc un sous-affluent du Rhône par le Doubs et la Saône. Ses sources, très spectaculaires, offrent une très agréable promenade. Sa grotte, la cascade (jamais tarie) qui en jaillit, les couleurs bleu vert en toute saison, en font un lieu de visite des plus appréciés. Un parking à une centaine de mètres à peine facilite l'accès à ce site.

Sa source se trouve dans la commune de Nans-sous-Sainte-Anne mais elle est certainement une résurgence du ruisseau de Château-Renaud qui prend sa source à Dournon, traverse Sainte-Anne puis Crouzet-Migette où il tombe dans le Creux Billard situé 220m en amont de la source du Lison. Le débit interannuel moyen du Lison à sa source est de 5,35 m3/s4.

après Nans-sous-Sainte-Anne, le Lison longe Saraz, traverse la commune d'Éternoz où il baigne trois des anciennes communes désormais regroupées : Alaise, Doulaize et Refranche. Il reçoit le ruisseau de la Vau à Eternoz, puis passe à Myon où il est rejoint par le Todeur, à Échay où se trouve une station d'épuration des eaux, à Cussey-sur-Lison où il reçoit la Goulue, puis il longe Lizine et Châtillon-sur-Lison où il se jette dans la Loue.

************************************

 

FAUX enfin!!

C'est La Dourbie est une rivière du Sud de la France coulant dans les départements du Gard et de l'Aveyron, en région Occitanie, et un affluent gauche du Tarn, donc un sous-affluent du fleuve la Garonne.

Rivière du Massif central, de 71,9 km de longueur1, elle prend sa source dans le massif du Lingas au sud du mont Aigoual sur la commune d'Arphy (Gard), à 1 301 m d'altitude, entre les deux cols de Montals et col de Giralenque

La source est voisine de la route départementale D548, et des trois sentiers de grande randonnée suivants : le GR 60, le GR7 et le GR de pays Tour du Viganais. Elle coule globalement de l'est vers l'ouest, puis borde le causse du Larzac (au sud-ouest) qu'elle sépare du causse Noir (au nord-est). Elle conflue dans la rivière Tarn rive gauche à Millau (Aveyron), à 357 m d'altitude

*******************************

Ben oui, scambus, encore!!

"Se rendre à l'abreuvoir "dans l'étable de mon grand-père", comme indiquera une jeune fille à son certificat d'études.

 

La Loire prend sa source sur le versant sud du mont Gerbier-de-Jonc au sud-est du Massif central dans le département de l'Ardèche,, au pied sud du mont Gerbier de Jonc, dans la commune ardèchoise de Sainte-Eulalie, à 1408 m d'altitude. La source géographique de la Loire : au départ un simple filet d'eau qui donne un des plus beau fleuve de notre pays.et le plus long fleuve de France, avec une longueur de 1 006 kilomètres

à Goudet

Elle se jette dans l’océan Atlantique par un estuaire situé en Loire-Atlantique, dans l'ouest de la région des Pays de la Loire.

*********************

 

 

La source de la rivière Dordogne se trouve en Auvergne près du Mont Dore dans le massif central, sur le flanc nord du Puy de Sancy lorsque deux petits cours d’eau : la Dore et la Dogne se rejoignent à très exactement 1366 m . Pour être encore plus précis,
La rivière s’étire sur environ 483 kms et traverse 6 départements Puy-de-Dôme, le Cantal, la Corrèze, le Lot, la Dordogne et la Gironde.

Aval d'Argentat

La portion qui traverse le département 24 mesure 178 kms. La rivière termine sa course en Gironde, au niveau du bec d’Ambès lorsqu’elle rejoint la Garonne.

********************************

La source de la Sorgue du Vaucluse ,(exurgence) est la plus grande source karstique de France par son débit

.Elle est située dans le département de Vaucluse, sur le territoire de la commune française de Fontaine-de-Vaucluse, au pied des monts de Vaucluse.

elle est profonde de + de de 315m et engloutirait la tour Eiffel!

Elle alimente La Sorgue de Vaucluse (à ne pas confondre avec la Sorgues, dans l'Aveyron)

qui est la plus importante exurgence de la France métropolitaine.

au cinquième rang mondial, longue de 30km

Elle alimente la rivière toute l'année d'une eau fraiche et limpide, grâce à un immense réservoir formé de roches carbonatées et alimenté par les pluies.

eLa Sorgue se divise rapidement en deux grands bras, la Sorgue de Velleron et la Sorgue d'Entraigues qui se subdivisent en plusieurs dizaines de cours aux noms différents :

Tous s’écoulent dans la plaine des Sorgues (entre L'Isle-sur-la-Sorgue et Avignon)

. Les bras principaux d'Entraigues et de Velleron se rejoignent et se jettent dans l’Ouvèze à Bédarrides.

Le canal de Vaucluse (3e bras principal), se sépare de la Rode, déviation de la Sorgue d'Entraigues, au lieu-dit « Les Sept Espassiers »

pour se diriger vers Avignon. Il entre dans la ville où il reprend son nom de Sorgue dans la rue des Teinturiers et se jette ensuite dans le Rhône.

 

 

******************************

 

Le Tarn se situe dans les Cévennes Il prend sa source (1523 m) sur le mont Lozère au sud, au Pic Cassini dans le nord de la commune du Pont de Montvert

à l'aval de Ste énimie-

et se jette dans la Garonne à Saint-Nicolas-de-la-Grave, en Tarn-et-Garonne. après un parcours de 380,2 km1.

*************************

.

 

La Marne est une rivière française située à l'est du bassin parisien et longue de 514,26 km1. Elle représente à ce titre la plus grande rivière

de France.

Elle prend sa source sur le plateau de Langres dans le cirque de la Marnotte, à Balesmes sur Marne. , (Haute-Marne) .C'est le principal affluent

de la Seine dans laquelle se jette entre Charenton-le-Pont et Alfortville (Val-de-Marne) dans

le quartier de Conflans-l'Archevêque . Son nom

est intégré à celui de quatre départements français

*************************

                                              

 

 

 

 

L'Allier ,C’est dans une forêt de hêtres à l’ambiance magique que l’Allier prend sa source et surgit timidement hors du sol. dans la Margeride à Chasseradès sur le Moure

de la Gardille (1 503 m), en Lozère,

à Langogne

de 420,7 km de longueur1 elle coule au centre de la France ; c'est l'un des principaux affluents de la Loire.dans laquelle elle

se jette au bec d’Allier, près de Nevers à la limite entre le Cher et la Nièvre dans les villes de Marzy, Cuffy et Gimouille.

La rivière et sa vallée constituent un axe majeur autour duquel s'est constituée l'ancienne province d'Auvergne.

Elle donne son nom au département français de l'Allier

*******************

Source de l'Ain.:elle prend naissance dans le jura à proximité de la petite cité médiévale de Nozeroy à 15 km de Champagnole à 700 m d'altitude

Cette exsurgence célèbre dont l'eau provient de rivières souterraines est alimentées par des ruissellements du plateau de Nozeroy.

En fonction des saisons le débit de la exsurgence est très variable.

à Champagnole

L'Ain franchit de de nombreuses gorges et cascades avant de se jeter dans le Rhône à quelque 200 km de là.

à 10km au sud est de Luon , (site classé aménagé ) entre St Maurice de Gourdans, Anthon,et Loyette

****************************

La source du Planey,un cours d'eau de la Haute-Saône, naît en limite communale avec Anjeux, sur la commune de Bouligney

c' est un sous-affluent du Rhône par la Semouse, la Lanterne et la Saône.

Sa longueur est de 6,5 km.

Sa source est une résurgence de pertes d'eaux non identifiées,(exurgence?) issues d'un système karstique (source « vauclusienne »).

Explorée entre 1969 et 1993, la source développe actuellement 200 m jusqu'à une profondeur de -32 m,

Connue des plongeurs, l'exploration est très dangereuse et soumise à l'obligation de prévenir la gendarmerie avant et après chaque plongée.

Le Planey rejoint la Semouse à Varigney, un hameau excentré de la commune de Dampierre-lès-Conflans.

La température de l'eau reste constante toute l'année à 11 °C. Chargée en sels, carbonate de calcium,

magnésium et de fer peu oxydé, elle offre aux visiteurs ses couleurs bleue-turquoise dont l'intensité varie selon l'heure et la saison.

***********************************

 

Le Breuchin est une rivière de l'est de la France qui coule dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

C'est un affluent très abondant de la Lanterne en rive droite, et donc un sous-affluent du Rhône par la Lanterne, puis la Saône.

Sur le plateau des Mille étangs des Vosges Saônoises, Beulotte-Saint-Laurent

est composée d'un village principal, de trois principaux hameaux (les Cent Sous, Breuche et La Saulotte

et de fermes isolées situées,à une altitude de 520 à 757 mètres, et à 13 km de Faucogney-et-la-Mer1.*

Le hameau des Cent Sous est le plus haut avec 730 mètres d'altitude et

le Breuchin y prend sa source à la sortie de l'étang du moulin

(en rouge les 3 indices du Sorcier!!)

*********************************

 

 

Le Rhône est un fleuve d'Europe, long de 813 kilomètres (un tiers en Suisse et deux tiers en France).

Il prend sa source dans le glacier du Rhône, en Suisse, qui débute dans le massif du Dammastoc et se termine vers à 2250 mètres d'altitude

à l'extrémité orientale du Valais, dans le massif des Alpes uranaises.

La source jaillit aujourd'hui du lac glaciaire, avec une évolution constante au fur et à mesure de la fonte du glacier avec un variation au fil des années.

Il parcourt 290 kmen Suisse, se jetant dans le Léman pour en sortir à Genève

. Il entre ensuite en France, où il parcourt 522 km3,

Il termine son cours dans le delta de Camargue pour se jeter dans la mer Méditerranée.

Port-Saint-Louis-du-Rhône est la dernière ville traversée par le Rhône.

 

 

***********************

 

L'Arc prend sa source à 2 770 m d'altitude au pied de l'ancien glacier des Trois Becs et au lac des Sources inférieures,

non loin de la frontière franco-italienne, et se jette dans l'Isère à la hauteur de la commune d'Aiton, donc rejoint la vallée de la Tarentaise.

De 127,4 km de longueur1, rivière torrentielle à forte pente, l'Arc a de grands atouts énergétiques que les industriels ont commencé à exploiter dès la fin du XIXe siècle.

***************************

 

Le Cusancin qui prend naissance sur le territoire de la localité de Cusance, dans le département du Doubs.est alimenté par deux sources bien différentes.

La Source Bleue, également appelée « l’Anse » est une véritable curiosité avec ses eaux limpides et intensément bleues par temps clair.

La seconde, la Source Verte(ou noire), dénommée « la Cuse » est plus sauvage et puissante avec des nuances colorées plus foncées.²

Ainsi la Cuse et l’Anse se conjuguent à merveille pour donner le nom de Cusance à ce petit village de cette charmante vallée

Son parcours fait moins de 13km, parsemé de petits barrages en escalier appelés nassis

joli nassià Pont les moulins

Il se jette dans le Doubs (rive gauche) à Baume-les-Dames.

 

*************************************

 

 

,

 

  La "Font de Lussac" estt à 150 mètres à l'est du bouillant au fond d'une "reculée, masquée par un rideau  de verdure, et clôturée également,

Elle  a été explorée en 2004 par les plongeurs spéléo, jusqu'à ses 186m de profondeur

se serait ouverte à la suite du tremblement de terre de Lisbonne de 1753

**************************

 

 

Le Bouillant

Le Bouillant est une fosse de forme ovale d'une longueur de 40 m pour une largeur de 26 m, sa profondeur est de 15 mètres. Le côté sud est formé par un cône d'éboulis

en forte déclivité et très envasé. La face nord se termine sur une étroite fissure au colmatage important. A l'ouest, une falaise verticale de 15 m de hauteur, au pied de cette falaise,

dans son angle nord-ouest, les matériaux provenant du cône d'éboulis s'accumulent autour d'un puits verticale d'environ 2.5 m de diamètre et de 5 m de profondeur.

C'est par l'orifice de ce puits que jaillit la trombe d'eau qui remonte à la surface en provoquant le célèbre bouillonnement. Ce conduit verticale dans lequel circule un très fort courant

est alimenté à sa base par un couloir horizontal jusqu'à à la profondeur de - 45 m, là le couloir débouche sur un collecteur de 6 à 8 m de diamètre et de forte déclivité

qui a été exploré jusqu'à - 148 mètres

Un captage dans ses eaux assure l'alimentation en eau potable de l'agglomération d'Angoulême.

Une digue naturelle le sépare du point d'émergence suivant : Le Dormant, .

 

La Font - 186m et le bouillant avec ses -150 m, communiquent en profondeur par une galerie
 

parmi les plus profondes de France la Font de Lussac avec ses -186 m de profondeur atteints par Vincent Ferrand, et le Bouillant et ses -150 m, est un site exceptionnel
                                Ces deux cavités distantes
en surface d’une centaine de mètres, communiquent en profondeur par une galerie!

 
 

     En 2008, Vincent Ferrand a découvert dans la Font de Lussac, à – 115 mètres cette galerie , qui semblait être le lien vers le Bouillant.
Pour vérifier cette hypothèse, de communication avec le bouillant
, un traceur à base de sel a été injecté en 2010 et est ressorti deux heures plus tard au Bouillant.

 
 

C’est ce qu'ont confirmé les plongeurs Clément Chapus et Bruno Megessier une seule fois le 29 octobre 2011 après plusieurs week-ends de recherches depuis fin août et après avoir mis en œuvre d’importants moyens:

  • En six heures de plongée pour parcourir 380 mètres, à 120 mètres de profondeur en moyenne, ils sont partis de Lussac à -115 m pour rejoindre le Bouillant (d’où jaillit un puissant courant accentué par l’étroitesse de la zone d’entrée qui rend l’accès en plongée seulement possible lors d’étiages très prononcés), au point bas de -150 m par la galerie qui rejoint les deux sources s
    .
    C’est un réel exploit ! Depuis plus de quarante ans, on soupçonnait l’existencede cette interconnexion sans en avoir la confirmation.
 

 

 

Le dormant

Le Dormant se situe dans le prolongement du Bouillant. C’est une diaclase (cassure verticale et étroite) de 50 m de longueur et de 20 m de profondeur,

dont les deux parois verticales ne sont distantes que de quelques mètres (9 m dans la plus grande largeur). Un grand cône d’éboulis, en provenance de la colline de Touvre, descend du nord. Le fond est encombré

de branchages et de vase à travers lesquels filtre l’eau. L’importance des dépôts vaseux ne permet pas de réaliser une exploration minutieuse de cette résurgence

*******************************

 

 

la lèche

"La lèche" dont la source résurgence" eest au sud est des 3 autres sources

a pour origine une vasque de 1.80 m sur 4 m qui présente, dans sa partie supérieure, un rétrécissement de 1 m sur 0.45 mètre.

La trombe qui s'en échappe fait penser au Bouillant mais on débit est beaucoup plus faible (1 à 2 m3/S)

Son parcours est assez compliqué. Après sa naissance, la Lèche coule en direction de la Touvre.

Une partie de ses eaux rejoint l'Échelle et une autre partie va se jeter dans la Touvre rive gaucheà 400m au sud en traversant

les prairies et les bassinsde la petite pisciculture du Pontil située sur la rive gauche en face et à l'ouest de la Font de Lussac

La Lèche a une profondeur de 2 m, et se situe 600 m au sud des trois précédentes sources,

Cette source serait également apparue lors du tremblement de terre de Lisbonne de 1755.

 

*************************************

 

 

Les sources sont des résurgences des pertes du Bandiat, de la Tardoire et de la Bonniaure

Ces résurgences donnent naissance à la Touvre, affluent de la Charente long seulement de 10,5 km

Le "Pont des bochers" en amont des canoés

aux "jardins"plus aval

et dont le débit permet à la Charente d'être navigable d'Angoulême à l'océan. Elles alimentent l'agglomération d'Angoulême en eau potable.

Les sources de la Touvre sont situées à 6 km à l'est d'Angoulême, dans la petite commune de Touvre. On y accède par la D699, route d'Angoulême à Montbron, puis la D23 et la D57.

55.

 

**************************************************

La source de la Moselle.dans le massif des Vosges .est matérialisée officiellement par la fontaine en granit érigée le 23 mai 1965. .

située sur la route des sourcesau pied du Drumont à 735 m d'altitude

Cependant la rivière se forme de la réunion de plusieurs ruisseaux

dont certains sourdent à plus de 1000 m, sur les pentes du Grand Drumont.

Après un long parcours de 560 km, la Moselle se jette dans le Rhin à Coblence en Allemagne qui n'est pourtant

qu'à 262 kms de Bussang à vol d'oiseau !

 

************************

 

 

 

La Saône prend sa source à Vioménil au pied du Ménamont, au sud du Seuil de Lorraine

(département des Vosges),

à 405 m d'altitude.

Elle conflue avec le Rhône à Lyon, à l'altitude de 163 mètres. C'est une rivière de 473,3 km de longueur,

dont le Doubs est le principal affluent.

***********************

 

 

La Sorgues de l'Aveyron (à ne pas confondre avec la Sorgue du Vaucluse) est une rivière française

du Massif central qui coule dans le sud du département de l'Aveyron. C'est l'affluent principal du Dourdou de Camarès,

donc un sous-affluent de la Garonne par le Dourdou, puis par le Tarn.

De 46,4 km de longueur, elle prend sa source dans le causse du Larzac près de Cornus à partir d'une importante

exsurgence pour se jeter dans le Dourdou de Camarès en aval de Saint-Affrique, tout près de Vabres-l'Abbaye.

La Sorgues (avec un « s ») est bien connue dans le Saint Affricain ; sa vallée est jalonnée de villages qui la longent dans la « Vallée de la Sorgues »

Si sa course se termine au sud de Saint Affrique, à Vabres l’Abbaye, en se jetant dans le Dourdou de Camarès après un parcour

s d’une quarantaine de kilomètres, le lieu de sa naissance est moins connu. Tout simplement à un kilomètre du hameau de Sorgues, vers Cornus

où elle apparaît jaillissant de la roche après avoir déjà fait du chemin sous terre ! Au pied du hameau

Le Mas Raynal situé à 750 m d’altitude, l’eau de la Sorgues apparaît à une altitude de 578 m. Elle vient en fait de l'un des plus importants gouffres connus chez nous.

La rivière souterraine coulant au fond de l'abîme du Mas-Raynal est elle-même alimentée en eau par divers affluents que l'on a découverts

au fond de multiples autres grottes et avens existant aux alentours. Cet abîme a été visité pour la première fois par le célèbre Édouard Alfred Martel dès 1885,

puis exploré en 1889 en compagnie de Gaupillat, Armand et Foulquier. Ils descendirent alors jusqu'à 103 m de profondeur

********************

 

Le glacier des Sources de l'Isère, autrefois glacier de la Galise1, est un glacier des Alpes françaises situé en Savoie,

à l'est du col de l'Iseran

et de la commune-station de Val-d'Isère, en bordure de la frontière italienne.

Composé de plusieurs masses de glaces dominées par la Grande aiguille Rousse, la Petite aiguille Rousse,

la pointe du Gros Caval, la cime d'Oin et la cime de la Vache,

ses eaux de fonte donnent naissance à l'Isère, l'un des principaux affluents du Rhône.

*******************

La Moselotte prend sa source à la fontaine de la Duchesse, à 1280 mètres d’altitude, entre Hohneck (1363 mètres) et Kastelberg (1350 mètres)

à proximité des sources de la Vologne et de la Meurthe, et de la Crête supérieure des Vosges.

Elle traverse le Lac de la Lande avant de rejoindre sa vallée glacière.

La longueur totale de la Moselotte est de 47 kilomètres. La vallée de la Moselotte est en général relativement étroite,

à l'exception de la zone de Saulxures-sur-Moselotte; ce n'est véritablement qu'à partir de Vagney que celle-ci s'élargit

sensiblement pour atteindre une largeur conséquente jusqu'à la jonction avec la Moselle.

**************************************

 

L'ognon prend sa source à Château-Lambert où s'érige le Calvaire de la source de l'Ognon sur le versant sud du massif des Vosges (à 904 mètres

d'altitude à la Tête des Noirs Etangs),De 213,7 km de longueur,,et s'écoule essentiellement dans le département de la Haute-Saône

la seconde moitié de son cours servant de limite avec les départements voisins du Doubs puis du Jura.

Ses derniers kilomètres sont en Côte-d'Or. Il se jette dans la Saône à Heuilley-sur-Saône,

à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest (en aval) de Gray (à 185 mètres d'altitude

******************

 

 

 

c'est bien ce qui est écrit mais ce n'est pas ça

 

 

 

L'Augronne, tout comme la Sémouse et la Combeauté, naît à proximité immédiate de la ligne de partage des eaux dans le bois de la Tête des Ânes (le Pas de l'Âne).

. . Sa source forme l'étang du Renard à 580 mètres d'altitude, sur la commune de Remiremont.

C'est un abondant filet d'eau servant d'exutoire à l'Etang du Renard à 585 mètres d'altitude, dans la Forêt Communale de Remiremont.

Ce petit étang capte les eaux d'infiltration des reliefs environnants que sont le Bambois et la Tête des Ânes.

La longueur de son cours d'eau est de 28,5 km1

****************************************

 

(La source intermittente de Fontestorbes est une grosse ex-urgence, de type vauclusien et l'une des dix plus importantes de France,

située en Ariège sur la commune de Bélesta, à un kilomètre environ au sud du village, en bordure de la route départementale no 9

menant à Fougax-et-Barrineuf.

Elle se présente comme un porche monumental ouvert dans la falaise d'où surgit en cascades et dans un bruit assourdissant

une véritable rivière de 5 mètres de large. Après 50 mètres seulement de parcours cascadant à l'air libre,

cette rivière se jette aussitôt en rive droite dans l'Hers-Vif, dont elle fait plus que doubler le débit.

Seul fruit du hasard et de la nature. la FONTAINE INTERMITTENTE DE FONTESTORBES est la plus spectaculaire au monde,

Pendant la majeure partie de l'année, la fontaine coule constamment. Par contre, en période de basses eaux,

un beau jour, elle devient brusquement intermittente par un phénomène de variations du débit rythmées et régulières.

Le cycle complet prend environ 60 à 90 minutes. Moins d'une trentaine de phénomènes d'intermittence sont recensés dans le monde

. L'intermittence de la fontaine n'a jamais été complètement expliquée car les scaphandriers

n'ont jamais réussi à remonter le siphon qui provoque le phénomène.

*****************************

************************

 

Ici le commandant de bord:

Attachez vos ceintures....nous allons traverser au dessus de la Belgique

alors que nous amorçons la descente pour l'aterrissage,

une zone de perturbations typiques de certains

sujets pourtant intéressants et bien partis.....pollués inéluctablement par de mauvais esprits dans tous les forums

quelle que soit leur "tenue générale"!!

Que les ames sensibles mettent leurs bouchons d'oreille et leur bandeau sur les yeux, c'est sans danger et ce ne sera pas long

********************************