Le bas de ligne "Hybride"

Les êtres hybrides, on connait depuis l'antiquité.....

 

du Centaure homme cheval.

et de la sirène femme poisson
    à Pegase le cheval oiseau
 
                 
  
       

et on connaît également

Le bas de ligne banal "dégressif " dont les brins diminuent de longueur on connait aussi...comme.

le bas de ligne intermédiaire de Philippe Boisson dont tous les brins ont la même longueur, ainsi que

le bas de ligne "progressif" dont les brins augmentent de longueur

il y a même eu un bas de ligne "monobrin" de 3m de 14 ou 16% qui fut longtemps utilisé sans pb par JP Comby en eaux rapides

Mais le bas de ligne hybride, on ignorait jusqu'à ce qu'un certain guide de pêche dit "Pescofi", lanceur exceptionnel

nous présente un Bas de ligne qui fait son bonheur composé pour moitié de brins dégressifs suivis pour la seconde moitié de brins progressifs ,cette "mixité" surprenante permettant de le qualifier de


bas de ligne"hybride" dont la qualité, vu celle de son promoteur, ne fait aucun doute, mais qui m'a quand même interpellé et m'a fait cogiter, oh, combien...j'explique:

voici l'objet du débat:
.1/0,80 cm de 0,45 cent
2/0,70 cm de 0,40 cent
3/0,60 cm de 0,35 cent
4/0,50 cm de 0,30 cent
(5/0,40 cm de 0,24
6/30cm 24 cent(= deux morceaux de fil fluo de couleur différente (jaune et blanc) en 0,24 cent de 15 cm chacun)
7/0,80 16 ou 14 cent
8/1m 14 ou 12 cent

ainsi que ses quelques commentaires
.
"1/le fil fluo (pour sa visibilité) dans mon BDL, est juste une charnière
2/Ce BDL est logique, il est dégressif et il est juste plus souple(??) à partir de la charnière pour que la dérive soit plus facile"
3/
C'est exatement le concept, produire de l'énergie et de la conduction sur le talon et la consommer sur l'avant ou pointe pour une dérive propre
4/Je pourrais monter mon fluo avec un brin de 0,20 et un brin de 0,18 mais cela ne casse pas assez l'énergie entre le talon du BDL et la pointe

******************

"Ce BDL est logique, il est dégressif et il est juste plus souple à partir de la charnière pour que la dérive soit plus facile"

Non, ce bas de ligne est un" hybride"...:
dégressif pour ses 4 premiers brins , soit la moitié de sa longueur totale
mais progressif pour les 3 suivants

     c'est surprenant mais intéressant d'où mes interrogations :

en effet le brin 5 fait 40cm en...24/100....et les 2 fluos suivants dits" charnière"= 15x2 soit 30cm également en 24/100
donc il y a en fait en position 5: 70 cm de 24/100, et peu importent les noeuds s'il est en 3 brins.....
cet ensemble "5" de 70cm est donc très "progressif" par rapport au brin précédent 4 dégressif, de 40cm!

Les deux brins suivants 6 et 7, également progressifs ,réalisent un porte pointe et une très longue pointe que leurs diamètres inférieurs à 18/100 rendent si légers, si peu raides et si peu consommateurs d'énergie , qu'ils n'ont donc plus vraiment d'incidence sur la dynamique du BDL dixit Pelletier,....c'est pourquoi tous les BDL dégressifs calculés mathématiquement avec une pointe forcément plus courte que le porte pointe se montent en fait sans inconvénient avec des pointes bien plus longues, et à ce titre tout BDL dégressif devient forcément progressif par sa pointe qui se déploiera avec le minimum d'énergie résiduelle du porte pointe, c'est le but...ne pas claquer la mouche sur la surface!

.... (on pourrait donc ici faire, pour les deux bas de ligne , abstraction des deux derniers brins 6 et 7 identiques, pour ne se concentrer que sur le brin 5, la Charnière de Pescofi si différent du 5 de Pelletier et l'on a donc calculé un Bas de ligne mathématique de 3,30m pour les 5 premiers brins, auquel on a rajouté les brins 6 et 7 de Pescofi pour arriver à le même longueur 5,10m: quelle quentité d'énergie résiduelle au sortir de ces brins 5 ??

"C'est exatement le concept, produire de l'énergie et de la conduction sur le talon et la consommer sur l'avant ou pointe pour une dérive propre"

Ce concept consiste donc à produire par le Pescofi à l'impulsion une énergie importante...et de faire consommer le surplus par un brin progressif afin d'adoucir le poser en fin de course

."Je pourrais monter mon fluo"charnière" avec un brin de 0,20 et un brin de 0,18 mais cela ne casse pas assez l'énergie entre le talon du BDL et la pointe"

Pourquoi "casser brutalement l'énergie" à cet endroit...y en arriverait--il trop?? Alors pourquoi ne m pas simplement en impulser moins et se passer de charnière??

 

******************
Voici venu le moment de se poser la question et de comparer précisément la formule (poids, longueurs diamètres, raideur dont dépend la transmission de l'énergie initiale) de ce bas de ligne "mixte" surprenant avec celui progressif de même longueur en également 7 brins,
issu du calcul théorique par la formule de Pelletier qui donne les chiffres de la colonne marron comparés à ceux du BDL de Pescofi répondant à la colonne blanches sous jacente

 

Ce tableau caricatural très clair car schématique est conforme au raisonnement mais ne respecte en rien les "proportions" réelles.mais .il expose parfaitement les données du problème: la différence entre les deux bas de ligne à part 1 élément n'est pas importante:

Tous deux font 5,10m pour 7 brins
Tous deux ont strictement les mêmes porte pointe et pointe
Tous deux totalisent pour les 4 premiers brins strictement le même poids bien que leurs dimensions, longueur et diamètre diffèrent légèrement , (total 284cm Pelletier et 260cm Pescofi) mais au total le Pescofi est un peu plus lourd que le Pelletier

En fait l'essentiel de leur différence est représenté par
le brin 5 dégressif
de 46cm en 22% pour le Pelletier(encadré rouge ci dessus) de raideur 10
face au 5 progressif de70cm 24% de Pescofi (encadré vert ci dessus) de raideur 23 qui va donc demander pour se déployer un supplément d'énergie

d'autant que cette raideur a une influence très importante sur l'énergie

http://peche-mouche-seche.com/raideur.htm

.....qu'il va consommer pour se déployer (voir la courbe verte ci dessus) si l'on veut que ses brins 6 et 7 reçoivent la même énergie résiduelle que le 6 et 7 de Pelletier, consommée dans les deux cas jusqu'au 0 du poser strictement identique
                                             ce brin 5 est seul responsable du poids plus élevé du Pescofi (375,36mg) que celui du Pelletier (362,09mg)

la question est:

Pourquoi créer un bas de ligne Pescofi demandant à l'impulsion une énergie importante qu'il faut ensuite réduire brutalement pour qu'elle s'aligne pour le poser sur celle d'un bas de ligne traditionnel Pelletier semblable mais dégressif moins lourd et moins demandeur d'énergie qu'il transmet de façon harmonieuse sans "a coups"...pour un résultat final identique??

On pourrait imaginer deux cyclistes descendant chacun une pente semblable pour terminer la course en roue libre(énergie=0)
Pelletier descend tranquillement la pente régulière mais

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            

          0                                                                                                                                                            
            Pescofi qui sait qu'avant le parcours final il aura, lui, une petite côte à franchir, doit pédaler avec plus d'énergiepour prendre de l'élan et arriver à franchir cet obstacle qui le ralentiraà la vitesse de Pelletier

                                                                                                                                                                                                 0                 

 

 Le tableau ci dessous résume les caractéristiques des deux bas de ligne en question et l'énergie arrivant à chaque brin est très schématiquement exprimée par une échelle d'unités également délibérément caricaturale pour faciliter la compréhension !

nous avons imaginé que le bas de ligne de Pelletier recevait 27 unités d'énergie au début de son premier brin (sur7), 7 de moins pour le brin suivant(20), 6 de moins pour le suivant(14)...etc jusqu'au 6 ème qui ne dispose plus que de deux unité pour en consommre une , la dernière permettant au brin 7 de poser la mouche = 0

le même principe a été utilisé pour le bas de ligne hybride de Pescofi en tenant compte du suplément d'énergie consommée par le brin 5 progressif , ce qui amène à fournir au premier brin non pas 27 mais 30 unités, moins 7 pour le second=23, moins 6 pour le 3ème=17, moins 5 pour le 4ème=12, moins 4 pour le 5ème qui reçoit donc 8 unités mais en consomme 6 pour n'en laisser que 2 disponibles au brin 6...soit comme pour le brin 6 du Pelletier.....le poser se faisant à la fin du brin 7 =0

Hormis 25cm de plus sans grande conséquence pour les 4 premiers brins du Pelletier, Il s'agit en fait, quasiment de bas de ligne très proches de même poids(308) et de même raideur(638) pour les 4 premiers brins alors que les deux derniers sont identiques, et on a simplement remplacé le brin dégressif 5 de 46cm en 22% , P=17, et R=10 du Pelletier par un brin progressif
plus long 70, plus gros 24, plus lourd 31 et donc plus raide 23 pour lr Pescofi

Ces chiffres encore une fois très "caricaturaux" illustrent bien le fait que très logiquement le Bas de ligne Pescofi B demandera théoriquement plus d'énergie que le Pelletier A pour son brin progressif qui devra consommer ce surplus pour transmettre au porte-pointe au moins la même énergie résiduelle ....est ce bien légitime??....


.je me pose vraiment la question... mais la qualité de lanceur du promoteur de ce concept m'incite à la prudence avant toute conclusion qui ne pourra être exprimée qu'après les essais pratiques comparatifs qui devraient demander en pratique, pour un même poser, plus d'énergie à l'impulsion pour le Pecofi...

....dans le cas contraire......la question restera posées du pourquoi et du comment!!

Alors à vous: quid de vos résultats??

*****

Nota Bene: il est fondamental, compte tenu de la finesse de l'éventuelle différence, d'utiliser, pour ne pas tronquer les essais, exactement le même matériel avec la même longueur des lancers en sortant la même longueur de soie et en se contentant de ne changer que le bas de ligne!

Alin de ne pas être obligé de couper la pointe de la soie il suffit d'y faire un noeud de capucin au dessus duquel on pourra facilement accrocher, puis décrocher chaque bas de ligne équipé d'un "noeud coulant" jusqu'à la fin des essais..

 

Par ailleurs les brins 6 et 7 strictement identiques sur les deux bas de ligne, fins et très longs, peuvent compliquer un peu les essais destinés en fait à apprécier l'énergie résiduelle après le brin 5 par la qualité du poser et il est possible sans inconvénient de supprimer sur les deux bas de ligne, le brin 7 ,dernier mètre de la pointe pour mieux contrôler et apprécier ce poser en fonction de l'énergie de l'impulsion d'autant que suite au calcul mathématique de Pelletier..on "a le droit" de rallonger la pointe 6 forcément courte, dans la mesure ou elle est très fine, mais la, pescofi a rajouté un brin supplémentaire long et très fin lui aussi, le 7 qui n'est pas compatible avec les calculs de Pelletier

**********************************

 

 

 

C'est bien joli, les fleurs....mais les essais??

 

 

CQFD!!!Quoique pour l'intéressé.......!!

 

En clair: "le coeur a ses raisons que le raison ne connaît pas".......et vu la qualité des lancers de l'intéressé......force est d'admettre qu'il s'occupe plus du son "feeling" que de la formule de Pelletier et que ça lui réussit......rien à dire à cela...sinon que son bas de ligne , s'il lui convient parfaitement.........risque de me pas satisfaire d'autres lanceurs aux gestes plus "classiques"

                                                

 

 

an