Pezon et Michel:

fleuron de la pêche Française                                                                                          

*******************

           D'après "Le journal d'un passionné pour les passionnés"

de Michel Rigault *

avec la collaboration de Pierre Pezon (fils de Jean Pezon) et de Madame Brown (fille d'André Pezon)

   

                                 
    

      

                       

        

*******************

Ce sigle de "Pezon et Michel " est bien connus de tous les pêcheurs, à la mouche en particulier, comme les cannes en bambou refendu qui ont fait le succès de l'entreprise ...oui mais...qui étaient donc ces deux personnages?? Je me suis posé la question pour chercher la réponse sur le net et, oh, consternation il m'a été impossible de trouver la moindre biographie de ces deux compères..et..invariablement je tombais sur des sites commerciaux de vente de cannes .....Pezon et Michel!

Malgré mon désir de rendre hommage à ces deux "promoteurs" en leur consacrant quelqes lignes destinées à les faire mieux connaître, pour ne pas dire "découvrir", j'allais abandonner quand un collègue pêcheur à la mouche me proposa de contacter un de ses amis , un certain Michel Rigault , ancien collaborateur de l'entreprise et considéré comme une "référence" en la matière...dont acte et
j'ai eu le plaisir de pouvoir le joindre pour en obtenir de précieuses informations, puisqu'il m'a confié ,pour m'aider ,le texte de l'exposé qu'il avait fait à ce sujet en 2019 devant un aéropage de grands moucheurs!

                                                                                         

J'ai donc pu apprendre à sa lecture l'histoire de cette "saga familiale" qui dura, à partir de 1895, le temps d'une vie, et concerna des noms aussi célèbres que Charles Ritz, De Boisset, Hemingway.....et bien d'autres, et ainsi vous en faire profiter à travers ce texte qui est une compilation de diverses sources mais , dont la majeure partie ne fait que reprendre fidèlement les propos de Michel Rigault, et que je vous laisse maintenant découvrir!

*************

       

    *******************
Rares et aussi chères que des violons!
De nos jours encore les cannes en bambou refendu de Pezon et Michelfont l'objet d'un véritable culte!
Aujourd'hui dépassées par le carbone, ces fleurets au charme désuet trouvent toujours leur place au bord de l'eau!
Est-ce le coté vintage de ces engins" griffés" Pezon et Michel qui séduit encore de nos jours?
Nostalgie, quand tu nous tiens!

                                                                                       Le chasseur Français-Novembre 2019

                                                                                                                                                        *****************

                  Les 4 frères PEZON

                                                                                            

                                                                                                  ****************

               En 1895 Monsieur Gustave PEZON, 40 ans, né en 1855 à Bracieux dans le Loir et Cher,marchand drapier, s’associe à Messieurs SERPETTE, BOURLIER, L’HERITIER ET CIE pour racheter la maison BON-GENDRE d'Amboise crée en 1860 (marchand d’articles, de lignes et et filets de pêche avec une vingtaine d'employés).


Gustave Pezon créé donc la société : "Pezon, Serpette, Bourlier, L’héritier & Cie".
Peu de temps après, Gustave rachète les parts de tous ses associés et devient unique propriétaire de l’entreprise qu’il rebaptise alors : "G.Pezon"

Il développe les produits existants et agrandit les locaux auxquels il adjoint l'ancien couvent de la Noyraye

Gustave Pezon

************

La société importait des hameçons Hemming de Reddich (GB), du liège du Portugal pour les flotteurs, des crins de Florence d'Espagne pour la fabrication des lignes montées par des femmes à domicile, du bambou du Japon et du roseau d'Espagne ou du littoral méditerranéen pour la fabrication des cannes pour la pêche au coup, elle importait aussi des cannes à mouche MILWARD (GB).

.En 1905 la société s’installe rue de Tours à Amboise.

.En 1913 Monsieur Gustave PEZON décède prématurément à l’âge de 58 ans. La maison est alors reprise par son fils ainé Pierre PEZON et son gendre Jean MICHEL.
   La maison devient Pezon et Michel

      
Pierre Pezon(PP1)

                                                            

Pendant la guerre 14/18, les deux associés étant mobilisés, la maison sera dirigée par Jeanne Pezon, l’épouse de Jean Michel

En 1920 est rachetée la maison Julio Rose à Paris qui commercialise également le crin de florence, ce qui donne un siège Parisien à la sociéte Amboisienne

. En 1924 André Pezon vient rejoindre son frère et son beau-frère. La société Sellier et Robillard qui avait son siège à Paris, au 25, rue Notre-Dame de Nazareth , est absorbée par Pezon et Michel. en 1926 La rue de Nazareth devient le siège de Pezon et Michel Paris dont André Pezon sera lpremier directeur..

                                                                                                                                             
                                                                                                                                                          André Pezon                                                        

.En 1929 le plus jeune frère, Jean Pezon, qui était chapelier à Paris (L’une de ses œuvres fut vendue à la reine d’Angleterre de l’époque) entre à son tour dans la société et prend la direction de la maison de Paris tandis qu’André va prendre la direction commerciale à Amboise.

                                                                                                                                          

                                                                                                                                                              Jean Pezon

Très vite, Jean Pezon va ressentir la nécessité, pour Pezon et Michel, de se développer dans le domaine des pêches sportives (lancer et mouche) et va inciter ses associés à faire l'acquisition des Ets. Garreau et Régnault de Mâcon qui fabriquent déjà des cannes en bambou refendu Monsieur Edouard PLANTET (ancien employé de la maison Garreau) est nommé chef de fabrication et assure alors la direction des deux succursales de Dijon et Mâcon.

Une première série de cannes en Bambou refendu sera fabriquée par la succursale de Dijon : Chéri 9 ', deux pièces Midship 9 ' - 9 ' 6 "-10 ' - 11 ', trois pièces Teddy 9 '-9 ' 6 ''-10 '-11 ', trois pièces Willy 11 ', trois pièces Week-end 9 ', trois pièces. En 1934, tous les moyens de production seront concentrés à Amboise.

En 1934 Edouard Plantet rejoindra l’usine d’Amboise avec quelques ouvriers de Dijon.et tous les moyens de production seront concentrés à Amboise. A cette époque, les cannes en bambou non-trempé sont fabriquées entièrement à la main, d’où une grande variation d’une canne à l’autre pour un même modèle.

En 1936, P&M font réaliser par les Ets. Huard à Amboise, une " raboteuse ", en réalité une fraiseuse, capable de rectifier les baguettes de bambou avec une précision allant jusqu'au 100e de millimètre. C'est un cadre de la Sté Huard, Monsieur Henri Vandenheede qui invente et met au point cette machine. Un 2e exemplaire, semi-automatique, viendra la rejoindre ultérieurement.

                                                                                                                                                                                                                                                                         

                                                                                                    L’Usine d’Amboise sera désormais plus communément appelée "La Fabrique"

                                                                                         

                                                       

En 1935, .Les premiers moulinets à tambour fixe font leur apparition et en 1936 les premiers ‘’ congés payés ‘’ amènent de nombreux pêcheurs au bord des rivières

Paul Mauborgne va alors en 1936 créer les moulinets LUXOR d’une très grande qualité et qui sont encore utilisés de nos jours.

         

           Paul Mauborgne

Entre 1935 et 1937, l’un des associés, Jean MICHEL, lors d’un de ses voyages à Redditch (GB) apprend du fabricant de bambou refendu SEALEY que celui-ci cuit son bambou dans un four de boulange. De retour à Amboise il fait réaliser un four électrique pour tremper le bambou.ce qui a permis un controle précis des températures utilisées pour la trempe !.

Au début se sont les lamelles terminées qui sont trempées, mais comme celles-ci ont tendance à se tordre, c’est le bambou avant usinage qui est trempé. Celui-ci devenant très dur, les fraises de la raboteuse sont modifiées.

Il s'agit du premier pas vers la création d'une structure qui deviendra rapidement unique pour sa qualité de production et sa précision en terme de choix de matière premières.

Cette capitale innovation technologique va permettre, de réaliser les premières séries de cannes paraboliques et la série des nouvelles cannes à lancer rotatives Luxor en bambou refendu de Pezon & Michel qui vont être équipées des moulinets luxor                                                                        

                                                                                  

                                                                    C’est le début d’une longue collaboration entre Mauborgne et Pezon & Michel qui prendra fin dans les années 70.!

                                                                                                                                                     ******************               

                            
                                                     En ces temps, un évènement clé a eu lieu: en 1937 Charles Ritz a rejoint l'entreprise...!
                                                                                                                            

                                                                                                                   

Charles Ritz (1891 – 1976 )est né en France, en 1891, petit fils de paysans suisses valoisiens , fils de l'hôtelier suisse César Ritz, parti quasiment en sabots de sa Suisse natale pour devenir le célèbre fondateur du prestigieux palace RITZ en 1898
.
En 1917, Charles Ritz est envoyé par son père,au Ritz Carlton de New York où il restera jusqu'en 1928, pour y faire son apprentissage de l’industrie hôtelière ! Il restaure pour augmenter son revenu des cannes a pêche récupérées chez des brocanteurs,.
À cette occasion, il a rencontré Jim Payne, l’un des plus prestigieux artisan de la côte Est qui l'initie aux « tapers »,( terme qui identifie le profil conique de la canne, qui décrit son action et son «comportement»,) et à la fabrication., et Ritz va ainsi va acquérir une grande expérience technique et développer sa "culture de la pêche"

De retour en France en 1928 , il ouvre à Paris un magasin de chaussures rue du faubourg Saint-Honoré. La boutique n’est qu’une façade. Derrière les cartonnages luxueux, on entend scier, limer, gratter des morceaux de cannes à pêche. L’un des modèles qu’il inventera sera fabriqué en série par, Jim Payne!
Entre autres, il coopère avec le magazine « Au bord de l’eau », ., fondé en avril 1935 par Tony Burnand et Roger Pujo sur les conseils desquels il visite l'atelier Pezon et Michel et rencontre Pierre Pezon avec quelques unes de ses créations......l'entente est totale et Ritz devient le conseillet technique attitré de la maison en 1937  et laissera à partir de ce jour une marque indélébile sur toute la production !                                                                                                                                   

Chez P&M Charles Ritz va faire la connaissance d'Edouard Plantet qui avait appris son Art avec Henri Garreau. Leur collaboration sera essentielle. Très vite C.Ritz va se consacrer avec soin à l’étude et à la conception de nouveaux profils de canne
La coopération de Charles RITZ et d’Edouard PLANTET mène à la création de la première canne à action parabolique que Ritz évoque dans son livre "pris sur le vif"(1953)
Très rapidement le couple Plantet / Ritz va être rejoint par Pierre Creusevault, son ami, qui était Comptable chez Gibbs (rasoir) et bien connu comme Champion du Monde de Casting toutes catégories avec une canne à mouche..... et qui devient également consultant technique chez P&M

                                                                                                               

        Lu dans "Lechasseur Fraçais" de 2019....

                                                                                                                    

 Une fois sélectionné le meilleur équilibre entre la conicité, la longueur et la résistance de la canne, la « fabrication en série » commence. Cette procédure, bien que coûteuse, sera maintenue dans les années à venir et constituera l'un des éléments qui garantira les normes de haut niveau durables pour lesquelles P&M sera renommée dans le monde entier.    

                                                                                                             

  La coopération de ces trois grands noms a donc rapidement conduit à la création de l'action « Parabolique » qui très rapidement a surclassé (de beaucoup...) les « vieilles » et lourdes cannes à mouche d'action anglaise, et pas seulement puisque l’action ’’parabolique’’ sera même préférée aux cannes de fabrication américaine, connues pour leur action de casting plus « moderne »
.Le premier prototype de canne “Parabolic” est une canne de huit pieds, en deux brins, d’action “normale” ,Cette canne représente le début officiel de P&M en tant que fabricant de canne à mouche en Bambou refendu.

C’est en 1938 que la série ’’Parabolic’’ commence à être disponible sur le marché et sera augmentée année après année par de nouveaux modèles. Au même moment, la production artisanale Garreau - Robillard s'achève.C’est la ßin d’une époque.et, la production ’’industrielle’’, même si elle est encore très limitée, reprend le travail d’artisanal et ce changement conduit à une disponibilité plus importante de ces objets élégants et précieux sur le marché.

En 1940 Ernest Hémingway devient conseiller de Pezon et Michel..(qui absorbera encore Pujol à Perpignan) et il co-fondera en 1956 avec Ritz la revue plaisirs de la pêche au jourd'hui disparue)
après la guerre au cours de laquelle il pêche avec Hemingway, le génial inventeur des cannes en bambou refendu, notamment de la série « parabolic », , envoyées dans le monde entier en offre un exemplaire à Eisenhower, … les dernières sont vendues en 1970

                                                                                                                   

Les cannes « Parabolic » n'ont pas tardé à être remarquées par de célèbres pêcheurs, dont les noms sont restés gravés éternellement dans
l’Histoire de la Pêche à la Mouche

Frank Sawyer 1906 - 1980 Célèbre Anglais écrivain et créateur de mouches pour la pêche. Il est l’inventeur de la célèbre Pheasant Tail toujours utilisée aujourd’hui dans toutes les rivières du Monde !Une canne a été conçue spécialement pour lui par C. Ritz Sawyer Nymph Parabolic 8’10 ” # 5/6. . . . . Années de fabrication : de 1957 à 1977

                                                                                                                   

.Maurice Simonet 1893 – 1971 L’un des plus grands noms de la pêche en France C.Ritz qui le tenait en très grande estime fera construire spécialement pour lui une Parabolic Spéciale 10’. Cette canne ne sera jamais commercialisée

                                                                                                           

Léonce de Boisset 1884 – 1968 Dès que les cannes ‘’ parabolic’’ ont été disponibles, L.de Boisset les a utilisées. Il a été enchanté, il écrira dans son livre ’’ L’ombre poisson sportif ’’: “J’ai toujours utilisé des cannes anglaises pour la pêche à la mouche. , mais la nouvelle arrivée sur le marché de P&M Parabolic a été une véritable révélation

                                                                                                                    

Henri Bresson 1924 – 2010: Surnommé ‘’le sorcier de Vesoul ‘’Pêcheur exceptionnel de grande renommée il est aussi l’inventeur de plusieurs Mouches, French Tricolore, Peute, Sauvage.Ces mouches sont toujours utilisées aujourd’hui. H.Bresson pêchait avec une canne ‘’Parabolic Spéciale compétition 8’5’’( Collection Claude Blatgé )

                                                                                                                     

Charles Ritz est devenu ainsi sans aucun doute l’un des plus grands noms de la pêche à la mouche .

                                                                                                                 

CANNES " SUPER PARABOLIC P.P.P. :

Il y a eut la pêche Avant et après C.Ritz. Ses compétences et son esprit créatif vont faire évoluer la Pêche à la Mouche Dans les ateliers de P&M il réinventera le Bambou refendu

Messieurs RITZ, PLANTET et CREUSEVAULT n'étaient pas encore pleinement satisfaits, ils poursuivent donc leurs études afin d'améliorer les " Parabolic ".

En 1949, ils créent une nouvelle série, les P.P.P. (Puissance Progressive Parfaite ou Puissance Pendulaire Progressive). Elle se distingue par un meilleur équilibre entre la longueur et la puissance. Ces cannes n'apparurent que fin 1952, début 1953 dans les catalogues P&M. .Ces initiales PPP sont clairement la cible de tous les développements.... Cette série, bientôt reconnue dans le monde entier, constitue le sommet de la production du trio « magique » Plantet - Ritz - Creusevault.


La série PPP
(la préférée de Ritz était la canne Superparabolic PPP Fario Club 8’6’’

Ou également Parabolic T.O.S 8’6’’(Collection Claude.Blatgé ) se distingue des séries paraboliques par la recherche du meilleur équilibre entre longueur et puissance

. L'équilibre caractéristique obtenu en couplant deux pièces de longueur différente, en rapprochant de la poignée la virole femelle, offre plus de rapidité sans perdre en précision et en efficacité dans les lancers à courte distance
.Lorsqu'elles sont utilisées par les lanceurs à la mouche les plus qualifiés, de telles cannes (fabriquées avec des matières premières de la plus haute qualité, avec une finition et des détails de luxe) peuvent effectuer des lancers sur de longues distances, tout en fonction-nant de manière fluide et précise à quelques mètres également. Toutes les cannes sont fabriquées en deux pièces de longueur différente, à l'exception de Baby Zephir, Joachim du Bellay (feu Vermont Speciale), Sully Nimphe et Zephir qui sont fournies en trois pièces (dans certaines d'entre elles, la troisième pièce est la poignée détachable ). de cette manière, la canne se divise en deux pièces différentes «inversées», avec un talon plus long que le haut).

                                                             

    ! Epilogue...

Jusqu'à la fin des des années 70 Pezon et Michel avec plus de 300 employés a également fourni en refendu des marques comme Orvis, Farlow Sharp , et exportait dans 40 pays et au décès de Jim Payne en 1970 livrait sur commande des magasins aussi prestigieux qu'Abercomble et Fitch à New York

Au tournant des années 60 les cannes lourdes en refendu cèderont le pas à la fibre de verre tubulaire creuse et dès 1970, au carbone

Monsieur Pierre Pezon avait refusé d'acheter à Monsieur Dubois, son inventeur, le brevet des cannes en fibres de verre avec la phrase suivante : " On ne fabrique pas des cannes avec du macaroni " Bon,il est vrai qu'à l'époque cela ne devait pas ressembler à grand-chose. Monsieur Dubois est parti aux USA, il a réussi à vendre le brevet…. ....P&M avait loupé le coche.!

En 1972, Monsieur Pierre Pezon, (deuxième Pierre de la famille et fils de Jean) a dû quitter la région pour des raisons personnelles. A cette époque, les choses allaient plutôt bien. Les membres de la famille Michel qui avaient racheté les parts de la société, n'ont peut-être pas su gérer la trésorerie et le départ de Pierre PEZON ne les a certainement pas aidés.

Alors que les détaillants subissent la concurrence des grandes surfaces, Pezon et Michel mise sur la carte de la gande distribution, une catastrophe car les détaillants vont boycoter ses produits!

Depuis 40 ans ‘’La Fabrique’’ a toujours été le centre de la vie familiale de Pezon & Michel. Des individualités plus fortes que d’autres s’affirment, des conflits de génération naissent, des erreurs tactiques commerciales vont entrainer la chute rapide de Pezon & Michel s   

L’informatisation de la société entraine de très grosses dépenses alors que Pezon & Michel , ignore la concurrence.....bref une série noire due à une suite de décisions erronées. et la collaboration entre Paul Mauborgne ( moulinets Luxor ) prend fin........Charles Ritz et Edouard Plantet partent à la concurrence.


En 1975, la société Franchi (fabricant d'armes de chasse), rachetait la société et en confiait la gestion à une équipe qui n'avait certainement pas les capacités nécessaires et, comme c'est la même équipe qui a racheté à Franchi en 1978, il ne fallait pas s'attendre à ce qu'ils fassent beaucoup mieux que la première fois… Un beau gâchis !!!

                                                                                                                             *****

C’est fini.la marque n'est plus que l'ombre de son passé, la fameuse équipe, Edouard Plantet Charles Ritz et son ami Creusevaut, qui en avait fait à sa grande époque le "must" du bambou refendu devenu quasiment obsolète, n'est plus depuis longtemps.....mais ce label prestigieux de "Pezon et Michel" toujours vendeur perdure et encore aujourd'hui (2019) le catalogue annuel "Pezon et Michel" fait toujours fantasmer des générations de pêcheurs sportifs!

 

************************

  * Monsieur Rigault,à ma demande, m'a communiqué son parcours
 

Formateur de métier, j'ai exercé dans une école que l'on appelait les ateliers d'apprentissage à Romorantin dans le Loir et Cher et nous organisions des visites en entreprise! Or moucheur passionné, j'ai choisi la société P&M à Amboise.,où j'ai pu discuter avec les cadres de l'entreprise, intéressés par ma profession, le fait que que j'encadrais la FFPM et que j'avais plusieurs années de pratique de pêche à la mouche.

Comme Monsieur Ritz, je me suis retrouvé conseiller technique à mes heures perdues et j'exécutais des démonstrations chez leurs clients marchants d'article de pêche . J'ai également représenté la firme dans des salons, comme exemple: le SAPEL qui se déroulait au salon de l'agriculture.

,. En 2004, j'ai relancé la fabrication des soies naturelles chez Pêche à soie, qui existe depuis 1820, alors que c'est c'est la 5ème génération qui dirige la société,

Monsieur Touchet," Soie de Chambord", était un employé que j'ai formé chez pêche à soie!

Je vous informe que je suis toujours en contact avec Pierre Pezon le dernier directeur jusqu' en 1972 avant la vente à Franchi fabriquant d'armes de chasse, le PDG Monsieur Coeur et Monsieur Vasseur m'a proposé la direction de l'enterprise, Le chiffre d'affaire etait en chute libre, jai refusé. Madame Browm fille d'André Pezon souhaite ecrire un livre avec moi pour les sujets techniques. J'ai travaillé avec Monsieur Mercier aujourd'hui décédé, son epouse Madame Mercier ligaturait et écrivait sur les cannes à la plume sergent-major. Le dernier monteur de cannes, Monsieur Lucas est toujours en contact avec moi La soie de ligature était achetée AU VER A SOIE. Aujourd'hui je suis conseiller chez PECHE A SOIE département d'Au Ver à soie pour la fabrication des soies naturelles, bas de ligne tissé, fil de montage, etc.

Cordialement