Yellowstone   

(cliquez sur ce lien)

Le parc naturel du Yellowstone occupe le coin nord ouest de l'état du Wyoming juste au dessous du Montana et à l'est de l'Idaho, à la latitude de Bordeaux
Il s'étend sur 8 983 km² (898 300 hectares, c'est-à-dire une superficie plus importante que celle de la Corse) pour 102km nord sud  X 87km est ouest et c'est le deuxième plus grand parc des États-Unis après l'Alaska, inscrit comme réserve de biosphère depuis 1976.
Très fréquentés par trois millions de personnes chaque année, il est situé à 2400mètres d'altitude moyenne (le plus haut sommet du plateau et du parc de Yellowstone est le Mont Washburn qui culmine à 3 122 mètres) dans un immense cratère volcanique(caldeira) dont la dernière éruption date de 640.000 ans et présente outre les stigmates de ce passé volacanique, des signes d'un volcanisme actif dont les différentes manifestations sont autant d'atouts touristiques qui se surajoutent à l'attrait de la faune très riche et très protégée, (500 grizzli, 600 ours bruns, 4000 bisons, plus de 100 loups et 25 pumas)
dont font partie les truites arc en ciel et surtout les cutthroat "de souche" qui sont la fierté halieutique de ce pays de pêcheurs à la mouche....et la raison principale de notre voyage du 8 au 21 septembre 2010;

 

 

 

Lundi 6/09/2010 : Départ de Surgères en début d'après midi, pour anticiper la grève SNCF du lendemain mardi 7, direction Montparnasse puis Gazeran peu après Rambouillet

* où je retrouve Jimmy, l'ado prolongé éleveur de brebis Savoyard pêcheur d'exception qui s'étonne que sa compagne Emilie ait été un peu chiffonée de le voir repartir 15 jour pour le Yellowstone et lui fasse la gueule alors qu'il n'est parti avant cela depuis un an que 8 malheureux jours pêcher en Pologne, puis 3 malheureuses semaines en Nouvelle Zélande où sa plus grosse prise faisait à peine 4,5kg,...... sous le futile prétexte qu'il avait juré au retour qu'il ne partirait plus...les femmes sont quand même chiantes, vous ne trouvez pas??.....

                                                                                                                  

*alors que le Baron, notre noble copain pêcheur et grand chasseur, Seigneur de Gazeran, titulaire d'une agreg de philo qui l' a amené très naturellement à règner sur le monde des machines informatiques présidant au foncrionnement de la téléphonie sans fil de nos mobiles, vient nous y chercher pour nous emmener chez lui passer le mardi de grêves en attendant le mercredi 8, date du départ de notre avion !                                                                                                                                                                                                           

*Eddie, l'emballeur de nems de la région Lyonnaise, inséparable copain de pêche du sus nommé Jimmy, son cadet de quelques années, dont il "tutoie" les exploits halieutiques à deux doigts de les égaler bientôt (si la bonne chère arrosée de vodka ne l'enlève pas trop tôt à notre affection!!),viendra nous rejoindre le lendemain au soir , après notre journée de pêche sur l'Huisne...1 cheucheu pour le Baron qui nous emmènera sans encombre

                                                                                                                        

mercredi 8 au matin en 2 heures à Roissy pour 10h30 où nous retrouverons Jean Pierre mon copain pharmacien hypocondriaque atrabilaire stressé insomniaque dyspeptique et râleur....

  

 

                                                                                                                                                                                                                                 
qui, quand il n 'est pas content de sa pêche ..est en effet malheureux au point d'en vouloir au monde entier , et gare à celui qui est le plus près...mais ça passe ...et entre temps, c'est le plus charmant des compagnons...quand il dort, car Dieu merci, il ne ronfle pas..comme quoi il y a du bon même dans le pire d'entre nous......Question pêche, je dirais charitablement qu'il est peut-être, parfois, moins mauvais que moi...quoique...mais il a l'inconscience de trainer souvent sa canne autour des deux extraterrestres que sont Jimmy et Eddie, proximité que personnellement j'ai la sagesse d'éviter pour garder le moral en évitant ainsi des comparaions déprimantes....

et Bernard, mon beau frère docteur en géologie bien intéressé par le Yellowstone, paradis des géologues, non pêcheur, mais angliciste distingué qui nous accompagnera sous le titre ronflant d'organisateur guide interprète trésorier régisseur chauffeur et à 12h55…………

                                                                                                                                                                                                            

GOOOOOO via New York ..après que la sécurité m'ait piqué dans ma trousse de toilette une paire de petits ciseaux " coupe ongles " et un flacon de savon d'Alep, venu tout droit du Maroc, qui faisait plus des 100cc règlementaires…mais j'aurai la surprise pour déjeuner dans l'avion de recevoir des couverts en inox: une belle fourchette avec ses 4 dents bien pointues et un couteau scie à bout rond, certes …mais bien plus dangereux entre des mains plus aguerries que les miennes au maniement de l'arme blanche...que mon coupe ongle… !! Allez comprendre !!  

  

 

                                                                                                                                        

Vol de 8h sans histoires, atterrissage à New york....correspondance pour Denver.....la queue est impressionnante pour passage à la sécurité Américaine qui se fait cependant assez rapidement et sans encombres, d'autant qu'en bon français nous avons quelque peu court-circuité une bonne partie de la file à l'aide d'arguments fumeux, et comme je suis passé le premier, je flane en attendant les autres devant deux flics Américains qui me dévisagent d'un air soupçonneux, et, pour tuer le temps, je sors mon appareil photo et prends un cliché du hall...malheur...un des flics bondit en hurlant en Anglais quelque chose comme "casse toi sale con",( impensable en France..).et Bernard qui arrive m'incite à m'écraser car il est écrit partout mais en Anglais que je ne comprends pas, que les photos sont interdites,ce que je ne comprends pas davantage!!Je rengaine prestement mon apn avant que l'autre ne dégaine le gros machin qui pendouille à sa ceinture....ça commence bien!!

  

 

                                                                                                                                                                                                                                                              

Denver quelques 3h et des broquilles plus tard, très grand et très bel aéroport où je m'enfile un Hot Dog...on engage la conversation avec un Américain sympa comme la grande majorité de ses compatriotes auxquels nous aurons affaire, qui porte un étui de canne à pêche...il se rend également au Yellowstone pêcher à la mouche et nous donne plein d'infos intéressantes sur les rivières et les bons coins.....Puis.c'est une "mémé" qui présidera à l'embarquement pour une dernière étape d'un peu plus d'une heure jusqu'à Bozeman, manifestement pas mal de personnes d'un "certain âge" travaillent encore dans ce pays, nous en rencontrerons beaucoup au cours de notre séjour....., car les retraites ne doivent pas toujours être mirobolantes...ils devraient faire comme nous..une réforme des retraites....d'autant qu'ici....les grèves ne sont pas systématiques....!!

Rebelote dans l'avion où l'hôtesse d'un certain âge également me semble un peu "allumée"...car , les yeux brillants, elle s'adresse à moi et à mon voisin en demandant "Frenchoais??"Le voisin, Américain pure souche, BCBG style jeune cadre dynamique bien propre sur lui s'offusque et désapprouve manifestement alors que je souscris aimablement, moi le Frenchie tout chiffonné par la longueur du voyage...puis je ferme l'oeil.......mais un gratouillis sur le cuir chevelu me réveille: c'est mon hotesse tout sourire qui me dit "benvenioue".....je vérifie que j'ai bien fermé ma ceinture de sécurité, que mon siège est bien redressé comme demandé au décollage....tout est conforme et devant mon air ahuri elle me répète en accentuant son sourire "benvenioue".....et je réalise alors qu'elle m'a réveillé pour me souhaiter la bienvenue......je me fends alors également d'un sourire, on n'est pas des boeufs, et je la corrige en lui détachant bien ...bien...ve...nue., nue comme "à poils", quoi, lui précisai-je....et, radieuse, elle s'éloigne pour répéter ce mot magique à mes concitoyens qui roupillent également quelques rangs à l'arrière!Sympa, ça rattrape un peu les flics de New York!!

Atterrissage à Bozeman à 21h15 du mercredi 8 "locale", soit 8h après le départ alors que le voyage aura duré en fait16 heures....car il y a 8h de décalage horaire en moins avec Paris où il est déjà 5h15 du matin du jeudi 9!!A y est, il va falloir s'y faire..!!

                                                                                                             

Catastrophe, le sac de Jimmy n'est pas à l'arrivée,.......le pauvre est décomposé malgré la sollicitude de mon beau frère Bernard qui s'est joint à nous bien que non pêcheur pour nous assister en Anglais qu'il maitrise parfaitement .....déclaration , réclamation dans les règles..nous sommmes persuadés qu'il ne s'agit que d'un retard par erreur de manipulation des bagagistes, donc réparable, et non d'une perte..mais allez en persuader la victime qui a une trouille bleue de perdre tout son matériel, cannes, moulinets, waders.....et toutes ses boites de mouches que, monteur de qualité passionné, il a toutes emportées........

Prise en mains de la voiture de location qui refuse de démarrer avec la clé qui a été confiée à Bernard notre chauffeur, entre autres,........pour la simple raison qu'il s'est trompé de véhicule comme nous le signale un "local" sympa appelé au secours.....et , après avoir dégotté le bon carrosse, après quelques errements et grâce la sollicitude d'une serveuse d'un établissement encore ouvert qui nous indique la route on rejoint l'hotel "super8" à 15 mn de l'aéroport, remarquable compte tenu de son "petit prix"..et dodo à minuit 30!!

 

 

                                                         

jeudi 9: premier contact avec le parc: lever à 7h, petit déjeuner à" l'anglo-saxonne" super copieux et départ pour le Yellowstone par la route qui longe la rivière du même nom, l'entrée nord sera atteinte à 10h, juste après Gardiner siège du premier Flye shop puis

 
 

 

passage à Mammoth spring puis arrivée à Canyon village à 11h, lieu de notre résidence, .accueil sympathique...mais les chambres ne seront accessibles qu'à partir de 16h

                                                   ...carte de pêche....35 dollars pour la saison, soit le prix d'une journée chez Sansonnens...pauvre France!!

 
 

 

On file à la salle de restaurant où, servis par une gentille Taiwanaise, nous nous remplirons correctement l'estomac, avant de consulter la carte du parc remise à l'entrée à chacun d'entre nous:

                                                                                                          
entrés par l'accès nord (1) nous sommes descendus à Canyon village (2), notre lieu de résidence, d'où nous rayonnerons pour pêcher vers le nord est (3)sur la slough (a)et la Lamar river (b)et la Yellowstone au sortir du canyon (4), vers le sud pour pêcher au coup du soir la Yellowstone (6) proche entre sulfur caldron et Fishing bridge , vers le sud ouest (5) la Gibbon(b) et la Firehole (c) qui se jettent dans la Madison (a) d'où nous serons proches de la ville de West yellowstone,(7) entrée ouest du parc!

                                                                        

                                                 

à 14h30 nous partons reconnaître la Yellowstone en amont de "sulfure Caldron" (6) où passe cette large rivière évoquant un chalk stream issu du lac au sud et filant vers le nord!
Les grosses cutthroat qui vivent presque toute l'année dans le lac descendent la rivière pour venir y frayer au début de l'été c'est pourquoi la pêche n'y ouvre qu'autour du 15 juillet, et retournent au lac vers fin septembre et il nous faut donc les pêcher dès le début de notre séjour puisque nous sommes déjà avancés en septembre!!

On voit d'abord des chevreuils puis nos premiers bisons sont au rendez vous et nous émerveillent mais ils deviendront vite au fil des jours une banalité comme les vaches dans notre campagne tant ils sont "communs" partout, isolés ou en troupeaux!! La rivière est en bord de route, l'atmosphère est lourde des vapeurs de gaz souffré qui s'échappe en grosses bulles dans les convulsions de nombreuses cuvettes de boue gris jaunâtre témoignant de l'activité volcanique.....,le ciel est gris, il fait froid et on est fatigués.....

 
 

je prète mon matériel à Jimmy qui arpente la berge vers l'amont alors que Eddie et Jean Pierre attaquent tout de suite......moi je prends quelques photos d'un troupeau d'oies bernaches du Canada qui s'envole juste devant moi......puis je remonte la berge pour retrouver Jimmy et à 16h30 tout le monde rejoint la voiture: personne n'a vu un seul poisson ni un seul gobage, les bulles régulières qui crèvent la surface un peu partout et pourrient faire illusion ne sont que des émanation de gaz témoignant de l'activité volcanique et le moral est bas d'autant que Jimmy porte le deuil de son sac avec une bouille sinistre bien que j'aie parié 20 mouches qu'il récupérera son bien ce soir même.......en l'espérant sans trop y croire..!

 
   

.On poursuit vers le sud jusqu'au lac et l'on s'arrête au "Fishing bridge" qui enjambe la sortie de la rivière puis retour a Canyon Village où le parking et le retaurant sont pleins car il y a encore bien du monde à cette époque........ prise de posssession des lieux, en fait deux chambres "de deux grands lits doubles chacune, strictement identiques à celles de l'hotel de la nuit précédente, cafetière électrique avec café et thé fournis , commode, penderie, lavabo et salle de bains baignoire-Wc..mais ni frigo, ni téléphone, ni télé, ni internet, nous étions prévenus....une grande baie vitrée donne sur le parc...super.

 

.je m'installe en compagnie de Jean Pierre, Eddie et jimmy partageront un des grands lits de la seconde chambre pour laisser l'autre à Bernard et l'on dinera finalement dans le salon qui jouxte la salle de restaurant où le bar nous servira des cuisses de poulet à la "Mexicaine" bien trop pimentées pour nos estomacs de latins délicats et qui nous tirent des larmes... et l'on voit donc Jimmy qui pleure pour raison de piment mais également Jimmy qui rit car il a retrouvé le sourire au moment où son sac a été livré "at home" comme il se devait par la compagnie confuse...tout est bien qui finit bien...et j'ai gagné 20 mouches...mais au fait......je les attends toujours!!

Vendredi 10:Neige, Gibbon et Madison: lever 7h et comme je sors à poils la salle de bains, Jean pierre ouvre en grand la baie vitrée, alors qu'il a neigé cette nuit comme en témoigne la fine pellicule blanche sur le sol et le soufle glacial qui me frigorifie, en commentant: "faut aérer"!! Je pousse un beuglement pour lui faire comprendre que ça peut attendre un peu....ce qui ne le trouble pas outre mesure car son épouse, m'apprend-t-il, réagit comme moi lorsqu'il "aère" quotidiennement aussi tôt matin......ce qui semble être une habitude incorrigible , je dirais plutôt même une "manie" hautement redhibitoire....!!L'enfer c'est les autres disait Sartre.....et dans la circonstante, il est glacial au point de congeler mes génitoires, l'enfer de ce foutu pharmacien!

On retrouve les autres pour ce qui sera la première vraie journée de pêche et le départ est un peu précipité alors que j'évoque la question du casse croûte non prévu, objection balayée un peu inconsidérément par les excités de la palm dans la hâte de se retrouver au bord de la Gibbon, affluent de la Madison !Des travaux de voirie avant Madison jonction nous arrêteront 30mn pour cause de circulation alternée et l'on verra passer plusieurs vieilles voitures bien jolies..puis après avoir croisé un bison qui broute tranquillement la berne de la route, on arrive à pied d'oeuvre et se pose la question du rendez vous pour casser la croùte....    

 

 

            

 

 

 mais quelle croùte puisque rien n'a été prévu, et Eddie qui a déjeuné copieusement a l'imprudence de proclamer qu'on s'en passera alors que mon estomac à jeun proteste énergiquement face à cette éventualité et je râle.....avant de larguer Jimmy et Eddie sur la Gibbon.... le ciel est toujours menaçant, il fait gris et froid ce qui n'incite pas trop à "se mettre à l'eau" , moyennant quoi

 

Bernard nous conduit Jean Pierre et moi à West Yellowstone, la ville de l'entrée ouest du parc, où il loue une voiture avec laquelle il partira samedi et dimanche voir de la famille puis, après une visite touristique de la ville, nous allons nous sustenter dans une Pizzeria accueillis par une serveuse souriante et sympa comme le seront d'une façon générale tous les "locaux" que nous rencontrerons que ce soit dans les commerces, les rues ou la campagne..!

 
 

avant d'aller retrouver comme entendu sur les bords de la Gibbon à 13h nos deux compères qui ont pris leurs premières truites et sont ravis de terminer nos restes des monstrueuses pizzas qu'on leur a rapportés sans rancune...(quoique si les pizzas avaient été moins grandes......) puis on se répartit sur la Madison , eux un peu en amont, jean Pierre et moi un peu plus bas...la rivière est superbe mais très fréquentée par de nombreux pêcheurs et nous toucherons quelques petits poissons décevants

 
 

avant de nous retrouver à 18h pour remonter au village en "bouchonnant" une fois encore en raison des travaux ininterrompus de 7h à 19h (ce n'est pas notre DDE qui fait ces travaux...d'ailleurs chaque voiture a la visite d'une charmante employée qui donne, avec un grand sourire, le délai d'attente...décidément non, ce n'est pas notre DDE .......!!) et diner dans nos chambres respectives après avoir fait nos emplettes dans les magasins du village, le petit reste ouvert jusqu'à 21h30, mais le grand ferme à 18h30...Journée un peu décevante mais c'était la première...demain sera un autre jour....

Samedi 11:Slough river spot N°2 (3a2), : Notre chauffeur Bernard est parti voir de la famille hors du parc et c'est Jimmy qui se colle au volant dès 7h pour une petite heure de route qui nous emmenera cette fois par très beau temps en 45 mn au nord est du village sur la Slough River, petit affluent de la Lamar qui descend de la montagne et présente 3 parcours recommandés: un dans la plaine en bas puis deux autres plus haut à une heure et à 2 heures de marche! Nous ferons aujourd'hui le second , celui à une heure de marche!

                                                                    
Sur la route un attroupement de curieux avec des jumelles nous incite à nous arrêter pour repérer au loin dans la plaine de la Lamar à notre gauche un loup gris en train de casser la croùte sur une charogne qui a attiré également des corbeaux, photos de rigueur malgré l'éloignement puis on passe le pont sur la lamar avant de prendre à gauche le chemin qui conduit le long de la Slough et deuxième attroupement: au loin mais bien visible dans les jumelles, se balade un très gros ours brun.......!

 


On poursuit jusqu'au parking avant le camping et l'on se gare à côté .............de l' Américain sympa rencontré à l'aéroport de Denver qui nous avait conseillé ce coin et qui monte avec quelques copains pêcher le troisième parcours à 2h de marche et nous conseille d'utiliser nos "mouches sauterelles" en mousse d'une taille démesurée dont nous avions déjà constaté l'efficacité au Canada!

 

 

On s'équipe car on montera , comme plusieurs autres pêcheurs, en waders puis les deux jeunes Jimmy et Eddie entament la montée boisée en galopant alors que Jean Pierre calque charitablement son allure sur mon pas de sénateur en surveillant les alentours car l'ours hante ces régions...comme en témoignent les traces bien visibles sur le chemin, mais seul un bison isolé nous verra passer sans qu'on l'intéresse outre mesure...ouf!

                                                             
On arrive en sortant de la forêt au parcours convoité, un peu décevant car la rivière de 5 à 10m de large est peu profonde, totalement calme et à priori assez peu engageante bien que Jimmy ait déjà sorti une arc en ciel et deux truites cutthroat !!On pêche sans grande conviction en remontant le lit apparamment désert de ce chalck stream et..... rien pour nous avant midi..

 
 

 

.on s'installe sur la berge pour sortir les sandwiches ensuite de quoi....on repart pour croiser de nombreux pêcheurs qui s'échelonnent tout au long de deux rives.....

                                                                       

..et le festival va enfin commencer.....Comme toujours c'est Jimy et Eddie qui ouvrent le bal en alignant des poissons qui font quasiment tous 40cm, de belles cutthroat en pleine forme qu'il faut chercher dans les endroits les plus profonds et plutôt calmes, les virages au courant lent car les radiers semblent déshabités!

 
 

Refusant d'utiliser l'énorme sauterelle "Tupperware" en mousse multicolore que Jean Pierre a attachée au bout de son bas de ligne, je décide en Franc comtois chauvin et borné de pêcher avec une paysanne bien de "chez nous"

                                                                     

et , oh merveille, sans égaler les performances des deux jeunes excités Jimmy et Eddie,je ferai monter d 'abord une très belle arc qui sera ma première prise précédant celles de 5 cutthroat toutes de 40cm+,...

                                                                     

mais je raterai au ferrage, décrocherai ou casserai sur 5 autres dont une très belle de 60cm que je vois très bien dans l'eau très claire depuis le talus de la berge monter sur ma mouche que connement je lui retire du bec en ferrant trop tôt comme cela m'arrive chaque fois que je vois le poisson monter..

                                                                                                   

 
 

.Jean Pierre dont ce n'est pas le jour et qui avec son bout de truc plastique a bien des déboires, casses, ratés et autres et qui me suit de près verra le même poisson qu'il ratera aussi et confirmera sa taille impressionnante...!

 

On rejoint les deux compères arrivés au bout de ce premier parcours qui se termine à l'entrée d'un "canyon" !Ils viennent encore de mettre à mal sur une nouvelle éclosion le population de truites de ce dernier secteur, et nous redescendrons ensemble en coupant au plus près pour rejoindre à travers prés le sentier qui se poursuit vers le troisième parcours et sur lequel j'ai vu de loin cet après midi en faisant un tour d'horizon sur le superbe paysage qui nous entoure, monter des calèches tirées par des chevaux.......emmèneraient-elles " là haut" les touristes pêcheurs ou non ??Auquel cas je serais partant pour accéder un de ces jours prochains au dernier parcours en économisant mes forces et chaussures de Wading dont l'une a rendu l'âme au cours du chemin en perdant carrément sa semelle!

 

.
Nous serons à 18 heures en bas où nous attendent quelques biches qui se baladent jusque sur le parking où nous retrouverons notre Américain redescendu lui aussi et qui nous offrira , outre ma semelle de feutre qu'il a trouvée à côté de da voiture, une bière bien fraiche et quelques mouches "Tupperware" qui ont fait un malheur là haut, alors que je lui montre la paysanne qui n'a pas démérité, ce qui semble le consterner d'autant qu'il nous demande comment on fait pour voir sur l'eau d'aussi "petites mouches" montées pourtant quand même sur H 14!!

 


Nous croiserons sur le chemin du retour un superbe cerf peu farouche en lisière de forêt , rencontre qui clôture une superbe journée ensoleillée avec des poissons très coopérants dans un paysage de rêve, seul Jean Pierre avait aujourd'hui la guigne et n' a sorti que trois poissons, mais il aura ses heures de gloire, quant à mes chaussures de wading, je crains qu'elle ne soient mortes.!

                                                         

 

                                           

Dimanche 12:Lamar river(3-b) ou la gloire de Jean Pierre et "ours à gogo": après une nuit reposante et un copieux petit déjeuner, nous prendrons le temps d'aller faire quelques emplettes dans les commerces du village pour refaire des "provisions" en vue du déjeuner et acheter deux bombes à poivre "anti-ours" après avoir remarqué que quasiment tous les pêcheurs "locaux" en portaient une à la ceinture ..puis départ à 9h pour la Lamar dans laquelle se jette la Slough pêchée hier !

                                                                                 

 

Nouvel attroupement sur la route en raison d'un ours brun qui longe à une centaine de mètres la crête de la colline bordant la route à gauche et que nous nous attendons à voir disparaitre de l'autre côté...alors que, tranquillement, contre toute attente il descend vers nous pour atteindre la route, la traverser peinard entre les voitures et à certaine distance des photographes japonais qui se sont prudemment reculés et s'enfoncer dans la végétation en poursuivant son petit bonhomme de chemin!!

 
 

Ravis et ahuris d'une pareille rencontre nous caressons nos bombes à poivre et repartons pour traverser la Lamar et remonter sa rive droite que longe à distance la route que nous suivons......nous repérons un loup solitaire et de nombreux bisons colonisent les prés entre la route et la rivière assez lointaine que nous remonterons assez haut jusqu'au dessus de Soda butte creek pour essayer de dépasser les concentrations importantes de pêcheurs tout au long du parcours!

 
   

Arrivés plus haut alors qu'il n'y a plus de pêcheurs, on s'équipe...j'attache la semelle baladeuse en feutre de ma chaussure droite avec un lacet de mes tennis et nous traversons la plaine herbeuse qui nous sépare de la rivière dont le lit est fait de larges bancs de graviers gris entre lesquels se faufile la rivière en un ou deux bras et si l'horizon est superbe, cette configuration de la rivière avec relativement peu d'eau au milieu d'un océan de cailloux me déprime un peu, ça fait un peu lunaire comme paysage, et ce n'est pas ma tasse de thé, .... De plus elle paraît morte cette rivière, pas un gobage, pas un poisson....et on se retrouve tous à 12h30 à la voiture, déçus, même si Jean Pierre au retour a attrapé une cutthroat sur....une sauterelle tuperware!!

 
 


On décide donc de redescendre à 13h au premier parcours aval en face panneau duYellowstone institute et cette fois Jean Pierre se réveille et avec sa "sauterelle tupperware" aligne les cutthroat , tout en surveillant le troupeau de bisons sur la rive d'en face...Eddie juste à côté de moi en prend également, honte à lui, avec la même "sauterelle" , deux belles , dont celle qui a refusé plusieurs fois ma mouche à moi, plus traditionnelle, tandis que Jimmy est comme moi, bredouille,....jusqu'à ce que Jean Pierre lui donne une de ses horreurs efficaces ..et alors...banco!!

 
 

Résigné je me fais violence et accroche enfin cette foutue sauterelle de bazard et pêche quelque minutes avec mais décidément ça ne colle pas et je décide alors quoiqu'il arrive, après le succès de paysanne, d'essayer de prendre du poisson avec la tricolore et la peute de Bresson, et merde pour la quincaillerie multicolore des Yankees!!Non mais, on est Français, non??
Jean Pierre est derrière moi et on voit gober plusieurs fois dans un courant au ras de la berge opposée: je balance 3 ou 4 fois ma tricolore qui passe juste où il faut et qui devrait déclencher l'attaque...que dalle...!Je laisse alors la place à Jean Pierre qui balance sa sauterelle exactement au même endroit...gagné...la cutthroat l'a goulument gobée et arrive à l'épuisette!!
On monte un peu...même scénario sur un autre gobage et pour la deuxième fois la truite refuse ma tricolore qui la coiffe trois fois de suite et prend au premier passage la sauterelle deJean Pierre!!
Ecoeuré, je remplace la tricolore par une peute que je présente à un nouveau gobage...et cette fois elle est prise au premier passage.....mais décrochera alors que je l'amuse en attendant que Jean Pierre cherche son appareil photo..pas grave, elle est montée sur une peute....ça suffit à mon bonheur!Je poursuis alors que Jean Pierre file plus amont.....peute,gobage, ferrage....c'est bon...merde cassé...!Troisième tentative ..la peute est prise, la cutthroat aussi et cette fois mise au sec, moins grosse que la moyenne qui se situe à 40cm, et de robe plus claire, un peu comme celles du Canada bien moins colorées qu'ici..photo peute au bec...je suis ravi....et tant pis pour ma très modeste prestation, je préfère de loin prendre quelques poissons avec une vraie mouche sèche "bien de chez nous" que plusieurs avec une mouche de cirque américaine......chacun son truc, non??

 

 

 

Les deux jeunes excités ont aussi vite abandonné la sauterelle en mousse pour revenir à leurs techniques habituelles et n'ont pas démérité.....en prenant finalement une nombre plus qu'honorable de poissons de belle taille mais s'arrêtent exceptionnellement de pêcher à 17h30, aussi peu séduits que moi par le décor trop dépouillé de la rivière et nous retrouvons tous assis sur le talus de la rive...alors qu'une imprudente gobe tout près...Eddie ne résiste pas et la sort , ça lui apprendra à venir nous narguer.......quant à Jean Pierre dont c'est le jour de gloire car il a réellement fait "un carton".., il ne tarit pas d'éloges sur la beauté de la rivière...avec la même mauvaise foi que celui qui trouverait subitement séduisante une grosse moche édentée,bancale, bossue et moustachue après avoir constaté que son compte en banque était "confortable"...N'importe quoi, et je lui faie remarquer que ce n'est pas parce qu'une fosse septique est pleine de poissons mordeurs qu'elle est belle et sent bon....il en reste coi.....consterné de constater que je peux être, dans l'exagération, d'aussi mauvaise foi que lui!!

 


Nous remontons à la voiture en croisant de nombreux arrivants...dont notre incontournable Américain sympa qui arrive pour récupérer des copains ...décidément..on le trouve partout....aux endroits qu'il nous a recommandés..ce qui n'est pas si étonnant!

                                                                          

Sur le chemin du retour, surprise...à droite en bord de route, à 50 mètres devant nous, une maman Grizzli accompagné de deux rejetons descend tranquillement vers nous et les autres m'empêchent d'ouvrir la portière ce qu'instinctivement et connement je m'apprètais à faire.....et je laisse également fermée la fenètre alors que l'ourse entourée de ses deux rejetons passe à nous toucher au point que je pourrais la caresser ...je me contente de les photographier.....!
Etonnant quand même ces rencontres qui paraissent se passer très banalement mais je me rendrai compte que les ours sont pris très au sérieux par les locaux et les rangers notemment dont les consignes et le comportement donnent à réfléchir:

 
 

1/il est demandé de les prévenir dès qu'un ours est proche de la route..mais comment?? Pour nous Français il n'y dans le parc pas de réseau pour les portables bouygues, orange ou SFR , et les bornes fixxe sont rarissimes
2/Nous rencontrerons dans quelques jours un garde posté à droite sur le bord de la route en face d'un ours brun qui traine de l'autre côté à une dizaine de mètres de la chaussée et qu'il surveille manifestement de près, nous interdisant de nous arrêter et même de ralentir pour prendre une photo, et je me fais engueuler vertement pour avoir sorti mon appareil...
3/Nous entendrons également deux jours plus tard un local , et pas une fillette, pistolet à la ceinture et carabine à la selle, sur le départ avec un copain pour une partie de chasse au cervidé avec 3 chevaux, 2 de selle et un de bât, raconter à qui voulait l'entendre qu'il avait vu un grizzli tourner autour de son campement , ce qui semblait l'avoir impressionné au plus haut point...alors qu'il s'apprêtait tranquillement à parcourir à cheval à travers le parc les 30km qui le séparaient de son lieu de chasse....!!

Arrivé au village, j'ai la surprise d'entendre les trois copains décider d'aller "voir la rivière", la Yellowstone assez proche en amont de sulfure Caldron et que nous avons pêchée quelques instants en arrrivant le premier jour...grand bien leur fasse, moi j'ai mon compte et après ma douche, je m'enfile seul ma soupe chinoise après avoir rempli d'eau chaude le bol plein de trucs déssèchés, en fait des pâtes agrémentées de quelques épices et autres légumes secs...qui deviennent ainsi comestibles...pour un estomac peu délicat! Comme prévu la poussée de fièvre du "coup du soir" les scotchera à la rivière jusqu'à la nuit noire et Eddie prendra un bestiau de 50cm alors que Jimmy entrera dans la rivière en "costume de ville" pour essayer vainement d'atteindre un gobage un peu trop loin situé!! Des malades je vous dis, rentrés à 21H30!!

Lundi 13: Firehole et Madison(5c-a) pour les jeunes,tourisme pour les ainés: Bernard rentré dimanche soir de sa virée familiale hors du parc a gardé sa voiture de location pour nous emmener, Jean Pierre et moi, faire la tournée des geysers et autres multiples manifestations volcaniques et sa qualité de géologue en fait un guide rêvé d'autant qu'il a déjà parcouru ce parc il y a deux ans et qu'il est intarissable sur ce sujet !! Après être remontés à Mammoth où nous dejeunerons dans un grand self ma foi "correct" , nous poursuivrons la visite commentée pour terminer au Geyser Old Faithful à l'amont de la Firehole au bas de laquelle nous retrouverons en fin d'après midi les deux accrocs de la canne à mouche, après avoir suivi

"La journée culturelle du Docteur B. Mouthier "

Eddie et Jimmy, ravis de n'être plus encombrés des vieillards et de disposer de la grosse voiture avec quartier libre jusqu'à 17h seront exacts au rendez vous pour nous narrer leurs exploits et la rencontre d'un Wapiti qui a traversé la rivière quasiment à côté d'eux et que nous avons vu et photographié couché sur la rive peu avant notre arrivée!!

Le matin ils ont remonté en voiture les berges de la Firhole en passant par la route qui mène à Firehole Falls (Les chutes de la Firehole), pour pêchér juste au dessus des chutes et prendre beaucoup de poissons mais de taille modeste :

 

avant de remonter plus haut, dans la plaine pour y prendre également beaucoup de poissons de tailles modestes également

                                                                  


En début d'après midi, il sont redescendus en direction de l'embouchure dans la Madison pour une pêche. difficile sans gobages dans une rivière rivière très calme et eau très claire.

où ils ont vu de gros ombres .......Eddie en a accroché un mais sans le sortir,

                                            

                                                   avant de voir traverser juste devant eux.un gros wapiti !                                                                                             

 

C'est en remontant la rivière qu'ils sont enfin tombés sur un coin avec plus de courant, des mouches nombreuses et des gobages pour prendre pas mal de poissons pris de tailles un peu supérieure
alors qu'un bison intéressé par le changement de tenue de Eddie s'approcha très près pour mieux humer le fumet qu'exhalaient ses waders.....ça ne devait pas être un bison futé, car bien d'autres se seraient éloignés...!!                                            

 

                                                                                

Bien que tentés par le coup du soir qu'annonçaient favorable les nombreux gobages qui se manifestaient enfin sur le tard , ils eurent le mérite d'être exacts au rendez vous et nous sortons du parc à West Yellowstone où nous rendrons la voiture de location, ferons quelques courses, donnerons nos coups de téléphone et dinerons à la même Pizzéria dont la serveuse a laissé un souvenir impérissable à Jean Pierre!! Eddie qui a les yeux plus gros que le ventre (et c'est pas peu dire!) et pourtant prévenu, commandera une pizza "grand modèle" et alors que , échaudé la première fois par une "moyenne", je me contente d'une "petite" dont je n'avalerai que la moitié.....,...il se fera un point d'honneur d'ingurgiter quand même la moitié de la roue de camion qu'on lui a servie......et il en sera "dérangé" toute la journée du lendemain...bien fait!!


Il me faut racheter des chaussures de wading en attendant de faire recoller par mon cordonnier au retour la semelle de feutre baladeuse de ma paire devenue infirme que j'ai laissé dans la chambre et qui me servira de roue de secours, et ce sera des Simms à semelles de caoutchouc, les semelles en feutre avec ou sans clous de tungstène ne m'ayant pas convaincu de leur réelle efficacité antiglisse alors qu'elles se sont démontrées bien fragiles à la marche prolongée...
Prévoyant, j'avais emporté mon wader que j'enfile discrètement et prestement bien à l'abri derrière une penderie de frusques, à la place de mon pantalon, pour essayer les chaussures.......et quand le choix fait, je fais mine de troquer à nouveau, aussi rapidement et discrètement dans ce magasin désert, mon Wader contre mon pantalon, le vendeur, qui est un gros gaillard de 25 ans environ, et non une vieille fille flétrie de refoulements multiples, me fait comprendre , un peu gèné mais impératif, qu'il me faut me rendre dans une cabine d'essayage au fond du magasin où il me guide avec un sourire gèné, pour que je procède dans un l'isolement total à l'indécent exercice .... et je réalise avec satisfaction qu'il considérait que le spectacle fugace de mon avantageuse anatomie en caleçon risquait de développer un érotisme torride susceptible de troubler la quiétude très puritaine de ces foutus bouffeurs de Hamburgers et autres hot dogs,tous aliments qui représentent , qui pour moi, la véritable indécence......cul... inaire!! Et il me faut en plus casquer 185 dollars pour emporter les chaussures...bon, on va pas en faire un fromage de cette différence cul....turelle, hein???
Retour à la nuit et rencontre d'un bison qui roulait à gauche et nous a foutu une sainte trouille quand il est brusquement apparu à la lumière des phares, puis d'une camionette renversée dans le fossé de gauche....l'équipe de dépannage est à l'oeuvre...!
Au retour dans la chambre je constate que ma première paire de chaussures de wading "accidentée" que j'avais, pour ne pas inonder la chambre, placée dans un des récipients plastique sous le lavabo..qui était en fait une poubelle consciencieusement vidée par les employés du ménage ce matin, a donc disparu!! De profondis!!

mardi 14: Hell Roaring (4) :L'Américain sympa nous avait indiqué un autre parcours intéressant sur la Yellowstone au sortir du canyon au nord du parc et du village, à l'ouest de la Slough et de la Lamar , alors que nulle part il n'est signalé et décision est prise de lui faire confiance.

                                                                   

En chemin on croisera à nouveau un ours brun qui s'enfonce dans le bois, avant d'emprunter le bout de route qui conduit à un parking agrémenté de la pancarte habituelle prévenant du danger des ours et d'un cahier où doivent s'inscrire les imprudents qui emprunteront le sentier qui descend à la rivière tout en bas, pour le cas où ils ne reviendraient pas......rassurant!

 

Finalement je décide de laisser les trois autres descendre alors que je reste avec Bernard pour faire encore un peu de tourisme et rendez vous est donné pour 13heures à la voiture pour casser la croute ensemble après quoi je descendrai pour l'après midi avec eux, et s'ils ne remontent pas, rendez vous à 18h!


Petit tour à Mammoth hot spring revoir les sources chaudes repérées le jour de l'entrée , et un Wapiti tranquillement couché sur la pelouse devant un batiment officiel, puis Tower Falls où on prend un chocolat servi par deux "3ème âge" encore en activité...

 

 

Au retour à la voiture à 13heures, les autres ne sont pas là! Pas grave, on avale nos sandwiches peu ragoutants mais ça remplit.....et on engage la conversation avec les deux "hommes des bois ", pistolet à la ceinture, qui préparent leurs 3 chevaux pour leur partie de chasse au cervidé à 30 km de là et qui ont tant été impressionnés par la présence d'un grizzly autour de leur campement! Ils discutent un moment en partant avec un autre couple, mixte cette fois, arrivé avec également un énorme camion à bestiaux dans lequel il transporte ses chevaux, et qui entreprend les mêmes préparatifs pour le même motif...sacré pays, on se croirait dans un Western....!

 


Je demande à Bernard de m'emmener sur le premier parcours de la Slough Creak pas bien loin pour pêcher une paire d'heures....on se gare dans le "camping", en fait un terrain vague pratiquement pas aménagé, respect la nature oblige, à part un caisson métallique commun où chacun place ses provisions à l'abri des ours, au bord de la rivière que je remonte "relax" !!

 

Je prends une belle cuttroath sur une paysanne bien de chez nous... et je croise un bison qui traverse tranquillement la rivière à l'endroit du gué, tout juste si je ne l'ai pas vu s'arrèter pour lire la pancarte d'information, puis le camping où manifestement il se sent comme chez lui et se balade entre les tentes et les camping cars dont l'achitecture est parfois surprenante!!!!

 


Il est l'heure d'aller récupérer les autres et c'est en route que l'on croise d'abord un garde posté à droite car il surveille en face de lui un ours sur le bas côté gauche de la route, et nous demande de dégager sans nous arrêter, c'est quand même pour nous le quatrième ours qui se promène tout près de la route, et les "locaux" ont tous l'air de lui apporter une très grande considération....puis on rerncontre un chevreuil qui a priorité...et qui le sait!

 


Les trois mousquetaires nous attendent et nous apprennent qu'il leur a fallu 3/4 d'heure pour atteindre la rivière

 

dont le pont suspendu se situe très aval de notre position , le traverser pour ensuite remonter la rive droite dans un trajet assez sportif, voire dangereux à certains endroits...mais que la pêche a été formidable dans un succédané de pisciculture: Jean Pierre avec sa foutue sauterelle, Eddie et Jimmy aves des sedges et des araignées chevreuil ont fait un malheur avec des truites extrèmement mordeuses, d' une frite terrible et toutes d'un poids respectable.......!

 
 
 

 

Compte tenu de la configuration des lieux et de traces d'ours, ils sont restés assez groupés autour de Jean Pierre seul possesseur d'une bombe à poivre et Jimmy m'a avoué que lorsqu'il se trouvait un peu isolé...il avait beaucoup chanté........comme il est conseillé pour ne pas risquer de surprendre un ours en train de faire la sieste....il devait avoir des trémolos dans la voix!

Incroyable mais vrai, ces trois fondus repartiront, à l'arrivée au village, sur la Yellowstone proche faire le coup du soir...où Eddie et Jean Pierre se payeront le luxe chacun d'une très belle cutroath...alors que Jimmy restera capot...une fois n'est pas coutume!!

 

mercredi 15:déception sur la Henrys Fork : sur la foi d'un récit trouvé sur internet et d'un DVD relatif à la Henrys Fork située en dehors et au sud ouest du parc dans l'état de l'Idaho, il avait été prévu une escapade d'une journée, voire de deux, pour aller vider cette merveille de sa riche population d'arcs en ciel...dont acte et c'est ainsi que le départ fut donné à 6h afin de passez la zone des travaux avant le début à 7h de la circulaton alternée qui nous coûte chaque fois une demi heure....chose faite pour nous retrouver devant le petit déjeuner à 7h à West Yellowstone, la ville de la sortie ouest du parc, dernier moment de béatitude avant l'enfer de la suite: nous ne serons en effet à la pêche qu'à...midi..!
                                                                    


Au départ de West Yellowstone il faudra environ une heure par une route sympa pour rejoindre les bords de la rivière large et belle et les constructions qui la bordent.....habitations, stations service, commerces divers majoritairement orientés vers la pêche, tout ceci de bonne augure...jusqu'à ce que nous nous mettions en chasse de nos cartes de pêche journalière.....l'enfer!!On nous renvoie d'abord d'un magasin à l'autre, et lorsque nous trouvons le bon, l'ordi est en panne.....on repart donc à la chasse pour trouver enfin la perle rare qui va nous donner satisfaction...mais l'ordi rame presque autant que la mammie qui "renseigne" la fiche très indiscrète qu'il faut remplir de détails multiples et variés....ce qui prend un temps infini.....tout comme l'impression ensuite du document....qui miraculeusement finit par nous échoir.........il aura fallu environ 2h pour obtenir nos 4 cartes mais ça ne fait que commencer....

 

car mal informés par le document qui ne fournit en fait aucun détail pratique nous permettant de nous repérer et de rejoindre un endroit précis, nous reviendrons à 4 reprises au Harriman state Park situé quasiment au bas du parcours et nous pêcherons moins de 2 heures à la sortie de Box Canyon un beau parcours un peu encaissé d'une cinquantaine de mètres de largeur pour une profondeur permettant un confortable wading partout dans une eau qui court un peu mais qui ne nous offrira que des arcs de 20cm maxi ce qui finira par faire bouillir la testostérone de mes jeunes compagnons qui, plutôt que d'attendre que les "grosses" sortent, décident un peu vite de changer de crèmerie..

 
 
 

et recommence alors la longue quète à grand renfort d'aller retours hasardeux le long d'une rivière qui n'est pas décidée à nous offrir le meilleur d'elle même sans nous le faire payer très cher....et nous échouerons finalement, bien que Jean Pierre ait été acheter une carte détaillée, au voisinnage immédiat d'un pont routier, ils descendent, moi je monte et je prendra, quasiment sous les camions qui franchissent le pont dans un bruit d'apocalypse, sur gobages, quand même deux arcs en ciel très honorables et quelques petites sur......une paysanne....

 
 

avant de photographier au milieu du radier d'amont plusieurs pélicans en pleine digestion..!

 

Je retrouverai à la voiture mes trois autres compères capots ou quasiment, écoeurés au point de refuser de s'arrêter pour diner au bord de la rivière à la terrasse d'un restau qui donne sur un grand plat et d'où nous pourrions surveiller les gobages en vue d'un coup du soir qui rattraperait peut être ce fiasco..mais que nenni, on fonce direct à West Yellowstone où on dinera dans un restau bien cher pour sa qualité, mon steack trop cuit est dur comme de la semelle, alors que Bernard se goinfre du sien qu'il a demandé saignant, que Eddie se bat avec un morceau de fesse de bison et que Jimmy se console avec un truc qui semble calmer ses crampes d'estomac!!Retour pour 22h30!Que ceux qui n'ont jamais perdu des journées entières à arpenter les berges d'une rivière inconnue pour la découvrir nous jettent la première pierre....et jetons un voile discret sur ce fiasco en retenant que si on ne part pas pour une journée de pêche sans avoir prévu le casse croûte de la mi journée,(commandement N°1)on ne part pas non plus découvrir une rivière inconnue sans un solide bagage d'infos et de détails précis sur les bons coins et les bons accès,(commandement N°2!!) tous détails qui nous manquaient cruellement......bien fait pour nous..la leçon portera ses fruits!!

jeudi 16: Madison-Firehole: La Madison au voisinage de la sortie du parc a la réputation d'être riche en grosses truites à cette période de fin septembre où les farios qui vivent toute l'année dans Hebgen Lake la remontent pour aller frayer, suivies par les arcs qui bouffent leurs oeufs...et on dépose, après une longue nuit répératrice, les trois optimistes sur les coups de 10h30 au bord d'un poste fréquenté si l'on en juge par le nombre de pêcheurs déjà à l'oeuvre!

 
 

 

Moi, je ne "sens" pas ce coup là et je repars sagement avec Bernard prendre un chocolat chaud, faire un peu de courses et téléphoner à West Yellowstone tout près!

 
 

Comme convenu, on récupère les trois déçus capots à 12h30

                                                                      

 

et ce sont Jimmy et Eddie que Bernard prend en charge pour les amener en amont de la Firehole voir le fameux geyser alors qu'il nous largue Jean Pierre et moi au bord de cette superbe rivière pleine de promesses autant que de pêcheurs et pêcheuses...

 

je prendrai sur tricolore deux truites, une fario et une arc....chacune d'environ 20 cm qui font pourtant le bonheur des photographes japonais qui grouillent sur la berge et qui mitraillent à tout va le combat homérique entre les petites soeurs de David et le Coliath chenu qui n'en fait qu'une bouchée avant de les relàcher magnanimement....

 

 

..d'ici à ce que je devienne le héros de la prochaine bande dessinée japonaise ou du provhain jeu électronique: "Papy manga et le pirhana géant"...."Papy manga pêche l'ours au vif.".....!

 

Jean pierre a le capot morose et heureusement les collègues arrivent à 16 heures après avoir assisté à la représentation de ce cabot de Geyser qui tousse toutes les heures pour le plus grand plaisir des touristes qui s'agglutinent autour dans l'attente de sa flattulence brulante et vaporeuse!!
Courses bassement alimentaires à l'arrivée au village à 17 heures et je décide d'accompagner pour le coup du soir sur la Yellowstone proche Jean Pierre et Eddie tandis que Jimmy qui n'a pas de chance dans ces circonstances décide de bouquiner dans la chambre!!

La rivière est superbe, véritable paysage de Western avec le troupeau de bison et l'horizon à l'infini, il ne manque que les indiens...

 


Alors que je m'équipe, Jean Pierre part à droire vers l'amont alors que ça gobe vers l'aval où se dirige Eddie

 

qui revient avant que je n'aie fini de m'habiller, scion explosé en tirant sur sa soie pour la sortir du moulinet, c'est la seconde fois qu'il explose ce scion sur la même canne, la première fois il a été remplacé sans histoires...qu'en sera-t-il cette fois??Il repart avec sa seconde canne de secours et je le verrai peu après se bagarrer un bon moment avec un beau morceau qui se décroche juste avant l'épuisette...pas grave, le combat était beau et mené quasiment à terme....je pêcherai vainement un gobage récidivant en plein milieu de la rivière sans aucun succès et Jean pierre n'attirera qu'une jolie Ranger qui ne l'accoste pas pour son charme mais pour vérifier sa carte.....et la mienne avant de repartir sourire au lèvres après un "bonsoir" à l'accent américain indiscutable, mais sympa!! Je remonte me déshabiller à la voiture quand , alors que je suis en caleçon, j'entends Eddie gueuler "viens m'aider" et je le vois de loin tituber comme s'il était entraîné par un poisson plus fort que lui.....je le surveille un instant puis je l'entends me dire" c'est bon"..et je pense OKOK, encore décroché!! En fait à son retour il s'avèrera que comme à son habitude il s'était avancé un peu trop dans le lit de la rivière pour atteindre un gobage loin situé et comme il est un peu "basduc......." il a commencé à déraper sur les galets puis à embarquer un peu d'eau, d'où sa panique et son appel au secours car il n'embarque habituellement que de la vodka, mais a finalement pu reprendre pied.....On rentre, capots...sur que Jean Pierre va mal dormir, mais ce sera moindre mal s'il ne me fait pas la gueule car il est comme ça mon copain pharmacien!!

vendredi 17: Sloug River 3ème parcours (3a3) : a 2h de marche du parking, le troisième parcours de la Slough River est programmé ce vendredi et le réveil sonne à 6h

                                                                            

....Je réalise alors que je suis très confortable bien au chaud, que je n'ai aucune envie de me farcir deux heures de montée pour aller au troisième parcours, très semblable au second , emmerder des poissons qui ne m'ont rien fait, (d'autant que les calèches que j'avais repérées en espérant pouvoir les emprunter pour nous monter là haut se sont avérées être des "taxis privés" appartenant à un ranch hotel situé sur ce troisième parcours et réservés exclusivement aux clients qu'ils vont chercher en bas à leur arrivée...) et que je n'ai même pas encore visité le musée du parc .....c'est donc seul que Jean Pierre ira rejoindre les 2 autres conjurés que Bernard emmène dans la nuit alors que je me rendors benoitement avant de me réveiller peu avant 9h puis de glander quasiment toute la journée entre le musée très intéressant qui présente tous les aspects du volcanisme du parc et sa salle de cinéma qui diffuse des films sur sa faune sa flore et sa géologie.
Alors qu'après avoir avalé ma sempiternelle soupe chinoise aux nouilles échaudées je monte quelques tricolores, les trois mousquetaires débarquent vers 20h à 4, comme il se doit, avec quelques bières bien fraiches, crevés par les 4 heures de marche aller retour

 

allongées par la distance parcourue en arpentant les berges de la rivière de ce troisième parcours assez identique au second,

 

et riche en beaux poissons affamés très mordeurs dont Jimmy a momentanément prélevé une trentaine d'exemplaires avec une technique un peu plus humide que l'archisèche à laquelle sont restés très fidèles Eddie qui avait oublié ses lunettes polarisantes et Jean Pierre dont la sauterelle tupperware a encore sévi mais au prix de pas mal de casses,
                                                                                   

 
 
 

              bref tout le monde est ravi malgré les courbatures , même Bernard, titulaire du diplome de "randonneur caussenard" auquel il n'a pas fait honte en accompagnant, pour son plaisir,les pêcheurs tout au long de leur journée! Un seul bémol, un affluent qui charriait des cochonneries comme s'il était en France, et venu vraisemblablement du ranch hotel à calèches..! Coucher un peu morose, demain est la dernière journée de pêche......!

samedi 18:Pont Yellowstone et Slough River premier parcours (3a1) :Levée tard la troupe , après avoir constaté que même les bisons tiennent la droite, s'arrête à 10heures (j'ai eu le temps d'acheter une clochette anti ours attachée à mon gilet de pêche) au pont de la yellowstone sur la route qui conduit à la Lamar et à la Slough:

 

 

l'endroit est superbe, la rivière très engageante amont comme aval 20 mètres en contrebas

 

 

mais entre 10h et midi aucun d'entre nous ne verra monter le moindre poisson, Jimmy et Eddie auront juste assisté à la presque noyade d'un chevreuil qui a traversé à la nage un courant un peu trop violent,....

 

et nous poursuivrons alors en direction de la Slough pour en pêcher le premier parcours que je connais déjà et qui traverse le camping et qui est très fréquenté

 

 

...Eddie en descendant prendra peu après l'arrivée le long de la berge sur un sedge en chevreuil taillé la plus belle cutroath du séjour, 58cm..!

 

 

En pêchant un plat où j'avais vu s'acharner plusieurs locaux la première fois que j'étais venu je vois marsouiner et je prends sur une tricolore montée hier soir successivement 3 cutroath de 35cm..et comme ça se met à gober plus loin, alors que je n'ai pas enfilé mes Waders, je rentre dans l'eau avec mes mocassins et mon pantalon de toile et c'est évidemment à ce moment là que les gobages s'arrêtent...

 

Je poursuivrai vers l'amont pour casser au ferrage sur une belle que j'avais vu gober sous un sapin incliné au dessus de la surface, au même endroit où j'en avais sorti une il y a quelques jours sur une paysanne..puis je redescends retrouver les autres....

 

le coeur n'y est plus, il est temps de rentrer pour préparer les valises et à 16heures nous démarrons pour voir sur le chemin du retour un incendie qui brûle déjà depuis quelques jours malgré les hélicoptères qui jouent les pompiers!

                                                                          

Dernières courses, Jean Pierre et Eddie repartent faire le coup du soir une dernière fois...Eddie sortira encore une grosse pièce, Jean Pierre en ratera deux et ils rentreront un peu trop tard pour que je puisse partager avec eux , Jimmy et Bernard le repas du soir au restaurant enfin moins encombré que les jours précédents car je m'endormais dans le salon et suis rentré me coucher avant leur retour, en chantant dans la nuit , pendant tout le long trajet dans la forêt aux bruits inquiétants entre le restau et la chambre..(.quant on est mélomane, hein.)!..faute de ma bombe à poivre et de ma clochette,..non non, ne riez pas car, mine de rien, le chochette, ou plutôt le grelot qui tinte à chaque mouvement a pour effet de prévenir l'ours qu'on approche car le véritable danger serait de le surprendre en arrivant en catimini, quant à la bombe à poivre , bien utilisée , elle peut être efficace à une dizaine de mètres en projetant en une pulvarisation d'une seconde (la bombe assure environ 7 secondes de projection) un aérosol poivré sur le museau et dans les yeux de l'ours qui déteste ça et fuit...................et il est donc de règle de ne pas hésiter à signaler bruyament sa présence, de surveiller les alentours et de repérer les crottes d'ours pour en apprécier la fraicheur, donc un passage récent,..............elles sont caractéritiques car piquetées de nombreuses graines , peuvent sentir le poivre et on y trouve parfois une clochette!!

                                                                                       

 

Dimanche 19:Départ du parc: levés tard , dernières courses, formalités de départ et après une dernière photo du salon et de sa porte d'entrée

 

 

nous sortons du parc par la même sortie nord de notre entrée après avoir traversé Mammoth spring sans nous arrêter, pour déjeuner à Gardiner dans une pizzeria pittoresque au centre d'un quartier reconstitué style western .....

 

 

 

nous rejoindrons Bozeman à 15 heures, aéroport pour nous enregistrer pour les vols du lendemain, puis visite du musée des dinausaures ,

                                  

 

 

la salle des indiens et celle des anciennes voitures, retour pour installation à l'hotel à 17h....diner à la terrasse d'un bistrot sympa à l'entrée de la ville...puis dodo....car l'avion part

...lundi 20:à 7h 30.pour le trajet inverse Denver- New york sans histoires sauf que je fais couiner quatre fois le portique de la sécurité après avoir pourtant bien vidé mes poches..où j'avais cependant oublié mon portable que je découvre juste avant que la charmante jeune femme qui préside au destinées de cette machine infernale ne s'empresse de me déculotter......elle masquera sa déception par un charmant sourire.....ce que c'est que d'être beau gosse tout de même!!...Puis c'est Jimmy, avec sa barbe de quatre jours et sa dégaine de Hippie de charme qui sera la victime de douaniers zèlés qui fouilleront son sac de fond en comble en y revenant plusieurs fois, confisqueront son appareil photo et son portable le temps de les déshabiller pour vérifier qu'ils ne cachent rien de suspect.......avant d'enfiler des gants....alors que pour la première fois je vois Jimmy pâlir dans l'attente d'un toucher rectal inéluctable...mais non, il y échappera..... par miracle...parait qu'il avait une tronche à cacher de la drogue....c'est Emilie qui aurait été contente s'il s'était fait coffrer au lieu d'embarquer!!

Je sacrifie mes derniers 1a dollar en achetant une boite de chocolats "made in New York, monstrueuse escroquerie imbouffable........et puis

                                                                            

mardi 21 :arrivée Roissy 7h soit 24 heures après le décollage de Bozeman dont 16 heures de voyage et 8 heures de décalage horaire en plus dans ce sens ouest-est.......Eddie Jimmy et Jean Pierre prendront un TGV direct de Roissy pour Lyon, moi je pars en RER avec Bernard pour rejoindre Montparnasse, prendre un train pour Surgères et un taxi pour être chez moi à 16heures... Rideau!!

************************

Commentaires

 

Le voyage :long, surtout avec 3 avions...il est possible de n'en prendre que deux, un pour la traversée ...mais l'arrivée à Bozeman se fait forcément avec une petite ligne intérieure!

Le pays : magnifique, pour ce que j'en ai vu....

Le parc :superbe,

hébergement de qualité mais même en septembre il y a encore beaucoup de monde et les infrastructures sont très insuffisantes, le restaurant est pris d'assaut dès 17h, à 19h il y a 2h d'attente pour avoir une table...quant aux adeptes du petit déjeuner "anglosaxon" à 14 dollars, ils devaient se précipiter dès 7h sous peine de ne pas trouver de place.!Le WE de notre départ le 20 septembre .correspondait en fait à la fin de la période "populeuse".......avec une dernière longue semaine de septembre sans doute bien plus vivable...mais la neige arrive déjà en octobre.........!!

Internet par Wifi
dans le salon a un débit faible et dès que plusieurs ordis sont connectés, "ça rame terriblement"

Nos portables
ne passent pas du tout dans le parc, le téléphone fixe, par pièces ou cartes vendues un peu partout, demande de longues manipulations avec plusieurs longs numéros à composer en suivant les indications données par une voix féminine et il faut bien maitriser l'anglais pour suivre....IL n'y a des postes fixe que dans les villages...!

Les gens : gentils

La bouf : dégueulasse, autant que le café...!!

La pêche: Simple pour les moucheurs no killers mais il y a des zones où seule la mouche est autorisée et d'autres où le no kil est imposé, mais pas partout loin de là..;très bon marché, facile, productive, poissons mordeurs qui montent bien en sèche et sur nos mouches bien traditionnelles, plus petits dans la Gibon et la Firehole que les 40cm en moyenne dans la Slough et la Lamar, plus gros encore dans la Yellowstone et la Madison aux bonnes époques!

Les Prix:

*avion:           850 euros /personne
*hotel:              55 euros/nuit/personne( en chambres à 2 lits
doubles
)
*Loc voiture:   40 euros/jour (grosse voiture)
*Liquide:         50 euros/jour/personne (bouf,essence,achats divers.....)

Soit 125 euros/jour/personne (pour un couple), plus le voyage!

1/Pour une personne, difficile de descendre sous les 2500 euros pour 10 nuits sur place

2/Il ne faut pas aller au Yellowstone uniquement pour pêcher, ce serait dommage...car il y a beaucoup de choses à voir qu'on ne trouve pas ailleurs, en plus des poissons que l'on peut trouver ailleurs..et moins loin!!

 

PS: 2016 dernières nouvelles peu réjouissantes