Plaidoyer pour la soie naturelle

-J'ai débuté avec une naturelle issue du fil de soie du cocon du
bombyx
car à cette époque (!!)… il n'y avait rien d'autre !
-Puis je suis passé pendant des années aux soies synthétiques DT, alors que disparaissait la fabrication des soies naturelles pour cause de disparition chez nous de l'élevage du Bombyx ou "sériciculture" et concurrence des fils synthétiques....

-Bien plus tard, après avoir rencontré lors d'un séjour dans le val d'Aran, JP Thébault *

travailleur infatigable………………

champion de casting

et artisan fabricant de soies naturelles qu’il réhabilite par passion, je me suis laissé convaincre et je suis revenu à:

 

La soie naturelle

"John Lombe (1693-1739) a vraiment hâte d'arriver en Angleterre, il a caché dans les plis de ballots de tissus les plans d'une filature qui permet de torsader le fils de soie. Il a hâte de montrer ses plans à son frère Thomas qui est le scientifique de la famille. Il a tout aussi hâte d'arriver car un vaisseaux de guerre, dépêché par le roi de Sardaigne, l'a pris en filature et les militaires sont près à tout pour empêcher que les plans n'arrivent à Londres. Il n'y a que dans le nord de l'Italie qu'il existait des filatures mécaniques pour torsader la soie. A Liorne, John Lomb a réussit à soudoyer un curé qui lui a permis de pénétrer nuitamment dans une usine où il a pu dessiner les plans des machines. L'ensemble fait plus de quinze mètres de haut. Les précieux plans sont bien dissimulés et John arrive enfin à bon port sain et sauf. Au large de Derry sur une île et selon ces instructions, il fait construire sa fileuse à torsader, mais auparavant il prend soin de faire édifier de hautes murailles pour protéger tous les accès de son usine. Il sait ce qu'espionnage industriel veut dire, on ne peut faire confiance en personne. La machine produit 290 000 mètres de fils de soie par jour et il faut trois cent ouvriers pour la faire fonctionner. C'est la première fileuse à torsader du nord de l'Europe. Sans cette machine il aurait été absolument impossible de fabriquer nos soie à lancer, mais pour cela il faudra encore attendre quelques décennies. Les frères Lombe ne connaîtront pas la richesse qu'ils espéraient car le Roi de Sardaigne s'empressa d'interdire toute exportation de soie brute, et c'était justement celle produite en Italie qui fonctionnait le mieux pour ce genre de fileuse … et l'Angleterre est beaucoup trop humide pour produire les mûriers qui nourrissent les vers à soie… mais c'est une autre histoire."

                                                                                   Joan Miquel Touron

****************

Pour la pêche, à la mouche particulièrement, même si l'industrie de la soie n'y est pas prioritaire, loin de la, il nous reste heureusement encore quelques fabricants de "soies naturelles"   dont la maison Chambord d'où proviennent ces explications:

En 1880, MM Eaton et Deller, produisent les premières lignes en soie naturelle tressée avec une huile de lin bouillie pure. Appliqué sous pression par une pompe à air, une méthode dérivée des expériences effectuées par MM Deller et Hawkesley, sur la base des suggestions faites par FM Halford.

En 1894, Hardy présente le « Houghton double défilement ligne spéciale à la mouche sèche » de 35 mètres. En 1899, cette soie prit le nom de « Corona » elle est restée dans les catalogues jusqu'en 1969. Vous trouverez en miniature quelques types de soie Corona ainsi que préconisation des longueurs de cannes de l’époque.

En 1908, PD Malloch de Perth a commencé à produire le plus célèbre de toutes les soies de pêche, la "Kingfisher". C’est à partir de cette soie que sont définies les premières normes de fabrications.


Les soies coniques Double Taper (DT) ont été numérotées de 1 à 7.
N° 1, diamètre du corps 0,81 mm / 0,032 inch.
N° 7, diamètre du corps 1,83 mm / 0,072 inch.

Nombres de 1 à 5 Soie pour la pêche de la truite (lg 30 mètres),
Nombre de 4 à 7 Soie pour la pêche du saumon (lg 36 mètres).

Un peu plus tard : Weight Forward (WF) N° de 2 à 4 Soie pour la pêche de la truite,
N° de 4 à 5 Soie pour la pêche du saumon.


Pour compliquer les choses la Kingfisher DT n ° 3 avait un diamètre de corps de 1,12 mm / 0,0441 inch, la Kingfisher WF n ° 3 une de 1,19 mm / 0,0468 inch. et la parallèle Kingfisher n ° 3 une de 0,91 mm / 0,0358 inch.

Reproduire ce type de soie, c'est facile actuellement compte tenu de l'évolution des produits, des machines et des techniques.....mais une soie reproduite "a l'identique" (il n'y a pas de brevet) coûterait une petite fortune, compte tenu du coût de la main d'oeuvre!!

**************



L'opération démarre à partir de la soie grège qui est blanche à l'origine, importée le plus souvent de Chine,  dont le fil ou bout fait 20/22 deniers (1 denier= 1g/9000m) , et dont plusieurs sont assemblés pour former le fil
qui sera teinté
chez un moulinier
puis on assemble sur des canettes le nombre de fils en fonction de la soie à obtenir dans le respect de la norme American Fishing Tackle Manufacturers Association 
vient le tressage sur une tresseuse 16 fuseaux en variant le nombre de fils selon le profil à obtenir, +pour le ventre,- pour la pointe, inchangé pour une parallèle!
Dégraissage, enduction pour imprégner la soie" à coeur" et faire barrage à l'entrée de l'eau
Sèchage à température régulée et hors poussière
Ponçage manuel et vernissage avant
Pesage suivant la norme AFTMA
Graissage
Conditionnement

CETTE FABRICATION DEMANDE 6 SEMAINES

et JP Thebault qui précise qu' aujourd'hui les rares vraies soies naturelles commercialisées correspondent à des critères précis:

La structure:( Il y a des normes textiles pour les produits en soie: - 100% soie -95% de soie qui devient pure soie - 75% de soie (?) qui devient" produit en soie".....
(Kaiser était un fabricant belge qui tressait la soie jusqu'à ce qu'il vende ses tresseuses aux vétérinaires belges pour....... réaliser le fil à suturer les vaches race blanc bleu belge après césarienne: 80% de césariennes pour un troupeau de 12000 vaches et 3/4m de fil de soie par vache, faites la calcul!!).

L'intérêt du fil de soie réside dans son absence d'élasticité, sa résistance mécanique égale à celle l'acier, mais c'est un fil a protèger car il n'aime pas l'eau...., sa combustion donne une odeur de poil grillé différente de l'odeur de celeri de la combustion du Nylon

Composées d’une âme en soie naturelle tressée à raison de 10-12m/h à partir du fil de soie du cocon produit par la chenille du bombyx du mûrier, . enduite d’un mélange d’huile végétale et de siccatif et de divers composants plus ou moins secrets selon les fabricants (colorants, vernis............)

Séchées longuement et poncées pour être utilisée dans la pêche à la mouche depuis un siècle sans que que les lignes modernes synthétiques aient réussi à les faire oublier d'autant qu'autrefois uniquement parallèles, elles sont désormais fabriquées dans les différents profils T, DT, WF........ .
et que leur eur classement ATMA est également le même que pour les soien synthétiques

********************************

Les différentes parties d'une soie

Naturelles ou synthétiques, toutes les soies répondent à certaines caractéristiques bien codifiées.

D’une longueur classique de 90 pieds de 30,48cm, soit 30 yards de 91,44cm... soit  27,43m, les soies sont constituées de différentes parties

                        *La pointe : ce sont théoriquement les 60  premiers cm auxquels on attache le bas de ligne, mais en pratique actuellement  elle ne fait plus que 10 cm à 20 cm environ, de diamètre constant

             (JP Thebault annonce: D premier brin BDL  = 60% du diamètre (d) de la pointe de la soie mesurée au Palmer d = 0,6mm pour une soie de 4, donc D=36%)

  *Le fuseau avant :

de profil conique, son diamètre et sa longueur sont déterminants pour la qualité des posés. Les fuseaux longs dissipent mieux l'énergie et assurent une présentation plus délicate, tandis que les fuseaux courts permettent des présentations plus rapides mais moins discrètes
Selon chaque fabricant la pointe en queue de rat a une longueur et une forme particulière.
En fabrication, sur les soies synthétiques on recouvre un fin cordonnet parallèle de matière plastique plus ou moins épaisse
, et

sur les naturelles on agit sur le nombre de brins au tissage que l’on ajoute en montant et supprime en descendant. Les Loukas (plus fabriquées) étaient pratiquement coniques jusqu’au milieu, Thébault a une pointe très longue (au moins trois mètres) avant de passer en parallèle, et les nombreuses autres soies nouvellement mises sur le marché ne doivent pas beaucoup différer de ce principe. Ces fabrications en « tressage continu conique" sont délicates, longues, donc chères. Quand on passe les doigts à la limite de la section que de rat et section parallèle, on ne détecte aucune aspérité, la ligne paraît fluide.

 *Le ventre :

placée entre le fuseau avant et le fuseau arrière est la section la plus  grosse, parallèle, il peut être très long ou inexistant  

.*La tête de lancer

 : c'est l'ensemble fuseau avant + ventre + fuseau arrière. Les têtes courtes assurent des lancers rapides à courte distance tout en chargeant rapidement la canne, les têtes longues offrent un meilleur contrôle à longue distance mais demandent au lanceur de déployer plus d'énergie

 *La partie courante

c'est la partie arrière fine parallèle de la ligne. Plus légère que le reste de la soie, c’est elle qui favorise les  longs lancers

Une bonne soie naturelle bien conique sur une grande longueur, ou sur sa totalité, donne des lancers et des posers académiques et subtils qui font souvent la différence d’efficacité et de plaisir pour les pêches difficiles. Pour les marques qui subsistent encore, les Thébaut ou les Phoenix (hors de prix) sont parfaites.

 

Le classement des soies

 Naturelles ou artificielles, elles sont toutes classées selon les mêmes critères critères codifiés et normalisés par l'AFTMA (American Fish Tackles Manufacturers Association).

Leur profil, T, DT, WF...

La DTR fabriquée par "Au ver à soie", a été mise au point pour Monsieur JP Comby . Sa première pointe de 2m est très fine, 0,5 mm de diamètre, la 2ème 0,8 mm de diamètre ce qui offre très peu de résistance sur l'eau. son profil permet d'avoir des BDL très court ce qui est un avantage pour l'execution des roulés. Cette soie a été faite à l'origine pour pêcher en eau rapide, nous nous sommes apercus par la suite qu'elle convenait parfaitement à ce type de lancer

leur caractéristique  flottante ou plongeante +/-rapide, selon la densité, mais toutes les naturelles sont intermédiaires et demandent à être graissées pour ne pas couler

(Pour plus de détails se reporter aux soies synthetiques)

 

.. ********************************

Plus denses à "poids" (numéro) égal que les soies synthétiques, les naturelles sont donc plus fines, percent mieux le vent, sont plus « discrètes » , et sans mémoire Par contre elles demandent un peu d’entretien : rodage du revêtement en début d’utilisation,. séchage après chaque sortie et graissage avant la suivante, et au besoin en cours de partie !

Toutes les soies naturelles en effet appartiennent à la classe des lignes intermédiaires. Elles coulent si elles ne sont pas graissées.

Leur prix est souvent assez élevé mais une soie naturelle bien entretenue peut durer de nombreuses années.


        

*************

Pour moins de 150 euros JP Thebault m'a fourni une soie DT qu'il avait fabriquée très longue que j'ai coupée pour 20 m sur mes grandes cannes, pour 12m sur ma 7p.....et depuis, sincèrement, c'est ...le pied.. !!Merci !

.

Je ne m'étais pourtant jamais plaint des synthétiques DT que je retournais avant de les changer tous les 2 ou 3 ans quand elles étaient trop craquelées.....mais, très honnêtement , j'ai senti la différence!

Le rodage: Effectivement,il est nécessaire sur une soie au départ raide qu'il faut graisser abondamment pour ne pêcher que relativement peu de temps lors de premières séances d'environ 1heure avant que la soie ne s'alourdisse en se mouillant.....cela demande du temps...mais une naturelle, ça se mérite et il y a un de plus moyen bien simple de la roder pendant la fermeture :
Sur les conseils de JP Thébault, j'ai gardé dans ma poche de pantalon tout l'hiver,dans un sac plastique et imprégnée de graisse, ma dernière naturelle qui, lorsque je l'ai montée après quelques mois de ce régime était rodée et parfaitement souple dès sa première sortie, à force d'avoir frotté ses spires les unes contre les autres à longueur de journée!Il suffit de ne pas oublier de la transférer dans le nouveau pantalon quand on change pour éviter qu'elle ne passe avec lui à la machine à laver!!

L'entretien: Oui, bien sûr mais n'est ce pas notre plaisir à tous de "bichonner notre matériel" pendant les longues soirées d'hiver en rêvant de l'ouverture ? Et sincèrement dérouler en rentrant sa soie sur un papier journal pour la faire sécher, la graisser le lendemain avant de la rembobiner sur le moulinet, ça prend combien de temps?? Moyennant quoi sa longévité n’a rien à envier à celle des synthétiques !!
Elle est par ailleurs parfaitement réparable en cas d'accident de "section"......je l'ai expérimenté!! Et que dire du plaisir d'avoir l'impression de caresser une oeuvre d'art?? Clap Clap


Pour les "séjours de pêche", les étuis de mes cannes ou des tubes PVC, sont "à demeure" installés obliquement à l'arrière de ma monospace, du sol derrière les sièges avant au plafond du coffre, en passant sous l'appuie tête du siège arrière du milieu, ouverts, prêts à recevoir au retour du coup du soir ma canne simplement démontée en 2 brins, mouche arrêtée à l'anneau de tête que je rentre dans la cage de mon moulinet pour la protéger, le scion tête bêche avec le premier brin auquel il est uni par un simple élastique !

Coffre ouvert, j'enfile la canne dans son étui, bloquée par le moulinet qui seul dépasse....et je déroule la soie dans un sac plastique avec au fond un papier journal qui abd sorbera l'humidité , suspendu à demeure à l'étui! Ça me prend 15 secondes......ma soie sèche pendant la nuit, en tous cas ne reste pas enroulée mouillée sur la bobine....et j'ai tout le loisir le lendemain de la graisser en la rebobinant avant de repartir à la pêche! Alors, essayez et vous verrez que ce n'est pas compliqué..!!….

. *************************

Maintenant, pour la nettoyer en fin de saison si cela vous parait nécessaire et l'hiverner ensuite.....ce n'est pas compliqué!!:

1/ Dans un bocal préparer 250cc d'eau chaude (45°) avec 20cc d'alcool à brûler et quelques gouttes de liquide vaisselle, pas plus...y plonger la soie un instant et bien secouer le bocal pendant 2 mn...., recommencer au besoin puis

2/ étendre la soie pour la bien faire sécher à l'air libre si possible, tendue entre deux arbres pour ceux qui ont de la place.
..
3/Une fois sèche, il faut la plonger dans un bain d'essence de thérébentine quelques minutes, .............le temps de faire fondre de la graisse d'oie ou de canard dans laquelle on rajoute deux cuillères à soupe d'huile de lin..
.
4/On immerge alors la soie bien essuyée dans le mélange chaud mais pas brûlant jusqu'à ce que la graisse fondue se fige en refroidissant

5/On la sort pour l'essuyer avec un sopalin pour enlever l'excédent de graisse et dans petit sac en tissus (sans la contraindre sur un enrouleur plus ou moins sophistiqué)..et on lui fait passer l'hiver à l'abri de la poussière et de la lumière...pour la retrouver comme neuve à l'ouverture suivante..!

Pour ceux que la graisse d'oie rebute, il est bien facile après le bain d'essence de thérébentine, et une fois la soie sèche, de la graisser plus simplement avec la graisse prévue pour et fournie par le fabricant.....ou de la simple vaseline!!

**************************

.....l’essayer, c’est l’adopter car…comme vous le constaterez...:

« La soie Naturelle est

à la soie synthétique

ce que la vraie femme est ......

à la poupée gonflable »

Ainsi aurait parlé Zarathoustra si Nietzsche avait pêché à la mouche!

:
PS: Ceci dit, impériale dans des conditions "normales" ...la naturelle reste chère, et si, bien entretenue, elle peut avoir une durée de vie assez longue....elle n'en reste pas moins fragile dans des conditions difficiles des rivières boisées , étroites, encaissées, encombrées de rocher qui sont autant d'obstacles sur lesquels elle peut subir des dommages ....conditions dans lesquelles je privilégie une synthétique bon marché........à chacun sa vérité !!

 

Ci dessous 6 fournisseurs de vraies soies naturelle dont l'âme est effectivement faite de fils de soie de la larve du Bombyx, dont 4 Français avec un dernier venu

Olivier Pilot

 
-Phoenix-(anglaises)
 

 

 

   

commercialisées également par JMC
Le tressage n'est pas ici continu conique, c'est un aboutement de soies parallèles de diverses sections croissantes, puis décroissantes selon le profil de la soie, comparable à un bas de ligne à noeuds et non queue de rat comme on pourrait le penser. Cela se détecte facilement entre deux doigts au niveau des jonctions et se confirme au Palmer
Cette "architecture" provoque un certain flottement au lancer,très proche des réactions des soies parallèles (difficiles à contrôler sans une canne longue) et qui s’accentue au fur et à mesure que les N° de soie croissent (4 et plus). Mais c’est presque indétectable par les pêcheurs débutants ou autres qui n’ont pas le coup de poignet « soie naturelle ».

 

 Email: info@phoenixclassics.com

Telephone: +33 (0) 2 41 82 60 34
fax: 02 41 82 61 59
Fabriquées à l'origine en Angleterre, dans le West Midlands par Monsieur Noel Buxton. qui a revendu son entreprise à Monsieur Mike Brookes venu s'installer en France 

Phoenix Classics Les Mortiers        49390 Parcay Les Pins

AA soie de 2-B soie de 3-
C soie de 4 -D soie de5

         
     

 

   

 


   

"En dehors des "vraies soies" énoncées ci dessus et au sujet lesquelles je suis entièrement d'accord ,j'ai pu essayer au Sanama la vraie soie de Monsieur Pilot , j'ai été bluffé ( je ne suis pas le seul ) "
                                    RG  13/03/17
                         *********
"C'est très aimable de votre part de m'avoir rajouté sur la liste des fabricants de soies naturelles pour la pêche à la mouche sur votre site dédié aux puristes!. Mes conclusions sont les mêmes que les vôtres ! Je ne suis pas encore assez connu !! Si vous souhaitez essayer une de mes soies en action de pêche , n’hésitez pas à me contacter je vous en prêterai une bien volontier
                                   OP 08/04/17

   

C'est très aimable de votre part de m'avoir rajouté sur la liste des fabricants de soies naturelles pour la pêche à la mouche sur votre site dédié aux puristes!. Mes conclusions sont les mêmes que les vôtres ! Je ne suis pas encore assez connu !! Si vous souhaitez essayer une de mes soies en action de pêche , n’hésitez pas à me contacter je vous en prêterai une bien volontiers !

par opposition à d'autres soies dites abusivement "naturelles",

-dont l’âme en soie naturelle est remplacée par un simple cordon de matière synthétique type dacron ,nylon, acétate de cellulose..imprégné dun vernis imputrescible
.de résistance et de  durée de vie plus élevées
d'entretien moins fastidieux ,
moins chères,
et dont le revêtement et les caractéristiques restent proches des soies naturelles mais qui ne sont pas "stricto sensu" des vraies naturelles... ainsi les soies

Sources de Lozère, uniquement parallèles

alors que les anciennes soies semi synthétiques Robinson également parallèles , et les soies Bourguignon ne sont plus commercialisées!

 

*********************