>

     Pierre Miramont, "pêcheur entomologiste "d’exception…. !! 

               

 

J’étais furieux !! Alors que j’étais pour une semaine descendu pêcher la Dordogne à Argentat en ce mois de juin 97  , je venais, à quelques Km en aval du camping de l’écho du Malpas, de déchirer mon wader !

 

                                                  

 

C’est en me glissant sous un barbelé pour descendre dans l’eau, un peu haute ce jour la, que je m’étais vautré en fait sur un autre barbelé abandonné dans l’herbe et qui m’avait arraché un bon triangle de néoprène !!                                                           

Assis dans l’herbe, je me lamentais sur cette catastrophe quand je vis émerger du petit bois en aval  un pêcheur à la mouche, la soixantaine passée, trapu, chapeau de feutre, …et qui ronchonnait en me prenant à témoin  de celle foutue éclosion de je ne sais plus quoi dont il avait vu quantité de nymphes faire surface, … pour rater la seule belle truite qu’il avait pu séduire… !Après quelques propos sur les mœurs de l’éphémère en question auxquels je ne compris que dalle, et toujours ronchonnant, il poursuivit son chemin indifférent, à mon malheur !!

                                                                      

                                                                           

                                                                                                    *******

Le soir, j’étais dans le magasin qui vend des plumes Guy Plas, de l’autre coté de la ville, juste avant le pont au dessus du port ; je venais d’acheter quelques culs de canard et une pochette de Hackles gris, et je feuilletais un bouquin sur l’ombre…quand mon voisin se mit à commenter les  propos d’un gars qui parlait à coté de son étau qui ne bloquait plus bien les hameçons…. !

 

« Pff.., un étau pour faire des mouches…moi je les ai toujours faites à la main , mes mouches, pas besoin de tous ces trucs qui ne servent à rien quand on sait se servir de ses doigts…. »

 

Un coup d’œil sur l’auteur me permit de reconnaître le pêcheur rencontré l’après midi au bord de l’eau ; amusé et intrigué, je le suivis sur le trottoir alors qu’il sortait du magasin sans que quiconque ai fait attention à lui, pour lui demander : « vous faites vraiment vos mouches à la main, sans outils ?? »

« Oui, et des belles mouches, qui prennent du poisson ! Vous n’avez qu’à venir dans mon camping car au camping du Malpas et je vous montrerai comment on fait des mouches à la main !! »

 

Rendez vous pris, d’autant plus facilement que nous étions au même camping..je le rejoignis un peu plus tard.. !

Il était installé là en compagnie de son épouse et dès mon arrivée ouvrit un énorme coffre rempli de plumes et de matériaux divers, ainsi que de plusieurs classeurs pleins de dessins d’insectes, de planches, de textes….

Il avait choisi un hameçon, de 14, coupé cinquante cm de fil rouge, pris un hackle roux et en tenant l'oeillet entre les ongles de son pouce et de son index gauches, suffisamment longs et solides pour réaliser un étau puissant et précis, il se mit à enrouler avec la droite  le fil sur la hampe pour le coincer entre ses lèvres le temps de présenter les cerques puis le hackle à enrouler….. et en moins de 2mn…il avait confectionné  entre ses doigts une  belle araignée rousse, une March Brown qui
                                                                                                                   

n’avait rien à envier aux miennes, ce qui n'est pas vraiment une référence, mais rien à envier non plus aux modèles courants du commerce !!

Un peu estomaqué je retournais sa mouche dans tous les sens sous son regard amusé….et il termina en me donnant la recette de sa « graisse à mouches » qu’il fabriquait en mélangeant 1/2 de paraffine fondue avec 1/2 de benzine ou d’éther… !!Quant au vernis pour coller les nœuds,  il ne jurait que par le vernis Lefranc «  mica » pour cuivre , acheté en droguerie, ½ litre pour le prix d’un minuscule flacon chez les détaillants d’articles de pêche !! 

C’est ensuite qu’il me sortit ses classeurs bourrés de planches , de dessins, de listes d’insectes aquatiques de sa main représentant un travail ahurissant!!

                                                  

et que j’appris qu’il s’agissait de Pierre Miramont, du Tarn et Garonne, né en 1933, dénommé "Le pâtissier chocolatier  pêcheur" par Jérome Fayard, et reconnu par tous comme un «  entomologiste autodidacte »exceptionnel qui a défrayé, par son franc parler et ses compétences, les chroniques de la pêche pendant des années dans « connaissances de la pêche » puis « plaisirs de la pêche » et "Pêche magazine" à travers la publication de  nombreux articles très élaborés sur les éphémères, dont, conjointement avec Georges Laiman  une série de 20 articles : "La mouche en question ", et la série intitulée: "Les mouches artificielles: ce qu'elles furent et ce qu'elles sont devenues"......en plus de la publication de deux livres !

C'est lui qui, fervent admirateur de l'Anglais G.E.M  SKUES, écrivit à son ami Laiman: "J'ai passé la Nöel avec Halford.Vraiment ça n'a pas du être de la tarte pour SKUES!!", allusion à l'antagonisme des deux écoles des deux célèbres monteurs-pêcheurs d'outre-Atlantique!!

J’appris également que tout au long de sa vie, passionné par les macro invertébrés d’eau douce,  il avait réalisé l’étude scientifique minutieuse des éphémères comme en témoignaient ses planches détaillées et précises, en basant  leur classement sur des critères différents des critères « académiques »…..d’ou l’impossibilité pour ses travaux d'être pris en compte par « la faculté » bien qu’il ait déposé ses oeuvres au muséum d’histoire naturelle  du CNRS auprès du professeur Caussanel, intéressé,  auquel succéda le professeur Alain Thomas  alors que les 63 espèces d’éphémères recensées jusque la devenaient 120, rendant caduque sa propre classification !! …

.Le volume de ses travaux, la qualité de ses planches , la rigueur des détails de ses dessins, le souci des critères de classification en disaient long sur l’énormité du travail accompli d'où la légitime amertume qu'il manifestait  à l’évocation de cette "non reconnaissance" officielle!!                                       

                                                                

Je passai le reste de cette fin de journée en sa compagnie au milieu des cerques, des segments abdominaux et thoraciques, des mandibules, des pattes et des ailes plus ou moins nervurées….de tous ces insectes parmi lesquels il évoluait avec une aisance et une volubilité qui témoignaient de sa passion dévorante…malheureusement stérile aux yeux de la science officielle, mais quelle somme de compétences !!!…Il y avait d’ailleurs longtemps que j’avais « décroché », dépassé par l’érudition de mon interlocuteur, quand je pris congé, la nuit venue, après un dernier regard envieux sur l’amoncellement de plumes et de matériaux de ce « coffre aux trésors !! », et avec un petit sentiment de tristesse face à tous ces efforts perdus pour un savoir qui n’avait pu se transmettre …….. faute d’académisme…!!

  Nous nous séparâmes  bons amis, j’avais son numéro de téléphone

                                                                                                  *********

Quelques années plus tard, en 2001, alors que je remontais vers les gorges la rive droite de la Loire au dessus du pont de Goudet en Haute Loire à l'amont du Puys

                                                                                                

je fus rejoint par un moucheur qui traversait et que je reconnus .."Bonjour monsieur Miramont !nous nous sommes rencontrés à Argentat il y a quelques années"……Congratulations, et puis je l’emmenai, ravi de la rencontre, vers l’amont par le sentier qui court-circuite les gorges et retrouve la Loire avant qu'elle ne les aborde!

Las, pris par la conversation, j’obliquai trop à gauche pour une montée pénible au lieu de longer de loin la rivière et lorsque je m’aperçus de mon erreur, il fallut redescendre la pente raide à travers les ronces pour enfin retrouver la Loire … !Piètre guide!!

                                              

Je commençai à pêcher sous l’œil connaisseur de mon compagnon qui subitement me sortit une araignée gris doré de sa boite et me dit « mettez celle là et posez la dans cette veine d’eau » …Dont acte…premier posé..montée…gobage ....ferrage…ratage…. !! Sans commentaire……La honte!! 

J’aurais bien aimé le voir pêcher mais en raison d’une arthrose de l’épaule, il était obligé de se limiter….le retour se fit par la voie normale plus confortable que celle de l’aller , en direction des ruines du château

                                                                                               

et je l’accompagnai à son camping qu’il devait quitter le lendemain !

Le soir je retrouvai dans ma caravane ses livres « la pêche aux nymphes, mouches et plumes »  et «  L’éphémère et la truite » 

                                                                  

  et je me précipitai le lendemain à son camping pour lui demander de me les dédicacer…mais il était déjà parti !!

                                                                                        *******************

Erudit en matière de mouches naturelles, Pierre Miramont fut  un excellent « dresseur » de mouches artificielles; lui qui  écrivait: "Je pense être le seul à soulever le problème de la "transparence" et des "chaleurs" de couleur dans le mariage des plumes entre elles"...  avait créé en 1978 un modèle, de son propre aveu difficile à élaborer, mais d’une efficacité redoutable,  une mouche d’ensemble alliant un montage en « palmer »court en queue d’un hameçon fin de fer à tige longue , deux pointes d’ailes horizontales et devant, un montage en « catalane » de fibres grises très « cristallines » ; je lui laisse la parole pour décrire ce montage sur hameçon Reedich 15, 16 ou 17

 

                                                    

                                   Cette fiche de montage d'une association de nouvelle Calédonie prouve que la Georges Laiman n'est pas oubliée!!

 

Le 4 janvier 2007 son film d'une durée de d 1h 

« papy fait mouche ":   

 

 

repassa une fois encore sur seasons, et un coup de fil récent m’apprit qu'il était toujours aussi aimable,  qu’il avait, à 73 printemps, toujours bon pied bon œil, mais qu’il évitait la Dordogne un peu dangereuse à son sens en wading, et qu’il pêchait surtout les Pyrénées en début de saison, avant la fonte des neiges quand il n’y a pas encore trop de monde, et le massif central !

                                                                                                   **************

Enfin je ne peux résister au désir de vous communiquer quelques lignes du courrier qu'il m'a envoyè le 30 janvier 2006 suite à nos contacts et qui en dit long sur sa qualité

                                                         

                                                         

                                              

                                                                                                                            

                                                                                                                        *************

                                                     Séduisant, non??

 

J'ai encore eu de bonnes nouvelles de lui en mars 2009 par mon ami Michel Flenet,champion du monde de montage, qui l'avait rencontré lors d'une manifestation au pont de Montvert.....

                                                      

                       Alors,  au plaisir de vous  rencontrer à nouveau au bord de l'eau, Monsieur Miramont , pêcheur d'exception et entomologiste autodidacte de talent, créateur de la "Georges Laiman".................................................................................

........................................à croire ce souhait prémonitoire puisque

 

 

"From: Jérôme ESBELIN To: billyjolly@wanadoo.fr Sent: Tuesday, May 17, 2011 2:08 PM Subject: Pierre miramont

 

Bonjour, Pour vous dire que le samedi 28 mai à 11h00 à Ferrières ( 15 ), sur les bords de l'Allagnon, Pierre Miramont viendra nous parler pêche, montage et entomologie ... je l'ai invité et il m'a fait l'honneur d'accepter ... c'est une rencontre privée entre lui et mes amis du clermont mouche, pas un évènement public. Aussi, si vous voulez être de la fête ça me ferait plaisir de vous rencontrer également ... en plus on prévoit un petit pique-nique auvergnat ( charcuterie, vin rouge et autres fromages ... ) ! A bientôt."

 

Dont acte....et je me retrouvai au camping de Murat en fin de matinée...ce 28 mai 2011

En ouvrant la porte de la salle dévolue aux réunions, j' ai l'imression d'entrer

dans une salle de classe

 

tant l'attention des quelques "élèves" semble captivée par la pres tation du Professeur Miramont dans un de ses exercices favoris: le montage de mouches "à la main", sans autres instruments que ses doigts qui auront 79 ans dans 2 jours, et sa bouche dans laquelle au besoin il coince un fil en attente.....

           

.Je connaissais le truc puisqu'il m'avait fait le coup du montage "manuel" lors de notre première rencontre, une araignée rousse sur hameçon de 14...

 

mais à croire que l'âge le bonifie car aujourd'hui...

.il monte bien plus petit,

jusqu'à des moucherons noirs sur hameçon de ...24!!
Il possède une vraie "ménagerie", ou plutôt un cimetière de mouches diverses et variées récoltées au cours de ses sorties de pêche qu'il

compare sans cesse à ses productions ........étonnant, et toujours aussi enthousiaste!

Préparation méticuleuse...

au milieu du "bordel" qui règne sur sa table,

il se ménage un petit espace sur lequel il dépose religieusement en préambule les 20 ou 30 cm de fil, l'hameçon ...les cerques ....et le hackle soigneusement choisi mais, oh consternation, il ne s'embarrasse pas de sa taille, ou plutôt de la longueur de ses barbes, qui en principe selon les bons auteurs, doit être la même que la longueur de la hampe...qu' à cela ne tienne...avec des ciseaux il les "régularise" à la bonne taille.....

et balaye mon objection d'un revers de main...."aucune importance".....Bien!!

 

Je constate avec plaisir que manifestement il n'a "pas pris une ride" depuis la dernière fois où je l'avais croisé sur la Loire, au contraire, il ne parle plus

de son arthrose de l'épaule qui l'empêchait alors de manier sa canne, il a bon pied bon oeil , un solide appétit , une personnalité toujours aussi affirmée

et une bonne humeur communicative et nous passerons à table en compagnie de son épouse un moment mémorable largement agrémenté par la

charcuterie auvergnate apportée comme il l'avait promis par Jérome accompagné de son jeune copain Arthur

 

Il ne pourra ensuite résister au plaisir de nous faire admirer le fruit de ses travaux sous la forme de multiples planches et croquis dont une véritable "affiche"

réalisée sur transparent et destinée à être projetée...!!

 

 

Il s'en suivra la scéance de dédicaces , car Jérome, comme moi même, avons dans ce but, apporté les

deux livres écrits de sa main...

.chaque dédicace

s'assortit de l'adjonction d'une des mouches minuscules montées ce matin, collée au scotch sous la signature, il met même la date, 2012 au lieu de 2011

...bof..à un an près!!

 

mais il  pousse la finesse jusqu'à différencier ses deux dédicaces sur ses deux livres et m'explique:

"la première sur le livre le plus ancien édité en 1984

est assez classique et impersonnelle car elle fait référence à notre première rencontre...et n'est pas datée..car je vous connaissais très peu...

 

alors que celle que je viens d'écrire

sur mon livre le plus récent édité en 2002 fait référence à mon ami d'aujourd'hui tant a été grand mon plaisir à vous

retrouver ici ..d'autant que vous avez fait 2 heures de voiture pour me rencontrer..........ce dont je vous remercie..."..

 

délicat, non??

 

 

Petite promenade digestive au bord de l'Allagnon  au bas le camping, qu'il agrémente en expliquant aux "jeunes" , geste à l'appui,

les finesses du maniement de la canne

"Mouche piquée"

 

 

suite à quoi il ne pourra pas résister au plaisir d'aller retourner une pierre pour y débusquer une larve , prétexte à une longue envolée sur l'histoire des

macroinvertébrés d'eau douce,

la passion de toute une vie.!!

 

Il me faudra hélas bientôt repartir, aussi désolé que lui de devoir nous quitter......il ira jusqu'à m'accompagner à la voiture en me promettant de m'envoyer dès son retour quelques

documents au sujet de mouches dont nous nous sommes entretenus au cours du repas...et il tiendra parole..!!

 

A la prochaine, Monsieur Miramont....!!

 

 

 

PS: nouvel hommage d'un "élève" reconnaissant:

 

10/09/2012… …."A l'occasion tu lui passeras le bonjour du coté de Septfonds, je l'ai revu il y a 3 ans, on a mangé chez lui, il a fort bien vieilli et bien qu'il se dise fatigué, j'aimerai être comme lui à son âge !
Je lui dois quasiment tout ce que je sais sur l'éphémère et la truite, il m'a appris beaucoup avec force de patience et de gentillesse. Je rêvais devant ses plumes, sa dextérité et ses connaissances multiples. Des comme ça on en fait plus...

Je faisais souvent des conférences (en métropole) sur les techniques de captures, ou de régulation des animaux nuisibles, ou sur la Bécasse des bois (deux autres passions) et à chaque diaporama, en première diapo il y a écrit "Merci à mon maitre, à mon ami, Pierre Miramont qui m'a ouvert les yeux sur la nature". Je ne lui ai jamais dit.

Ceci étant nous n'avons pas eu que des rapports simples, il a son caractère, et ................. j'ai le mien!

Nous nous sommes écrit pour la nouvelle année, c'est toujours avec beaucoup d'émotion que j'ouvre ses courriers, mon cœur bat comme lorsque j'étais ado et que j'allais à Montauban en vélomoteur depuis Toulouse. J'y suis même allé une fois en Bicyclette, tu parles d'un fondu! Je me régalais les sens dans l'arrière boutique ou nous montions des mouches sur un coin de table tellement il avait sorti de choses pour me montrer. Un chose en emmenant une autre je repartais émerveille, la tête ailleurs m'imaginant au bord de l'Arac entrain de joué un bon coup à une de mes futures conquêtes qui refusaient obstinément d'être consentante avec mes erreurs de montage. Puis à force d'essayer, j' ai "recopié" ses mouches, puis j'ai pris mon envol…".

.

                                                                                                                                                                         Jean-Michel GAU