De quoi parle t- on?

Le vocable de " pêche à la mouche" mélange aujourd'hui toutes les techniques faisant appel à une "canne à mouche".... fouet ou pas, appâts artificiels de tous types dépassant de loin le cadre des vraies "mouches artificielles" de surface entrainées grâce au fouet par le poids de la soie et non leur propre poids tels certains lourds "poppers" ou autres streamers pêchant à fond, et animés en strippant pour remplacer le le moulinet de lancer...!!

Bref, quand vous croisez aujourd'hui un "pêcheur à la mouche" vous ne savez plus s'il pêche en fouettant avec une mouche sèche pour inciter à gober un ombre ou un truite, s'il fait plonger une nymphe plombée(ce n'est pas une mouche) ou s'il anime
un énorme streamer qu'il a lancé grâce à son poids à 20m à la recherche, en strippant à 10m de fond, d'un silure de 30kg, d'un brochet ou autre......il pêche avec une canne à mouche, certes, et on peut se demander pourquoi.....puisqu'il pêche à tout autre chose qu'à la mouche"stricto sensu"!!

Il n'est question ici que de la pêche à la mouche sèche incitant le poisson à venir gober en surface une imitation d'un insecte naturel à l'exclusion de tous les appâts autres et "non secs" car présentés en profondeur, fouet ou pas, ce qui résume les deux grands types de pêche "avec canne à mouche:"

celle qui descend le leurre à portée de la bouche du poisson (nymphe, streamer), n'en parlons plus

celle qui fait monter le poisson en surface , seul objet de notre propos

Le purisme nous impose alors un vocabulaire précis:

-la pêche à la mouche sèche consiste à poser en surface une mouche artificielle pour inciter le poisson à monter la gober, et il y a pour cela actuellement 3 grandes techniques directement dérivées de la pêche pratiquée à Thèbes avec des mouches naturelles en 1400 av JC

 
     
     

 

lA première méthode et la plus ancienne perpétue cette technique ancestrale de la mouche naturelle (aujourd'hui artificielle) posée......c'est la pêche à la surprise, à la grande barre , à la volante de nos anciens, qui employaient selon les circonstances toutes sortes d'insectes naturels(simple mouche de maison, sauterelle....) en surface... ou noyés,

c'est ce qu'on appelle aujourd'hui le Tankara devenu très à la mode depuis 2010 et soi-disant venu du Japon alors qu'il ne s'agit que de la pêche à la volante "sous la canne" (donc longue) avec une mouche artificielle sèche et un matériel moderne plus léger nerveux et souple que les triques de nos anciens grâce à la fibre de carbone qu'ils ne connaissaient pas ..!

la seconde est la pêche à l'arbalète de nos anciens également qui au lieu de poser l'appât "sous la canne", projetaient l'insecte un peu plus loin, souvent à travers d'étroites trouées de la végétation, grâce à l'élasticité du scion (souvent baleine de parapluie) tendu comme un arc au bout d'une trique" semblable à la grande barre,

 

la encore la fibre de carbone fait aujourd'hui merveille pour propulser nos mouches artificielles

La troisième est le "fouet" qui permet la encore grâce à l'amélioration du matériel, canne , soie, moulinet...de poser une mouche sèche en surface mais à longue distance....

c'est la technique reine de la

" pêche à la mouche sèche fouettée" , aboutissement moderne de la

première pêche de surface déjà illustrée à Thèbes

*******************

Pour résumer clairement:

En matière de pêche à la mouche sèche, la technique reine reste bien sûr "le fouet" mais deux techniques l'ont précédée dans la main de nos anciens :

1/Le "tenkara" , nouveau nom de baptème de la simple modernisation "matérielle" de la pêche de nos anciens " à la volante" (à "la surprise", à "la barre" dans le massif central, "au floc"...) , et consistant à poser à la surface "sous la canne" sans fouetter, avec une longue canne(discrétion oblige) et un court bas de ligne sans nécessité de moulinet, un insecte naturel remplacé aujourd'hui par une mouche artificielle, comme chacun d'entre nous le fait depuis longtemps quand , par choix ,il pêche à la mouche de petits cours d'eau encombrés sous une longue canne sans fouetter , plutôt que de fouetter avec une canne courte, autre possibilité!!

2/La "pêche à l'arbalète" très proche où la mouche n'est pas posée mais projetée initialement avec une canne à la pointe très "nerveuse" (baleine de parapluie pour certains) remplacée aujourd'hui par nos cannes en carbone à action de pointe ) propulsant sans fouetter et par simple élasticité du scion tendu comme un arc, des insectes naturels remplacés au besoin aujourd'hui par une mouches artificielle! ....

Si l'on considérait que ces trois seules techniques de mouche sèche s'apparentent en fait à une "pêche au toc de surface", le reste, canne à mouche ou pas, s'apparenterait plutôt au toc (nymphes) ou à la "pêche au lancer("streamers").......

 

Faut pas tout mélanger , ok!?