Lancer, Poser, ferrer

                                                        

                                                               LA TECHNIQUE DU FOUET

                                                          N'oubliez pas: cela s’apprend AU MIEUX au bord de l’eau avec un aîné,          

                                                                                            

  • canne montée y compris moulinet et bas de ligne correct terminé au début par un brin de laine ou une mouche sans hameçon ...en deux heures ,.... disons plutôt deux fois une heure car pour l'impétrant , l'apprentissage est  fatigant... mais ça vaut le coup.....!!
  • Je reviens des Pyrénées ou j'ai initié mon futur gendre......une heure au bord du lac des Bouillouses et puis  une heure au bord d'un petit réservoir où il a pris seul deux poissons...ça y est, il a le bon geste...il s'est fait martyriser et engueuler pendant 2h mais le bon geste, malgré un vent à décorner un cocu...il l'a enregistré...il lui reste une quarantaine d'années, minimum, pour l'améliorer....mais il a évité tous les défauts auxquels n'échappent pas les débutants "isolés", grâce au vieux c...collègue que je suis et qui lui a tenu la main....alors...ne commencez pas seul..et voila ce que vous apprendra le "senior" qui vous prendra en mains.                                                                                                               
     *  Les Anglais, prestigieux précurseurs en matière de pêche à la mouche, ont longtemps préconisé de fouetter "classiquement" uniquement avec le poignet, coude figé collé au   corps, dans l' attitude guindée de la Lady tenant sa tasse de thé, (mais sans obligation de lever le petit doigt).... que la main soit complètement fermée sur la poignée ou que le pouce soit allongé sur sa face supérieure! Ce lancer classique "avec journal sous le bras" à été un passage obligé: les cannes de l'époque en bambou étaient lourdes et lentes et du coup leurs utilisation fastidieuse et fatigante. La solution du coude collé au corps à permis aux pêcheurs de trouver un certain confort. Les lancer étaient courst et on ne pêchait que les gobages des poissons en activités(Cf Halford!). Charles Ritz à été le premier à finaliser son coup avant pour poser sa mouche par un allongement du bras préfigurant

        *Le lancer français classique de l'école Franc comtoise en particulier,  pouce allongé sur la poignée, (nous verrons ailleur qu'il est intéressant d'allonger l'index plutôt que le pouce sur la poignée)met en jeu l'avant bras, allongeant la canne d'autant, grâce à la mobilité du coude alors que le poignet reste au contact du talon, droit mais pas raide ( Bresson m'avait  attaché le talon de ma canne au poignet avec un bout de chambre à air après m'avoir regardé fouetter et conseillé de garder ce lien un mois pour prendre "le pli".....dont acte ..!) et l'épaule immobile mais souple permettant simplement, en fin de shoot et au ferrage, l'allongement du bras, et se fait,
 

                                                                                          dans l’éventail classique de 90°: 11 heures 14 heures    
                                                                       

                                                                        
                                                                                                                                                                                       = 11h10


                                                                                                                                                                                

                                                                                                                                                                                                   

                                                                                      

Pouce : Allongé le long de la poignée, au dessus du moulinet , mais on peut également allonger plutôt l'index , ce qui évitera d'incliner trop la canne vers l'arrière!
Poignet droit (attaché au talon par un lien élastique au besoin pour l'apprentissage) car son angle avec le talon de la canne doit rester minimum et doit très peu varier au cours des lancers et comme l'écrit Joan Wulff:

".......L'extrémité du talon reste contre l'intérieur du poignet pendant tout le lancer arrière....pendant le lancer avant appuyez sur la poignée avec votre pouce tout en tirant en arrière avec vos 4 doigts pour coller le talon de la canne contre votre poignet......."                                              

                                                                                               

 

Epaule souple mais immobile

Le coude seul, travaille : il est écarté de 20 cm du thorax, l’angle bras thorax = 30 à 40°
 
                                                                                                         

 

  • Le lancer "Autrichien" de Hans Gebetsroither au contraire, utilise tout le membre supérieur par la rotation de l'épaule et un peu du thorax et non plus le poignet qui au contraire reste dans le prolongement de l'avant bras, raide, comme le coude fléchi à 90°, index allongé sur la poignée visant le point du poser !Datant de l’après guerre, il nécessitait une canne courte et surtout raide, puissante et rapide, de préférence une soie WF,.. il est moins adapté aux cannes actuelles carbone plus souples!

                                                                        LA PRATIQUE DU  LANCER

 

                                                            

 

                                                                                                        fouet.gif

         1/ Sortir 3 à 5 mètres de soie
         2/ Arracher vers l’arrière  par un double geste:
               -La main gauche qui a repris la soie au ras de la poignée entre moulinet et premier anneau s'abaisse  en direction de  la hanche gauche et tend et  raccourcit ainsi la longueur de soie sur l'eau ce qui favorise l'arracher, tout en en sortant une nouvelle longueur du moulinet qui s'élève tandis que         
              -Par flexion du coude, la main droite se projette à hauteur de l'épaule, la pointe de la canne visant le ciel au plus haut, seul moyen pour que la soie n’aille pas « pêcher » les marguerites derrière soi, et un peu à l’extérieur c’est à dire vers la droite pour les droitiers        
          3/ Arrêter la canne quasiment
à la verticale  (la pointe flexible ne devant pas dépasser 11 h )  pendant 1 à 2 secondes pour laisser à la soie le temps de se dérouler complètement
vers l'arrière et tendre ainsi la canne : regardez la se dérouler vers l’arrière en tournant la tête. 
                                                        (Ici une variante  du temps suivant  à savoir "l'impulsion" par laquelle la canne bandée par la traction de la  soie déroulée vers l'arrière

va la renvoyer vers l'avant )   

         4/ La propulser seulement alors vers l’avant, quand son complet déploiement arrière garantit la progression vers l'avant d'une boucle qui sera ainsi "serrée"et précise, en visant 2 mètres au dessus de l’eau pour qu'elle se déploie à l'horizontale, canne à 14h et en ramenant la pointe de la canne plutôt vers l’intérieur (se rapprochant de l’oreille ) : elle décrit ainsi une ellipse  qui évitera l’accrochage de la mouche  à la jonction soie bas de ligne , « bouclage »  qui arrive très fréquemment si on fouette dans le même plan.!
        5/ Lorsque la soie termine son déploiement vers l'avant

                                                              la main gauche s'ouvre libérant la réserve de longueur sortie

 au début du précédent arracher en un mini shoot allongeant la longueur de soie déployée d'autant ....avant de remonter en direction du moulinet  pour reprendre la soie et la sortir avec  l'arracher suivant                                                                                                                              
       6/ Fouetter de 11h à 14h ainsi sans arrêt jusqu’à avoir sorti la longueur de soie désirée pour le poser à la fin du dernier shoot avant à 15h                                                                                

Les cinq principaux écueils :

  • La mouche touche le sol à l’arrière et s’accroche :

 

                                                                                                                                                    

 La canne a beaucoup trop dépassé la verticale, défaut extrêmement fréquent, pour s’incliner trop vers l’arrière en raison de la trop grande souplesse du poignet qui laisse s’écarter le talon ! Il faut recommencer en « visant le ciel » dans le mouvement arrière et en bloquant bien le poignet et la canne à la verticale. Il ne faut pas hésiter lors des premières séances pour corriger ce défaut à attacher le talon de la canne au poignet avec un lien élastique (chambre à air), ou tout simplement tenir la poignée non à pleine main mais avec l'index allongé sur la poignée au lieu du pouce comme fréquement..!

 

 

  • La soie se détend, tombe en paquet au pied du pêcheur au lieu de se déployer en avant                                                                                                            

                                                                                                

    L’arrêt de la canne à la verticale n’a pas été marqué, la soie n’a pas eu le temps de se déployer vers l’arrière pour bander la canne et bien préparer le lancer avant.. ! Il faut recommencer, bien marquer l’arrêt de la canne,  regarder si  la soie  est totalement  déployée et alors seulement  repartir vers l’avant.

 

  • Le bouclage :      La mouche s’accroche au cours du lancer avant, le plus souvent à la jonction soie bas de ligne :

 

                                                                                         

car l’arrêt à la verticale a été trop court, le lancer avant trop précoce et la soie qui revient vers l’avant alors que le bas de ligne termine son trajet vers l’arrière est accrochée par la mouche surtout si on fouette avant arrière dans le même plan :répétons le : il faut bien marquer l’arrêt et décrire une ellipse avec la pointe de la canne.

           

  •   La pointe "claque" : vous avez perdu votre mouche.!!.......oui, et alors??............. Zorro vous explique!!

                                                                                               

 

  • Le vrillage :     Le bas de ligne se « tirebouchonne » puis s’emmêle en pointe après quelques faux lancers et le dévrillage laisse une pointe fragilisée qu’il faudra remplacer pour éviter la casse  au premier ferrage

 

                                                                                                                                                         

 

 Pour pallier ce désagrément  du au déséquilibre entre la mouche qui fait « hélice » au bout d’une pointe  trop fine,  il faut, dans les conditions de pêche « standard » (hameçons et pointe de 10 à 20)  pour équilibrer  

 

       Respecter certaines règles !

 
1/ Ne pas descendre au dessous de 28 pour la somme taille de l'hameçon+diamètre de la pointe : 14+14, 12+16,  10+18 (et ne pas monter au dessus de 30 car la pointe est alors trop grosse)

                                                   
2/ Ne pas pêcher plus fin que 10 centièmes. aie (Sauf exception de nécessité de micro mouches, mais on n’est plus alors dans les conditions « standard »)


3 / Eviter les mouches trop peu « aérodynamiques avec des hackles trop "raides", (les "Saddle" Hoffman fournissent des plumes d'extrême qualité, mais dont les barbes sont très "raides"), des ailes (surtout les vernies), aérer les montages, supprimer les cerques sur les doubles collerettes et les palmer car ils sont ici inutiles,

 amputer en V inversé au ciseau la demi circonférence inférieure des collerettes.

 

Les mouches qui ne présentent pas ces caractéristiques prédisposant au vrillage,  et notamment les "culs de canard" très "vaporeuses", les mouches "voilier" avec une seule aile en "toupet"  ont beaucoup moins tendance à faire vriller la pointe et permettent de déroger à cette règle qui garde, en dehors d'elles, toute sa valeur

 
4/ Ne pas passer son temps en faux lancers qui favorisent le vrillage, d'autant que la mouche ne pêche que sur l'eau (sauf les hirondelles et les chauve souris!)  

 

5/ Dévriller entre 2 feuilles de cuir ou de chambre à air……et  changer la pointe sans tarder!


6/ Platil strong, Water Quin Gold, Téklon, Maxima,  Stroft, Umpqua, kamoufil ,… sont les fils qui d'après de nombreux utilisateurs, chacun prêchant pour sa chapelle,  vrilleraient le moins….. !

                                          

 

                                                                LA TECHNIQUE DU POSER :

                                         

un bon poser doit être sinueux, doux, pour ne pas matraquer le poisson avec un bas de ligne brutal : il faut que la soie se pose en douceur en premier en faisant des sinuosités, et que le bas de ligne et la mouche tombent ensuite naturellement à la surface après l’avoir dépassée ; il doit être également précis, cela viendra petit à petit.
  • En fin de mouvement avant, abaisser la canne à  15 heures et laisser filer à l’horizontale la réserve de soie tenue dans la main gauche : c’est le « coulé » ou « shoot » : la soie file horizontalement sans frottement puis ralentit et s’étend à la surface en douceur puis le bas de ligne et la mouche la dépassent et le poser se fait rectiligne : mais c’est un poser de concours et non de pêcheur.

                                                                         
                                                                                                                                                            = 11h15

                               

 

                                                                                    

 

                                                                                         

 Le poser du pêcheur doit en effet être sinueux pour que la ligne ne soit pas tendue à la surface et que la mouche ne drague pas immédiatement : il faut donc pour obtenir ce résultat "donner du mou" à la ligne qui va se poser canne à 15h(1) en... la "retenant" un peu en arrière au tout dernier instant en

*relevant un peu la pointe au dessus de 15h par un petit coup sec (2a)

*et en retenant en même temps avec la main gauche la soie qui filait librement, voire en la tirant un peu vers l’arrière à la fin du shoot (2b)
: Ce blocage par ces actions combinées(Qui ne serait autre que le mélodieux « zurückgestoppterWurf »de  Hans Gebetsroither.image008.gif..) marque un arrêt brusque du mouvement qui, par effet de ressort, ramène en arrière la soie qui se détend

                                                                                                                                       

* et lorsqu'on termine en horizontalisant la canne à 15h (3)se pose alors de façon sinueuse (4) ainsi que le bas de la ligne : le poser "en accordéon"est réussi.   

 

                                                                                                                                                        

Ne vous préoccupez pas pour l’instant de la distance du lancer : la plupart des poissons se prennent entre 5 et 10 mètres, au delà le ferrage est souvent inefficace et le poisson ne se pique pas, inutile de vous fatiguer au début, vous allongerez facilement avec la pratique ce qui d’ailleurs vous sera plus utile en concours qu’en action de pêche

                                                                                                                 Le dragage

Pb universel, question répétitive, solutions proposées multiples et variées...aussi nombreuese que le nombre de pêcheurs, le posé "en accordéon" ci dessus ne résoud pas toujours ce problème, ce serait trop simple.......alors...pourquoi pas essayer le truc que

J.P. Comby rapporte pour les rapides consistant à garder un brin libre après la mouche, d'une longueur de 20-30 cm...(Cf "Mouche sèche en eaux rapides" p.73: 1985)...cette astuce serait due à Michel Duborgel , célèbre prédécesseur de JP Comby et DCD en 1980

"Le brin libre Il permet de rendre la mouche pêchante sur les grands courants rapides où on est obligé de poser la soie sur l'eau. Le proncipe est simple; il suffit d'allonger le bas-de-ligne de 20 à 30 cm et attacher l'artificielle plus haut en laissant cette longueur de nylon absolument libre. Le brin libre produit une réaction inverse par rapport à la traction du bas-de-ligne. La mouche drague beaucoup moins tout en gardant une bonne attractivité. Le ferrage garde son efficacité."

Autre procédé, le mending    illustré par Dipteria

 

                                                                            LE FERRAGE

                                                           

qui, au coup, se fait « au poignet », au lancer par un mouvement de recul du bras, consiste en mouche sèche simplement à tendre la ligne pour que le poisson s'empale de lui même en regagnant son poste, et cette réaction doit être parfaitement contrôlée: en effet :

Trop faible : le ferrage est inefficace

trop fort : « ça casse »                                                                                                             

                                                                                              

       

trop précoce , ce qui arrive quand on voit le poisson monter et que l’on ne peut se  retenir, on lui « enlève le pain de la bouche »                                                                      

                                                                              

 

trop tardif , le poisson a déjà recraché.. !                                                                                      

                                                               

Inutile en cas de refus du poisson qui "vient voir" et.... méprise votre offre...la faute à qui???

                                                                               

                                                                                                         §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

 

Pour réaliser un bon ferrage, il faut, sur une soie pas trop "longue sur l'eau", donc bien contrôlée dans sa dérive et récupérée au fur et à mesure par la main gauche qui doit toujours se repositionner au plus près du premier anneau pour garantir une bonne marge de manœuvre :

 

1/ la tirer fermement de la main gauche pour la raccourcir,
2 /lever en même temps la canne à bout de bras plutôt vers l'avant (participation de l’épaule) pour tendre la ligne en augmentant le distance canne –mouche : si l'on rate, le bas de ligne ne doit pas s'envoler mais seulement glisser en arrière car le ferrage du moucheur n'est pas un arraché, plutôt un "glissé" vers l'arrière!

                                                 image004.jpg

 

Ca c'est la théorie

que j'essaye de mettre en pratique depuis toujours ...mais comme tout le monde, j’ai cassé parfois un 14/100 au ferrage d'un poisson moyen, image003.gifquand je n'ai pas envoyé un poisson de 15 cm dans les arbres derrière moi: image008.gifC'est quand même de plus en plus rare, avec l'âge  !!

 

Quant à "attendre"

image010.gifpour retarder le ferrage, c'est vrai qu'il y a des jours au cours desquels ça paraît nécessaire....on le "sent" assez nettement parfois au cours de la partie de pêche, mais ce n'est pas une règle, (notamment sur les ablettes ), d’autant qu’interviennent également la longueur de soie sur l’eau, la « rapidité » de la canne, le sens du courant., la notion très « subjective » de « retard » car si les Anglais préconisent pour « retarder » le ferrage de prendre le temps de dire «  God save the Queen », ils ne disent pas… à quelle « vitesse » !!.

Restent les jours ou on " rate" image006.giftous ses ferrages

Vérifiez en premier que….l’hameçon n’est pas « cassé », cela arrive plus souvent qu’on le croit et l’on n’y pense pas :                         

 

 

                                                                                          

 

…..sinon…, s’il ne s’agit pas de tout petits poissons tout juste capables de pincer quelques fibres de la collerette   avec le risque occasionnel de se piquer quand même (qui n’a «  piqué »ainsi un jour un vairon ou une minuscule ablette ??) il s’agit en fait souvent de"refus", quelle qu'en soit la raison qu’on ne trouve pas forcément, et c'est agaçant, car le changement de taille, de couleur ou de type  de mouche, de technique ou de pointe n'arrange pas toujours les choses!

 

Il m’est arrivé de prendre"par la queue"image012.gif

une truite qui d'un coup de queue simulant un gobage (on dit qu'elle "tape à noyer" dans l'hypothèse ou elle chercherait à noyer la sèche pour la prendre sous la surface...,) trouve moyen de se piquer à l'hameçon,
 

                                                                                 

                                                                                                           

              

l'une avait même réussi à faire un noeud autour de sa queue avec la pointe du bas de ligne..alors que l’hameçon n’était même pas piqué.  !!!

 

J'en ai piqué aussi quelques unes par une nageoire

...., car elles s’étaient manifestement « retournées » sur la mouche qu’elles étaient venues voir sans l’accepter !

Et j'ai réglé le problème une fois

sur le no kill du Dessoubre en.... demandant au mec qui prenait devant moi ce qu'il voulait alors que je ratais tout: il m'a simplement fait diminuer la taille de l'hameçon14 à 16......, et la, le miracle... image013.gif comme sur les Nives en passant de 16 à ....20 pour l'hameçon...et de 12 à ..10 pour la pointe, voire 8 image008.gif ….prétendent les "locaux"!! !

 

                         Et puis, ce serait trop simple si « ça marchait à tous les coups » et ……moins marrant,non ??

 

                                 

                                                                                           OlaOla