Fiches  de  montage.

 

 

 

Point ne se conçoit de site de pêche à la mouche sans une rubrique montage de mouches!!!

Or, ces rubriques sont légion, toutes plus belles les unes que les autres,

 

Michel Flenet : le "champion du monde" de montage

                                                              

 

JP Dessaigne: montage également

 

et ce site QUEBECOIS assez hallucinant pour être digne d'être mentionné ici

 

 

Mon propos n'est donc pas de concurrencer ces excellentes productions, ni même simplement de les imiter, quel intérêt....ceux auxquels elles apportent ce qu'ils cherchent n'ont pas besoin de nous!!

 

Je me suis cependant avisé que , lors de mon éducation de pêcheur à la mouche tout débutant, j'ai trouvé faciles et pratiques les documents les plus simples et les plus schématiques qu'il me fut donné de consulter..en tout premier le petit fascicule de   Audouys et JL.Pelletier:  "je monte mes mouches en 15 leçons ",(SEDETEC 1972)  petit chef d'oeuvre de simplicité et de sobriété dans les illustrations, qui date et devient difficile à trouver, ( mais il existe aujourd’hui quantité d’excellents ouvrages traitant du sujet, du plus simple au plus sophistiqué), puis les "fiches" que je griffonnais dans un petit carnet lorsque je trouvais une "recette" intéressante, sous forme de schémas, simples autant qu'inesthétiques mais précis et qui le jour venu me prendraient par la main pour guider mes gestes pas à pas avec la précision que j'avais du mal à extraire des documents plus prestigieux et décoratifs!!

 

C'est cette nécessité pour moi de simplifier la présentation  au profit de la précision d'un schéma "spartiate" pour mener à bien mes montages de débutant  qui

me pousse aujourd'hui à vous offrir ces fiches très simples de montage des principaux modèles de mouches sèches que n’importe lequel des débutants, même aussi maladroit que moi à mes débuts, pourra suivre aisément pour monter  avec un minimum de matériel, sans se ruiner pour des "plumes haut de gamme", les principales artificielles.. !Et surtout qu'il soit bien compris la chose suivante:

 

Il y a deux façons d'envisager le montage des mouches artificielles...non, pas la bonne et la mauvaise...je reprends....il y a deux" bonnes façons":

 

*Celle du pêcheur qui consiste à monter une artificielle destinée à piéger le poisson et  à laquelle on demande simplement de lui évoquer quelque chose de "bon à manger"......ce qui impose certaines qualités de "vraisemblance" par rapport à sa nourriture habituelle: silhouette,taille, couleur,densité.....toutes caractéristiques "générales" qui peuvent la plupart du temps ignorer les "détails"et l'esthétique parfaite....et permettent, avec des plumes qui ne sont pas forcément "le top du top", des montages réalistes simples, qu'ils soient "génériques" ou même qu'ils soient  plus "exacts"selon la mouche du moment

 

*Et celle du monteur de concours qui consiste à monter une artificielle destinée à pièger.....le jury...qui n'est pas constitué de poissons!!Il s'agit la d'oeuvres d'art  parfaitement respectables mais idéalisées, et qui doivent obéir, grâce entre autres à une qualité de plumes irréprochable, à certaines considérations de précision du détail, de perfection de réalisation  et d'esthétique....dont il  n'est pas certain que le poisson se soucie vraiment....car les insectes qu'il consomme lors des éclosions ne sortent pas de chez le coiffeur ni de chez l'esthéticienne, mais plutôt...d'une partie de "jambes en l'air"......pour cause de reproduction......et sont alors plutôt fripés, les cheveux hirsutes, les yeux cernés et les jambes en capilotade...,bref..je ne vous fais pas de dessin

au point que JP Comby, plus pêcheur que monteur, parle de pêche à la......"moche"

 

et que JP Desaigne, grand monteur s'il en est, écrit: "Je ne monte pas que des mouches d'exposition, mais également des mouches de pêche"

 

Mouche de pêcheur, mouche de concours..c'est donc bien ...le jour et la nuit...et la seule vérification "pratique" effectuée sur la mouche de concours par le jury est d'apprécier l'équilibre de sa flottaison sur la surface d'un verre d'eau...mais est-il avéré qu'un poisson refuserait un insecte blessé qui boiterait, marcherait ou flotterait de travers, ou auquel il manquerait une aile?Rien n'est moins sur, ne croyez vous pas??D'ailleurs la célèbre  palmer French tricolore de Bresson dont vous avez le montage ci dessous (A1) est née d'une double collerette qui s'est "démontée" en cours de partie de pêche et avec laquelle Bresson a pris plusieurs poissons de suite, bien que "tordue"...car il avait la flemme de la changer.....il  vous le raconte lui même ci dessous...comme quoi..!!!

L'analyse de JY Kerboeuf  

qui compare les "Anglaises et les "Franc comtoises " aboutit au même distinguo:

Dans les diverses catégories excellent d'incontournables manieurs de mouche moui11ée, de mouche dressée de mouche épuisée se laissant dériver sur I'eau après la copulation
Au sein des coteries et sous coteries s'opposent de grandes tendances, se regroupant en chapelles et sous chapelles


L'école anglaise imitationiste classifie larves et insectes parfaits ou imparfaits, grossit, croque, systématise en s'attachant à reproduire les nuances d'une nature pourtant si fantasque. Les mouches artificielles britanniques sont des objets d'art, des pièces de vitrines qu'on expose qu'on encadre, qu'on photographie, qu'on baptise de noms très distingués de docteurs et de généraux.

L'école française du Sorcier de Vesoul se targue d'impressionnisme et s'attache à I'allure générale, au comportement, au volume, à la transparence

comme en témoigne la célèbre "French tricolore"

 

Par un singulier hasard, elle naquit au bord des rivières franc-comtoises, pas très loin de la Loue et de son miroir d'Ornans qui inspira Courbet. Point de lignée aristocratique pour ces créations du diable nées du génie des braconniers romanichels, du gros bon sens des paysans locaux. Ces utilitaires portent des noms simples de terroir: la tricolore, la peute, la mistigri... elles sont faites de plumes de coqs gaulois ou de poules rousses, de restes de plumées de perdrix et de bécasses, de sous poils de sanglier, voire d'une pincée de poils d'âne ou de vieux chien miteux, comme leurs cousines bretonnes ou normandes... Tout le contraire des belles anglaises aux matériaux rares et précieux, raides comme des ambassadeurs dans leur costume empesé.

 

Voici ce qu'en disait déjà P Carrère en 1952

 

On a dit de la mouche qu'elle ne pouvait être qu'une caricature, étant donné les moyens que nous avons de la réaliser. Cette opinion, quand j'en ai eu la révélation, m'a froissé . Je me suis, par un réflexe négatif, révolté. Oser traiter ainsi ce petit objet parfois si joli, si parfait, qu'il mérite notre admiration, notre joie, notre satisfaction après tant d'efforts surmontés. Ce mot péjoratif est désobligeant pour les petits fly-makers que nous sommes, nous qui avons tant d'enthousiasme, de foi dans sa réalisation, dans ses résultats espérés. Un peu de pitié, de charité, épargnez-nous de grâce. Caricature ! ma mouche ! ...

 

Mais au fait, qu'est-ce donc qu'une caricature ? N'est-ce pas un croquis, un dessin, une peinture, une sculpture même qui, en exagérant, en grossissant le ou les caractères remarquables d'un personnage, nous permet de le reconnaître immédiatement, en éclair, sans hésitation ? Pas de fioriture dans la caricature ; pas de travail pénible, semble-t-il, tout paraît venu avec facilité : quelques traits essentiels, typiques ; un attribut, un objet familier en vient parfois accentuer le caractère - la pipe d'Herriot ? par exemple - et le portrait réel, vivant, nous apparaît, nous étonne par sa ressemblance. Et pourtant il est faux : pas de perspective, pas de proportions, les couleurs sont fantaisistes ou exagérées ... Nous reconnaîtrons un âne à ses oreilles longues, étrangement longues ; un héron à son " long bec emmanché d'un long cou " ; un merle à son bec jaune et sa parure noire, " cocu qui veut passer pour veuf " ....nous pourrions indéfiniment citer d'autres exemples en tous les domaines. La caricature étant de tous les temps, du préhistorique au moderne.

 

J'ai donc eu tort de me sentir blessé et touché dans mon amour-propre. Qu'est-ce que je demande, en effet, à ma mouche ? N'est-ce pas cette ressemblance éclair, exacte ou pas exacte, qui frappera le poisson et mobilisera en une détente électrique ses réflexes positifs pour lui faire gober - c'est bien le mot - ma caricature ? N'est-ce pas le but recherché (et sportif !) de faire prendre mon petit paquet de plume, de soie, de fer pour ce petit insecte qui flotte en ce moment sur l'eau Que ma mouche soit disproportionnée, qu'elle soit trop noire ou trop blanche, trop lourde ou trop légère, qu'importe, après tout, pourvu qu'elle trompe, qu'elle passe pour ce qu'elle n'est pas, mais bien pour la chose qui excite le poisson au moment même où je pêche. En somme, la mouche " sportive ", de Skues.

 

J'ai déjà donné pas mal de définitions de la mouche ; en vérité, j'avais oublié la meilleure, la plus concise :

la mouche est une caricature d'insecte.

Sans doute ; mais voilà : n'est pas caricaturiste qui veut ! Pour faire une bonne caricature - n'est-ce pas, Daumier, toi qui as fait des kilomètres pour aller observer des canards quand tu as voulu en dessiner, de mémoire selon ta méthode, - il faut avoir l'œil et la main. Deux choses que l'on estime parfois insuffisantes pour faire un artiste (on oublie que les peintres anciens n'étaient que des ouvriers), mais qui ne s'acquièrent pas en un jour. Et nous ne parlons pas d'esprit, puisque, en ce domaine, il faut admettre - avec les naturalistes modernes - que les poissons n'en ont pas. Mais que de choses ne faut-il pas avoir apprises, vues, observées, remarquées, étudiées et pratiquées pour que cette jolie petite caricature prenne un peu de poisson

En résumé, et pour conclure pratiquement, je vous dirai : faites des mouches, commencez par savoir ce que vous voulez imiter, connaissez-le bien, étudiez le comportement du poisson à son égard avec ténacité, connaissez bien sa forme, sa vie, son comportement, et après - et bien après - faites-en la caricature ... aussi exacte que possible et, surtout, sachez vous en servir. In cauda venenum ...

                                                                                                         

                                                                                                                                P. CARRÈRE. Le Chasseur Français N°661 Mars 1952 Page 149

 

 

* Un esprit taquin m'a suggéré d'évoquer les mouches du commerce...destinées selon lui à piéger....le pêcheur.....et sans aller jusque là, il faut reconnaître qu'elle sont vendues assez cher, aux alentours de deux euros pièce pour les principales  marques commercialisées  en magasin, je ne parle pas de celles que l'on peut désormais acheter sur internet à des prix défiant toute concurrence, montées en Afrique ou aux Indes..que je ne "pratique" pas et dont je ne connais donc pas la "qualité"

 

Et puis, c'est un tel plaisir de prendre un poisson avec une mouche de sa fabrication...!

 

Les montages que je vous propose ici sont donc simplifiés au maximum dans cet esprit et  Michel Flenet dit Michou, notre champion du monde..les a validés...et rassurez vous, il sont tout à fait aptes à séduire les poissons,  peut être autant ou plus que les lauréates des concours, ...c'est bien ce que vous cherchez,  non??

Je ne peux résister à vous présenter ci dessous un article issu d'une revue normande et
dont le "gros bons sens normand" correspond tout à fait à ce qui vient d'être énoncé cidessus.....

 

 

 

 

 

C’est parti !!

 

                    Avant toutes choses, un rappel  à propos des plumes.

 

 

*Pour les béotiens que nous sommes….Les plumes sont constituées d’un axe central creux à la base, c’est le Calamus, puis plein, c’est le rachis !Du rachis divergent les barbes hérissées de barbules enchevêtrées, dans cerrtains cas accrochées les unes aux autres par des petits crochets dénommés "barbicelles"

*Pour les savants: La plume est un appendice tégumentaire constitué de béta-kératine, c'est un phanère comme les ongles, un calame corné, garni de barbes et de duvet à sa base, qui recouvre le corps des oiseaux. Son rôle est de protéger la peau des volatiles, comme isolant de l'air et de l'eau. Les plumes permettent également le vol et le camouflage, mais ont aussi une fonction sociale, notamment dans le cadre de la reproduction : parades nuptiales, distinction du genre..

 

*Et enfin...ce qu'en disait H Bresson:

Les plumes c'est comme le bon vin: Les plumes de coq demeurent un matériau unique et irremplaçable pour la fabrication des mouches sèches. Je me demande parfois si un produit synthétique pourra un jour rivaliser avec cette oeuvre de la nature. J'en doute.

Toute les tentatives jusqu'à maintenant sont restées vaines et si, parfois, l'apparence peut faire illusion, la structure de la plume de coq n'autorise pas à penser que l'on puisse réaliser un jour, artificiellement, un produit aussi parfait. Le jeu, d'ailleurs, en vaudrait-il la chandelle? Comment pourrait-on rendre conique chaque barbules, la rendre imperméable, légère, chatoyante et se bonifiant en viellissant?Il va de soi que pour tout ce qui concerne les leurres immergés, mon opinion est différente. Mais il y aurait à dire quant à l'emploi devenu trop systématique, à mon goût, des mouches noyées et des nymphes.

En ce qui concerne les phryganes qui tiennent une grande place dans la pêche à la mouche, leur confection n'exige pas des matériaux aussi performants. C'est un concept de fabrication différent dont je vous parlerai une autre fois.

POUR LES HACKLES, TOUT EST AFFAIRE DE TEMPS
Pour en revenir aux hackles, rien ne peut remplacer ce que l'âge et le vieillissement peuvent élaborer. Un régime bio-chimique sauvera les apparences, apportera une géométrie plus régulière, une plus grande longueur de montage utilisable, mais il manquera toujours à ces plumes certaines nuances translucides, certains reflets provoqués tout autant par l'héritage, la lumière, la saison que par l'âge ou, même, par une amorce de dégénérescence. Chaque sujet étant, comme tout être vivant, à la fois unique et différent. Les soins, la nourriture et certains adjuvants hormonaux peuvent toutefois améliorer le produit sans assurer à coup sûr une parfaite qualité: que de paramètres fluctuants! La flottabilité ne peut être finalement obtenue que par l'air enfermé dans la membrane cornée. Chez les meilleurs sujets, cette enveloppe devient plus fine, plus légère, plus imperméable, étanche, même, dans les meilleurs des cas, avec l'âge. La plus impitoyable des selections ne peut à coup sûr déterminer que tel sujet produira un hackle parfait, le meilleur professionnel pouvant s'y tromper. La plume est-elle trop sèche, elle casse au montage; trop molle, il faudra densifier ce même montage, ce qui est contraire à l'idée de transparence, de légèreté, de vie. Elle se mouiilera rapidement et sèchera mal, transformant votre mouche en objet informe. Vous pourriez me rétorquer, à moi qui ai créé la " Peute ", que cela n'est pas si néfaste. Oui et non! Mais, içi, nous parlons de hackles pour dresser une mouche sèche qui doit le rester sans artifices sans graissage. En opacifiant notre mouche, faute de matériau ad-hoc, nous l'alourdirions , affaiblissant ainsi la qualité du posé et sa précision. Déterminer qu'un hackle va être excellent, solide léger et flottant bien, n'est pas évident. La période, le moment ou la saison, durant laquelle les plumes sont récoltées est également très importante et variable selon les régions. ON NE FAIT PAS UN GRAND VIN AVEC DE LA PIQUETTE


Ce ne fut que plus tard que j'appris beaucoup sur les hackles. Certaines nuances n'existent pas à l'état naturel: il faut les créer. J'ai essayé, tâtonné, appris. La qualité intrinsèque que la plume est, bien sûr, primordiale: on ne peut pas tricher. je suis arrivé à trouver des nuances hyalines: pour moi qui suis partisan de l'effet suggestion, cela me paraît idéal. Mais on ne peut améliorer que ce qui peut l'être, et, à l'évidence, il est impossible de faire vieillir une piquette dans l'espoir de la transformer et d'obtenir un Mouton-Rothschild ou un Clos- Vougeot, miraculeusement.
Grace au père Ganzl je possède des hackles d'une exceptionnelle qualité, vieux de plus de 40 ans. C'est avec ces hackles que je monte la Sauvage. Actuellement le marché mondial de la plume est assez bouleversé. La qualité est en baisse dans la mesure où la demande est plus forte que l'offre.
Même en payant le prix fort, on n'est pas certain d'obtenir la qualité indispensable à la fabrication de bonnes mouches sèches, légères et imperméables. On peut le regretter, mais c'est un fait.


Henri BRESSON Septembre 1984

 

************************************

 

Il existe trois types de plumes chez l'oiseau adulte :

 

*Les pennes:

 

Les pennes sont plumes les plus longues des ailes et de la queue Il existe deux grands groupes de pennes, les rémiges et les rectrices.

 

*les rémiges : plumes de contour des ailes:
les rémiges primaires, prenant appui sur les os des phalanges et du métacarpe, sont les plus longues et participent à la forme générale de l'aile. Les oiseaux actuels en ont de 9 à 11 sur chaque aile.
Les rémiges secondaires sont plus courtes et insérées au niveau de l'avant-bras (cubitus). Les oiseaux actuels en ont de 6 (Colibris) à 38 (Albatros) par aile.
Certaines espèces (albatros, puffins et certains canards) présentent des rémiges tertiaires, au niveau de l'humérus. Les alulas, aussi appelées rémiges polliciales ou plumes bâtardes sont des plumes plus petites, fixées au niveau du 1er doigt, et pourraient faciliter le vol à faible vitesse

 

                                                                                 

 

*Les rectrices :plumes de contour de la queue

 

Rémiges et rectrices comportent toutes un axe rigide, partagé en calamus (ou hampe, cylindre creux dont la cavité est cloisonnée transversalement) qui est proximal et en rachis (plein mais creusé d'un sillon ventral) qui est distal. Le rachis supporte l'étendard ou vexillum, composé de barbes portant deux rangées de barbules, les barbules proximales d'une barbe s'entrecroisant avec les barbules distales de la barbe voisine, grâce aux barbicelles, petites excroissances crochues des barbules distales dont sont dépourvues les barbules proximales.

                                                                                              

 

Les tectrices:

 

ou plumes de couverture désignent les plumes de duvet (formé de plumes légères dont les barbes ne sont pas enchevêtrées) et les plumules ou semi-plumes, qui sont des très petites plumes sur les tarses.

Les plumes de duvet sont de structure remarquablement uniforme chez tous les oiseaux: une touffe de barbes s'insérant sur un court calamus (rachis réduit ou absent). Chaque barbe porte deux rangées de barbules lisses, toujours plus développés vers la base que vers le sommet. Le duvet, très abondant chez les oiseaux aquatiques, couvre le corps sous la couverture des plumes de contour. Son rôle dans l'isolation thermique est essentiel.

Alors que rémiges et rectrices portent des barbules accrochées étroitement sur toute leur surface de l'étendard, les tectrices, plumes de couverture non portantes présentent des barbes relâchées sur les parties recouvertes par l'empilement des plumes sur le corps de l'oiseau : les barbules sont plus longues et sans crochets, à allure duveteuse.

 

Les filoplumes, qui sont réduites à un rachis filiforme, portant parfois quelques barbes à son extrémité. Elles sont situées à la base des plumes de contour, se formant sur la paroi latérale de leur follicule.

 

Terminologie

 

Les Barbes: Ce sont de minces lamelles dirigées obliquement de part et d'autres de la tige cornée (rachis), les barbes supportent les barbules à la façon des branches d'un tronc.

 

Les Barbules : Filaments ou courtes lamelles qui permettent de relier les barbes entre elles, les distales munies de crochets (barbicelle), les proximales pas.

 

Les Barbicelles: aussi appelées "hamuli". Une barbicelle est un petit crochet qui permet aux barbules distales d'agripper une barbule proximale

 

    

Les herls: anglicisme qui signifie » barbes » ce sont les barbes soudées entre elles qui partent du rachis central des pennes des grands oiseaux (paon(vert), condor, faisan, ...). Ces herls recouverts d'une multitude de barbules sont duveteux et permettent de monter des mouches au corps duveteux Lorsque le herl est débarrassée de ses barbules, il devient

 

Le Quill : anglicisme ou encore rachis d'une barbe (herl) débarrassé des barbules. Le quill désigne une tige cornée lisse sans les branches qui ont été retirées ou qui n'existent pas naturellement. On l'utilise surtout pour segmenter le corps des sèches et des noyées où ses reflets de bleu, d'or et de bronze (paon) feront merveilles.

 

 

                                                                                   

                                                                              

 

       

                                                                                     

Les biots sont des barbes cornées très large à leur base près du rachis, souvent incurvées sur leur axe, très courtes et de forme triangulaire très prononcée (pointue), très rigides et avec peu de barbules; ils sont implantés sur le bord d'attaque des rémiges des ailes ou des rectrices de la queue qui est ainsi étroit pour "fendre" l'air alors que sur le bord de fuite sont implantés des herls beaucoup plus longs! Les biots ils servent à imiter les corps segmentés!

Les biots de dinde sont plus longs et plus souples que les biots d'oie, et leurs barbules sont plus longues et plus fournies

Les biots d'oie ou de dinde, permettent de faire:

*des corps de petites mouche façon herl ou quill , des ailes de petits sedges .

*.ainsi que cerques, sac alaire, ailes naissantes et pattes de nymphes,

 

                                                                                                                                

 

 

 

La Vibrisse : C'est un rachis naturellement exempt de barbe et qui ressemble à un poil ou de la soie rigide. Souvent autour des yeux et au coin du bec chez les rapaces.

 

Plumes particulières

 

                                                                                        

 

Les hackles: Ce sont de longues et fines plumes particulières issues de la partie arrière de certaines races naturelles de coqs d'élevage sélectionnés pour les qualités de leurs plumes, !Les hackles de cou ou de selle n’ont pas de barbules intermédiaires, et leurs barbes se séparent donc très facilement lors de l’enroulement du rachis sur la hampe , ce qui les rend particulièrement aptes à la confection des collerettes des mouches sèches de différentes teintes:

Le roux est facile à trouver ainsi que le blanc qui par teinture amène à d’autres couleurs, le noir naturel est moins fréquent, le gris le plus utile est rare et cher.

Le Coch Y Bondhu est roux à base et pointe noires

Le blaireau a le centre noir et la périphérie jaune pâle

Le chinchilla blanchâtre et barré de gris, s’appelle également grizzly ou coucou.

Tous ces hackles mélangés sont très recherchés.

*************

NB: à la campagne, lorsqu'un coq semble craindre la pluie en se réfugiant à l'abri bien avant ses congénères, on dit:

"Quand les coqs craignent la pluie, c'est qu'ils ont le manteau qui trempe".

...et ce bon sens paysan explique peut-être pourquoi il arrive que certaines mouches à hackles coulent invariablement, même bien graissées, issues sans doute de ces coqs au plumage "moins imperméable" qu'il est d'usage!!


*********************************

Il faut distinguer :

 

*les hackles de cous, assez courts, plus ou moins larges, et souvent dissymétriques de formes lancéolées plus ou moins prononcées et

                 

 

Les "lancettes"sont des plumes très longues en forme de lance situées juste avant la base de la queue et à l'arrière des ailes et tombant de « l'arrière train » des coqs; leurs barbes sont très longues et très nerveuses.
On les utilise pour faire des cerques, des ailes en fibre et des montages de noyées à l'Espagnole, aussi comme hackle pour les mouches importantes : mouche de mai, gros sedge mais surtout pour faire des montages à hackles coupés, de plus en plus appréciés pour la pêche des courants rapides et des rivières de montagne.. Les plus efficaces semblent être celles des coqs Limousin et Espagnols.

.

                                    

 

C'est la sélection et le croisement des coqs présentant les plus longues lancettes qui a permis l'obtention, après de longues années, des lancettes très longues constituant les saddles (Hoffman, Metz,.Whiting..).

 

                                                                                                

*les hackles de selles = saddles , qui représentent donc l'ensemble des plumes longues de 20 cm à 40 cm,

 

*étroites et symétriques car leurs barbes sont assez courtes et toutes de la même longueur,

*qui se trouvent sur le dos de coqs sélectionnés puis croisés....
*et qui pendent sur les flancs qu’elles enveloppent comme les quartiers d’une selle sur les flancs d’un cheval

* La largeur réduite de ces saddles permet de monter des collerettes de mouches seulement sur hameçons de 14 à 16,...

  

                         

Le 02/12/2011 23:48 : Bonjour à vous monsieur Dessaigne:

Pour ne pas vous faire perdre de temps, une simple question à laquelle je n'arrive pas à avoir de réponse fiable...: Les saddles sont-ils chez les coqs génétiquement modifiés les "remplaçants" des lancettes des coqs "normaux" .......ou est ce que les lancettes persistent en plus des saddles chez le coq GM ??

Merci à vous

 

JPB

 

Le 03/12/2011Bonjour,

Tout d'abord ces coqs ne sont pas génétiquement modifiés, il n'y a aucune manipulation de gène qu'on leur implante pour avoir des plumes différentes. Les lancettes très longues(saddles)

sont obtenues par croisement et sélection.

Pour fixer une couleur bien précise et des coqs ( dans la nature 50% poules et 50% coqs) il faut environ 10 ans. Whiting sélectionne les coqs qui ont des longues lancettes et des longues plumes de hackles. En se basant uniquement sur ces critères et la couleur il obtient ces coqs superbes. C'est une question de temps. Sur cette photo on vois l'évolution des coqs en 15 ans.

         

Cordialement Jean Paul DESSAIGNE

 

 

                                                   

 

 

Les petites plumes de bécasse, cane, colvert, pintade, perdrix, sarcelle ... qui ont des couleurs et des dessins intéressants, sont utilisées entières (aile de sedge notamment) ou en partie.

 

                                                                   

                               

                                                                                                                                                       

Les pelles sont des petites plumes arrondies de l’arrière du corps :on distingue :

* Les pelles de dos (ou pelles de cape) [/i]souvent de même coloris que les hackles, elles sont légèrement allongées.

Les pelles d'ailes. Elles sont plus arrondies et souvent plus claires. Elles assurent la couverture extérieure des ailes,utilisées pour faire des ailes couchées des sedges ou pour en prélever des barbes qui font d'excellents cerques

 

                               

                                               

 

Les « culs de canard » la plume de cul de canard (c.d.c.) sont les plumes peu nombreuses prélevées autour du croupion au voisinage de la glande uropygiale qui secrète le liquide dont le canard enduit ses plumes avec son bec pour les imperméabiliser, elles sont très légères et permettent de monter les célèbres mouches du même nom dites "cul de canard", spécialité du monteur Petitjean! Les couleurs naturelles sont : Le gris, le blanc et le beige que l'on nomme aussi "kaki", non pas pour sa couleur , mais en rapport avec le nom de son propriétaire, le canard "kaki Campbell" de Hongrie, réputé pour la production de son foie gras. Cette plume, extrêmement légère, flotte sur l'eau, non pas principalement parce qu'elle se situe autour de la glande uropygienne, mais de par sa trame. En effet en examinant de près cette plume, on s'aperçoit que les barbicelles, normalement en forme de crochets, ce qui leurs permet de se fixer les unes aux autres, sont dans le cas de la plume de c.d.c en forme de filaments entremêlés, ce qui donne l'aspect d'un filet qui emprisonne une quantité imposante de bulles d'air.

 

                 

On raconte que, vers 1920, deux pêcheurs et fabricants de mouches artificielles suisses, Maximilien Joset de Courtfaivre et Charles Bickel de Vallorbe, confectionnaient des artificielles en utilisant ces plumes qu'ils enroulaient sur l'hameçon après avoir réalisé un simple corps en soie ou en raphia. Elles étaient destinées à pêcher les truites et les ombres des rivières suisses mais aussi en Franche-Comté, dans le Jura; elles étaient très connues sur les berges du Doubs, à Goumois, comme le raconte Jean-Paul Pequegnot.

Il semblerait que le premier monteur qui ait utilisé le terme " Cul-de-Canard " soit le fabricant de Vesoul bien connu, Henri Bresson.

                                                                                                                   
Aux débuts des années 1950, le " Sorcier de Vesoul" - c'est son surnom - aurait commencé à fabriquer des mouches artificielles en remplaçant les hackles de collerette traditionnels par une ou deux plumes de " Cul-de-Canard" rabattues en cône ou demi-cône sur un corps en herl vert, orange, carmin, jaune...

En 1970, Aimé Devaux, fabriquait des artificielles avec hackles et plumes de " Cul-de-Canard " mélangés.

En 1983, le monteur slovène Maryan Fratnik, utilisait les pointes de ces fameuses plumes pour suggérer des ailes.
En 1988, Jean-Marc Chignard, qui venait de racheter la marque" Colombier ", avait le besoin impératif de compléter sa collection et décidait de fabriquer, lui aussi, des mouches " Cul-de-Canard " de façon traditionnelle mais avec une amélioration: le corps était également en" Cul-de-Canard ".

Deux années plus tard, les mouches Petitjean voyaient le jour car en 1990, Marc Petitjean s'est installé monteur professionnel et depuis cette date, il n'a cessé d'améliorer sa production qui compte à l'heure actuelle des centaines de modèles

C'est donc 40 ans avant Petitjean que H Bresson a baptisé le premier les plumes "culs de canard", expression qui par extension a ensuite désigné les mouches ainsi

montées avec ces plumes dont la qualité a été testée chez différents fournisseurs

 

                                                                                                                *********************

 

Certaines plumes sortent de l'ordinaire,  en dehors de leurs particularités de couleurs, de formes ou de dessins. A titre d'exemple l'une des premières rémiges primaires de la bécasse est atrophiée et constitue un petit plumeau très fin et très rigide. Cette plume ,appelée alula, était très recherchée par les artistes d'autrefois pour les détails de leurs toiles, et demeure encore aujourd'hui comme une forme de "trophée" pour les bécassiers. Elle a conservé ce nom de "plume du peintre"

 

On trouve, bien sûr, une multitude de plumes différentes selon l'endroit du corps de l'oiseau d'où elle proviennent, mais également selon les espèces et les sélections.

 

************************************

 

Les cous les plus réputés: sont les cous Hoffman et Metz Américains, les cous du Limouzin , Français, gris cendrés qui donnent d'excellentes pelles, les cous du Leon (Espagne) dont les plumes de coqs Pardo ou Indio possèdent des reflets extraordinaires qu'il est impossible d'obtenir en important et en élevant ces coqs ailleurs dans le monde, leurs pelles représentent un summum!! Par mesure de protection, certaines plumes sont interdites ou introuvables, remplacées par des "substituts".

 

Les saddle sont classés par grades en fonction du nombre minimum de mouches qu’il permettent de monter

A raison de 4 mouches de 14 par plume: 100 plumes= 400 mouches

                                                                                      

 

Grade #3 : minimum 250 mouches( = 60 plumes)

Grade#2 : 450 mouches( =110 plume)

Grade #1 : 750 mouches( = 185 plumes)

« Signature saddle » minimum= 250 plumes soit 1.000 mouches

 

Quant au matériel de montage, il ne prendra pas plus de place ici que  d’argent dans votre portefeuille, 60 euros en 2010!!
Pour commencer à apprendre à monter, il vous faudra :
chez Eurofly  ( PUB gratuite !!!)

1 étau le plus simple possible: le TYEMV = 13,70 euros
1 porte bobine à bords éversés pour qu’il ne coupe pas le fil : (8486 ou 8487) 2,70 euros
1 pince à hackle PH 8305 2, 50 euros ou mieux  rotative très pratique (PIROES) 9,90 euros
1 paire de petits ciseaux (C8222):  4,25 euros (mais les meilleurs sont les ciseaux de brodeuse achetés en mercerie!!)
quelques hameçons à mouche sèche hampe plutôt longue n°14 je vous recommande après avis d'un ami expert en la matière le

                                              Tiemco 100 SP BL et 900BL,                         ou                        Kamazan B 402
                                                                                                                                                                                       

à privilégier car hameçons sans ardillon


2 cous de coq indiens bon marché, un gris et un marron, moins de 10 euros chacun
et quelques bobines de fil noir, jaune orange et vert   ( je vous recommande le fil de montage Veevus 8/0
+. un flacon de vernis rapide incolore, le meilleur et le moins cher est celui que vous "piquerez" dans la trousse de toilette de votre mère, de votre soeur ou de  votre épouse, (estampillée par Monsieur le maire ou pas...!)

:Massas en 1852 écrivait déjà


 

                                                                                     

                                                                                               Et c’est suffisant !!

Avec ça vous monterez vos 30 premières mouches classiques araignées, palmers, sedges, culs de canard..........comme décrit ci dessous et quand vous l'aurez fait et que vous commencerez à prendre le coup de main, il sera alors seulement temps, en connaissance de cause, de compléter les matériaux ......en fonction de vos goût pour le montage et de vos choix de pêche.....n'achetez rien de plus avant cet apprentissage au moindre coût......c'est le conseil d'un vieux c........ollègue

 

1/Pour les proportions à respecter, imprimez une fois pour toutes  ce schéma  dans vos circonvolutions...on n'y reviendra plus!!

 

 

                                            2/Et pour tout savoir sur les différents hameçons, si vous lises l'anglais ,vous aurez ici toutes satisfactions
 

            Les "6" commandements" qui vous faciliteront les choses:

 

                            1)Quand vous coincez votre hameçon dans l'étau, ne laissez surtout pas dépasser sa pointe car invariablement vous y casserez votre fil de montage!!    

                            2)Puis enlevez un cm de barbes de la base de votre hackle du seul côté appliqué contre la hampe pour que l'enroulement débute "proprement"!

                            3)Ebouriffez en peignant entre pouce et index à "rebrousse poils" les barbes de vos hackles avant enroulement, ça aide à leur bon déploiement, et placez cote à cote les barbes déployées et l'hameçon pour choisir un hackle dont les barbes ont la longueur de sa hampe L1 = L2

                            4)Ne sortez du guide de votre porte bobine qu'un ou 2 cm maxi de fil de montage pour l'enrouler très facilement, inutile d'en laisser 10cm de sortis ce qui vous obligerait à jouer les moulins à vent sans aucun bénéfice, sauf celui du ridicule!

 

                                         

         

                            

                            

      5)Fixez le hackle  par la base  pour l'enrouler par la pointe, seule façon de garantir le bon déploiement de la collerette,
       6)Et en tenant compte de la différence entre les deux faces

 

-La face supérieure brillante est dite "convexe" car à partir du rachis les barbes qui divergent ne sont pas strictement horizontales mais ont une direction un peu descendante comme les tuiles à partir du faitage, et la question se pose du choix de l'orientation du hackle fixé sur la hampe: quelle face faut-il orienter vers l'oeillet....? La brillante convexe ou la mate concave?

    *Face brillante convexe vers l'oeillet: lors de l'enroulement, les barbes auront tendance à se positionner un peu inclinés vers l'arrière, inclinaison qui, sous l'effet de la résistance de l'air lors des allers retours du lancer, se majorera pour coucher la collerette vers l'arrière, ce qui peut êtrepréjudiciable à la bonne flottaison de la mouche une fois posée c'est pourquoi les araignées dont la collerette est faite d'un seul hackle doivent être montées avec la

   * face mate concave vers l'oeillet car les pointes des barbes lors de l'enroulement auront tendance à se déployer avec une inclinaison vers l'avant et à opposer ainsi un certaine résistance au vent induit par le mouvement des lancers sans se laisser coucher vers l'arrière!

 

                                                                      

 

    *Une collerette faite de deux hackles mélangés ou accolés pourra être montée avec un premier hackle face brillante vers l'oeillet alors que le second positionné face mate vers l'oeillet,(donc la brillante vers la courbure) soutiendra par ses barbes orientés vers l'avant les barbes orientés vers l'arrière du premier pour leur servir de "tuteur" et empêcher l'affaissement de la collerette ver l'arrière ! De plus les deux faces brillantes orientées l'une vers l'arrière, l'autre vers l'avant rendront la mouche plus attractive..!

                                                                                                               

     *Les mouches noyées par contre sont toutes montées face brillante vers l'oeillet car sous la force de l'eau les barbes déjà orientées vers l'arrière se coucheront davantage pour donner à la mouche une forme ovalisée à la surface attractive de par sa brillance!

                             

                                                                                                                             ************

 Pour commencer voici un tableau qui vous permettra de vous y retrouver entre les différentes mouches naturelles et les artificielles sensées les imiter

Vous pourrez à tout moment  vous y référer grâce aux numéros qui sont rappelés avec chaque fiche de montage

                  

A force d'avoir travaillé ce tableau, il m'a paru une fois terminé, extrêmement limpide.... mais il ne doit pas l'être tellement car deux "visiteurs" m'ont contacté pour me demander comment l'interpréter....je vais donc l' expliciter un peu pour t'en faciliter l'utilisation:

1/ En haut regarde les mouches naturelles en fonction de la saison et du moment de la journée:
*leur présence sur l'eau est explicitée par le positionnement de la bande horizontale blanche
*Chacune est affectée d'un numéro Exemple:en mars - mi avril et ensuite septembre (Première bande blanche étendue de début mars à mi avril puis septembre) la grande olive (Baetis rhodani) qui est affectée du numéro 1

2/ En bas dans les artificielles cherche le numéro 1: il correspond à l'araignée grise à corps jaune (quatrième bande blanche) qui représente donc cette grande olive....mais également les naturelles correspondant à ses autres numéros 5-9-10-13-14 car cette araignée est très "polyvalente"..

3/ pour le vérifier remonte en haut pour retrouver les naturelles correspondantes 5-9-10-13-14-, soit tous les baetidés + heptagénia sulfurea!(13) : à elles toutes elles sont donc représentées sur l'eau tout au long de la saison de mars à octobre, certaines cédant la place à d'autres au fil du temps..mais il y a toujours sur l'eau une mouche naturelle représentée par une araignée grise (d'où en bas la bande blanche continue du début à la fin de saison). dont il suffit de varier la taille et/ou la teinte pour l'adapter à la naturelle du moment: exemple
* Grande araignée gris moyen en début de saison et en septembre pour imiter la grande olive (1) , mais
* petite araignée gris foncé pour imiter d'avril à septembre l'éphémère bleu de fer, soit niger et pumilus (10)

4/ Autre exemple: en haut la petite phrygane foncée(brachycentrus subnubilus) d'avril uniquement est affectée du N° 8....qui correspond en bas au N°8 = l'artificielle:"petit sedge foncé "(mistigri).... qui représente aussi la 3 qui est en naturelle(en haut) également la 3 = petite nemoure ou nemouréa cinerea de mars à mi mai..... donc cette artificielle "mistigri" sera à utiliser de mars à mai pour imiter pendant les 3 mois nemourea cinerea, et pendant avril uniquement, également brachicentrus subnubilus 8..!

ça doit être clair maintenant....j'espère!!

Pour vous faciliter la recherche ,  voici  le "sommaire" de ce qui va suivre, et si vous désirez ne consulter que des fiches de montage sans commentaires ni références historiques ni anecdotes cliquez sur les "en têtes" bleutées pour avoir une vue synoptique simple de ces fiches débarrassées de toutes "fioritures"....mais si ces dernières vous intéressent, poursuivez ci dessous..!

 
   E/Diptères    
 1)Palmer French Tricolore de Bresson 11)émergente éph cdc  20)Araignée   30)Sedge plumes poils 40)Moucherons-Minimoucherons
 2)Peute de Bresson 12)Emergente éph lièvre 21)Araignéeavancée "A4"   31)Sedge chevreuil "simplex" 41)Fourmi 1 hackle (Del Pozzo)
 3)Sialis(mouche du saule)13)Parachutes  22)Mouche de mai 32)Sedge chevreuil taillé 42)Fourmi 2 hackles (Pequegnot)
 4) Sauvage de Bresson     a)Ephémère 23)Spent 33) Elk hair caddis 43)Fourmi ailée.
 5)Assassine de Pequegnotb)trichoptère(Klinkhamer)24)Spent chevreuil  44)Coléoptère
 6)Araignée double collerette    
 7)Oreille de lièvre    
 8)Cul de canard       
 9a)Simplette à Ludo      
9b) Siren de JP.Dessaigne          
 10)Paysanne          

                                                               

***************************** 

et avant toute chose, si vous trouvez que le liste ci dessous est un peu "simpliste", souvenez vous de cette vérité première:

     "Il faut dix mouches pour prendre du poisson les autres prennent le pêcheur..."!

et en 2012 encore....j'ai pu lire:

                                                                       

 *****************************                                                   

                                                                                   A/   Les mouches d’ensemble,

 

      Celles qui ressemblent à tout..ou… à rien,  sauf à quelque chose de « bon à manger » pour le poisson…..et dont l’efficacité est vérifiée…

 

1/Palmer French tricolore de Bresson

 

A l'époque de Devaux, Bresson, Ragot , les premières femmes monteuses n' ont pas d'étau !Elles montent avec leurs doigts en tenant l'oeillet de l'hameçon entre le pouce et l'index gauches (comme le fait P Miramont encore aujourd' hui en 2011)et tournent les hackles de l'oeillet à la courbure d'où le fil de montage remontera ensuite à travers les barbes jusqu'à l'oeillet pour le noeud final en tête!

Aujourd'hui les montages se font plus habituellement avec l'hameçon fixé dans l'étau par la courbure..mais contrairement à la "bonne pratique" habituelle, le fil passe encore chaque fois volontairement à travers le hackle une fois tourné  afin de l'éclaircir et de consolider le montage,

 

                                      que l'on commence par le hackle de Tête comme les premières ouvrières de Bresson

                                                                                                                                                                                               

                                                              ou par le hackle de queue comme sur la fiche ci dessous                               

                      Image: trimi-6a7023.gif 

                                                       CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR 

                            



                               

                                                                   

    Problème de fil :Lorsque j'ai monté (il y a en longtemps!!) mes premières French tricolores,, j'enroulais successivement chacune de mes plumes  de l'arrière en direction de l'oeillet et ramenais le fil de montage, fidèle comme ci dessus à la technique de Bresson, à travers les barbes qu'il "écrasait" quelque peu au passage, (effet recherché pour "aérer" et renforcer  le montage), pour fixation de la pointe et de la plume suivante...!

.Trouvant le résultat un peu "brouillon"...j'ai essayé, après fixation , avant d'enrouler la plume, de tourner le fil   jusqu'au point prévu du blocage de la pointe et de la fixation de la suivante (1), pour justement lui éviter de traverser la plume enroulée , mais alors je trouvais gènant pour la main ce fil qui fermait à la verticale l'espace très étroit de l'enroulement (2).., problème que l'on retrouve lors de nombreux montages et que je désirais vraiment résoudre!

    

 

 

J'ai donc imaginé de tendre le fil horizontalement, en posant le porte bobine sur un support à distance (il doit bien exister dans ce but des étaux équipés d'un support), après l'avoir bloqué par une demi clé (1) afin qu'il ne glisse pas le long de la hampe vers l'oeillet ce qui libére alors tout l'espace (2) pour la main qui enroule

 

 

l'essayer c'est l'adopter, en en tous cas pour moi et ceux qui sont confrontés à ce problème...les autres passeront outre!!

                           

                                                     

                                      

                                                        

 

………….Une anecdote qui a émaillé l'ascension de la French tricolore a rapproché , si l'on peut dire,.....les deux "grands" qu'étaient

  André Ragot     et Henri Bresson,
 

qui raconte:

Il y avait déjà sur le marché une "Tricolore" créée par André Ragot, le célèbre fabricant de Loudéac. Mais c'était un palmer assez opaque monté avec une plume noire et une collerette séparées par le soie de montage. Suivaient un roux soutenu puis du gris foncé, l'ensemble étant terminé par des cerques Elle était plus censée imiter un insecte tombé d'un buisson qu'une éphémère. Je décidai donc d'appeler ma mouche la " French Tricolore" et d'en déposer le modèle au greffe du tribunal de Vesoul. La French était pour moi la mouche unique et je devais 1'imposer comme telle. Un beau matin, je venais juste d'ouvrir mon chalet sur le pont et de m'installer devant mon étau quand je vois débarquer un petit monsieur très gentil et très poli. C'était André Ragot. "J'ai vu vos mouches, je les trouve formidables. Nous devrions nous associer. J'ai tout ce qu'il faut pour leur assurer un succès international. "

Les deux hommes discutent. Henri explique à Ragot qu'il n'a aucune ambition industrielle immédiate et que surtout il veut sauvegarder cette indépendance si chèrement acquise. On se sépare en bons termes et l'affaire en serait restée là…. Mais l'irrésistible ascension de la French Tricolore a emprunté en 1963 un chemin qui passait au beau milieu des boiseries austères du tribunal de Grande Instance de Montrouge. Ce lieu de justice a pourtant bien contribué à la légende de la French. suite à une petite phrase de l'article de Christian Plume. , l'auteur d'un article de Constellation Cette phrase -

"... le grand fabricant de mouches artificielles, M. Ragot a abandonné ses propres fabrications pour ne plus utiliser en action de pêche que la fameuse "French Tricolore" inventée par Henri Bresson"

- n'avait pas plu à André Ragot, qui en redoutait les effets sur la réputation de ses propres productions.

Bresson et Plume se retrouvaient solidairement cités en justice et l'affaire allait être plaidée à mi-chemin de Vesoul et Loudéac, c'est-à-dire à Montrouge. En fait, le procès de Montrouge consistera surtout à convaincre la présidente de ce que l'affaire est d'importance. A Vesoul et Loudéac elle a fait grand bruit et l'Est Républicain, dont une édition couvre la Haute-Saône, a dépêché un envoyé spécial à Montrouge.
La plainte des Bretons n'ayant pas été jugée recevable, Henri gagna ce procès et chacun rentra chez soi fabriquer ses propres mouches pour le plus grand bonheur de tous!!

Pour éviter toute confusion il est bon de différencier

*la French tricolore de Bresson" , palmer assez aéré sans corps autre que le fil de montage,sans cerques, fait de deux hackles gris en tête et en queue separés par un hackle roux au milieu, le deux gris pouvant être de ton différent justifiant ainsi le vocable de "tricolore"

*Des "tricolores" de Ragot plus anciennes, plus opaques, avec un corps vraiment constitué,véritablement de trois couleurs différentes et complétées de cerques

Et bien sûr de la "tricolore" républicaine qui a fait sourire le "Sorcier" lui même lorsqu'elle lui a été présentée par le champion du monde de montage Michel Flenet, Michou pour les intimes, qui la reçut en cadeau lors de son conquantième anniversaire

                        

                        

***********************************

2) Peute: Cette  autre célèbre mouche de Henri Bresson est beaucoup plus facile à monter qu'à prononcer

                         

                               

                  

 

 

                                  
  

                   CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR

                                             

                                                

        


              
     

Lundi 27 juin 2011...super après midi au bord du breuchin avec Michel Goux,( + 31/10/2014) parrain de la peute, copain d'enfance et compagnon de pêche de toujours de H Bresson,(+23/08/2010) ....à 89 ans, il pêche toujours, a une frite incroyable , une tête parfaitemet claire et parle encore de cul :" la 203, voiture formidable...la première où on pouvait coucher les siège pour baiser. (sic)... Prenez en de la graine....et regardez bien "Sa peute".....non retaillée, évidemment, ainsi que la qualité de la photo avec en filigrane le visage de l'artiste en arrière plan!!

                                                                                 

                                 

                                        

 

 

3)Sialis  (mouche du saule de Bresson) 

Pour les anglais "Alder fly", le Sialis, seul genre des Mégaloptères en Europe y est bien connu des pêcheurs à la mouche . D'apparence semblable à une Phrygane, le Sialis s'en distingue aisément par sa forme bossue, et ses ailes également posées en toit mais dépourvues de poils.

Le "Sialis" de H Bresson a sa place ici, immédiatement après la Peute car, bien que sensée représenter une mouche particulière, la mouche du saule, son montage est identique à celui de la Peute considérée elle comme une "mouche générique" : c'est en fait une "Peute" dont le corps est cerclé et dont la plume de perdrix grise remplace la plume de flanc de cane!!
Par ailleurs, alors que la mouche du saule
est, dans la nature, plutôt foncée, et que Halford, le "Pape de la sèche", en monte une imitation sombre: sur hameçon 14 , le montage de Bresson réalise une mouche claire comme la plume de perdrix grise qui la constitue, mais efficace..alors peu importe, Bresson n'a jamais été un "imitationiste"..mais ses mouches, quelque soit leur nom de baptème, ont été et restent d'une efficacité indiscutable...alors, va pour le Sialis clair..plutôt "variation de la peute "..que fidèle représentation...mais quelle importance??

C'est entre mai et juillet que l'on rencontre cet insecte là où il vit, dans les roseaux au bord de l'eau, , car ce n'est qu'en cas d'accident. certains jours de grand vent, qu'il se retrouve précipité sur l'eau où il est rapidement la proie des poissons qui semblent l'apprécier!.

..

                             

    

 

 

4/ "La Sauvage ou l'antithèse de la mouche exacte" par Henri Bresson qui en 1987 écrivait:

Il y a trente ans, j'ai créé la "French Tricolore", première grande mouche universelle, que j'avais imaginée pour être la synthèse de toutes les familles d'éphémères. J'étais parti d'une idée de volume estimant que la représentation exacte d'un insecte était totalement inutile Pourtant, il m'a semblé pendant longtemps qu'on pouvait encore aller plus loin dans le dépouillement et dans la "vérité" des poissons. C'est ce qui m'a poussé à imaginer, créer et tester la "Sauvage".. pour pêcheurs avertis

J'ai choisi des hameçons de tiges moyenne, fins de fer, légèrement renversés 14, 16 18, 20 afin de couvrir toutes les familles d'éphémères pour truites et ombres et pour toute la saison à part la mouche de Mai.
J'ai retenu trois couleurs de soie de montage: jaune sale, orange, rouge.
Le hackle doit avoir une forme très conique.
L'enroulement se fait de droite à gauche, les trois premiers tours relativement serrés, les autres espacés d'une manière progressive pour arriver à la naissance de la courbure.
Quelques tours de soie de montage, blocage et retour au point de départ sans écraser les barbes, la Sauvage est terminée.

C'est un "palmer" aérien, très peu fourni.

J'ai commencé à commercialiser ces modèles l'année dernière auprès d'amis, toujours les premiers à ne rien pardonner. Tous, à l'unanimité, ne m'ont fait que des éloges.

Naturellement, la Sauvage est d'un maniement délicat. Elle ne s'adresse qu'à des pêcheurs avertis pour tenter les poissons les plus difficiles. Tout doit être parfait: le matériau, le montage mais aussi la présentation sur l'eau. Ce n'est qu'à ce prix qu'elle est exceptionnelle

                                                      

 

                                      

                                                                 CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR 

 
 

Comme chaque fois qu'il est décrit d'enrouler le hackle de droite à gauche, de l'oeillet à la courbure prise dans l'étau comme ci dessus, je me sens gèné en tant que droitier car le geste ne me semble pas naturel qui fait aller ma main droite en "marche arrière" alors que spontanément elle demande à enrouler de gauche à droite......et je me suis avisé que certains monteurs montaient avec l'oeillet, et non la courbure, coincé dans l'étau....ce qui satisfait ma main droite....et protège l'oeillet des débordements du fil de montage ou de l'excès de vernis susceptibles de le boucher!
Le seul petit inconvénient est la liberté de la pointe de l'hameçon sur laquelle le fil de montage prend un malin plaisir à venir se couper si l'on n'y prend garde et je le garnis d'une petite bille de polystyrène...
.Que les débutants aussi droitiers aussi maladroits que moi pensent à cet artifice qui peut leur faciliter grandement la tâche dans ces circonstances, les séquences se succédant alors DANS LE MËME ORDRE MAIS EN SENS INVERSE

                              

                                     ***************************************

5)Assassine de Pequegnot: c'est en fait une sauvage de Bresson assortie en tête d'une mince collerette de deux tours de hackle de perdrix grise

 

                                                                                

 

              

                        

     

            

 
                            
 
     

Sur la fiche ci dessus, le montage de droite à gauche , de l'oeillet à la courbure prise dans l'étau, demande d'enrouler vers l'arrière, comme pour la sauvage de Bresson, mais la difficulté du montage est nettement accrue dans ce sens et un montage de gauche à droite avec l'oeillet dans l'étau comme pour le sauvage s'avère plus facile!D'ailleurs, Pequegnot dans ce texte ne précise pas où est placé l'oeillet et les dessin ci dessus de sa main est plus conforme à la séquence ci dessous, ......avec l'oeillet dans l'étau...alors......

             

 

                                                                         

                                                                             **********************************                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

6)Araignée double collerette

                                                   ................... de la main du Docteur Juge lui même

en fonction de la taille de l'hameçon et de la couleur du corps et du hackle, elle correspond sur le tableau ci dessus aux numéros

1-5-9-10-13-14 pour les grises et 3-16 pour les rousses

 

C'est sous cette agréable appellation de "mouche exquise"que le Docteur Juge, médecin de campagne à Chamberet, en Corrèze,dit avoir imaginé ce montage en1918!
Sa silhouette d'ensemble, essieu portant deux roues de plume, est délibérément non figurative, constituant en matière de mouche sèche le comble de l'abstractionnisme!

                            

                               

                                                                                 CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR

                                                                                         

  

                                                                                                                                                                                   

 

***********************************

7)L'Oreille de lièvre: Une valeur sure, qu'elle soit noyée sur hameçon caddis , émergente ou sèche, elle ne ressemble à rien et peut tout imiter selon la taille choisie..!

 

                                                       

             
                                                                                         CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR

                                     

                                                            

                                                 

 

 

                                                               

                                                       ***********************                                           

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         

8) Cul de canard              

                                           

   

                        

                                                                                            CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR

                                             

 

************************************

 

9a) La "Simplette à Ludo"

   Ainsi dénommée car montée d'un seul tenant avec une seule plume de CDC, qu'il faut choisir large et bien fournie, par l'ami "Ludo" qui se défend d'en être l'inventeur car il la tient d'un "ailleurs"......d'ailleurs très imprécis.......elle est particulièrement ingénieuse dans sa conception très rationnelle qui devrait séduire les débutants par sa facilité de réalisation, tout en restant au final parfaitement "classique"

                                

                                                                         CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR


 
 

 

                  

 

**************************

 

9b) La "Siren" de JP Dessaigne: une seule plume de CDC encore, nécessairement grande

 CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR

 
 

 

10) Paysanne

                                                                               

Cette première paysanne à un seul hackle roux (pérénisée par JP Comby) donnera lieu ensuite à un montage avec deux hackles identique gris, roux, et noirs(Pelletier) et à une série commercialisée par Ragot avec des variantes associant notamment deux hackles de couleurs différentes , juxtaposés ou mélangés au niveau de la collerette                                                                                                         

                                    

                                 Ci dessous extrait d'un des carnets de pêche de Paul Troel illustré de quelques desssin en hommage à JL Pelletier adepte de la Paysanne à deux hackles de même couleur

                                  

                                                                       

                                            

                                                     

                                                                       

                         

                                                                 

                                                  Ce modèle correspond à la "favorite" de Ragot, alors que la même avec les deux hackles juxtaposés, le noir en tête est dite "Carhaisienne"

      mais il est également possible, en montant "traditionnellement", de corriger une longueur excessive des cerques futurs quand l'enroulement de la collerette en demi palmer est terminé......en "repliant "les hackles vers l'avant de la longueur requise afin de les raccourcir avant de les ramener vers l'arrière: ce pliage en accordéon fixé par les tours du fil de montage permet toutes les corrections et étoffe simplement un peu le corps!                                                                                                                         

                                                      CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR


  
    

                                                                  

Il est possible de simplifier ce montage en commençant par fixer en premier en 1 les pointes des hackles ce qui permet de choisir correctement la longueur des cerques qui peut -être difficile à apprécier lorsqu'on commence par tourner les hackles fixés en 5 par leur base, mais il faut alors soigner particulièrement le montage et supprimer complètement les barbes sur tout un côté de chaque plume

                                                                                                                                                                               

   CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR 

 
   

 

 

*****************************

                                                                                                                                                                                                                                                                             

                                                                                               B/ Les Emergentes

 

11)Émergente d'éphémère CDC

 

 

 

                

 



                               CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR

 

 

 12/ Emergente d'éphémère en poils de lièvre :

 

Excellente mouche "de tous poils(de lièvre)et tous terrains" , elle ne doit pas être confondue avec la très célèbre "oreille de lièvre" à base uniquement de poils de l'oreille plus courts et plus foncés comme décrit ci dessus...sous peine de traumatiser les puristes..!                                                 

                                                      

        

 

                     



                               CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR
  

 

                                                        

                                                                                         

 
    

 

 13/Parachutes:
       a)  Emergente éphémère flottaison basse

                                

                                                                             CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR

 
    

      

                               

                                                          

        b)  La Klinckhamer

Developpée en 1984 par Hans Van Klinken, essentiellement pour la peche du grayling (ombre commun)
sur les rivieres de Norvége, cette mouche caddis représente une nymphe émergente de trichoptère, par une artificielle parachute
dont l’abdomen est sous la surface alors que flotte le thorax et que le toupet blanc la rend très visible pour le pêcheur
Son concepteur au départ, avant que ne soient conçus les hameçons caddis avait tordu l’hameçon d’une
mouche parachute pour en immerger l’abdomen
Le corps sur hameçon de 16 se décline en noir, olive crème, jaune et roux mais le thorax est toujours noir, le parachute
roux et le toupet blanc

 


    

CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR

 
   


       


 *****************************

 

                                                                                                                                

                                                                       C/ Les imitations d'éphémères

                                                                                       (les araignées)

 

20/)Araignée:

 

en fonction de la taille de l'hameçon et de la couleur du corps et du hackle, elle correspond sur le tableau ci dessus aux numéros

1-5-9-10-13-14 pour les grises et 3-16 pour les rousses.

Voici le type même de la mouche provinciale de preneur de poissons qui veut quelque chose de simple, de solide et d'efficace. C'est une mouche de partout en France mais surtout une mouche comtoise grâce à laquelle les grands pêcheurs champagnolais, Gabriel Née, Amédée Gros, Maurice Simonet, Aimé Devaux ont pris des dizaines et même des centaines de milliers de truites, et pas n'importe quelles truites, des truites de l'Ain, qui, sur les parcours publics, sont certainement parmi les plus difficiles qui soient.

 

La Grise à corps jaune peut être tenue pour une mouche d'ensemble évoquant presque tous les subimagos d'éphémères depuis les plus petites olives pâles jusqu'à la mouche de mai ou l'Oligoneuriel1a rhenana si on l'établit en très grande taille, en passant par l'éphémèrel1e et par les ecdyonuridés.

 

 

       

 

  CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR  

 

 

                    

                   Sans doute un mâle en visite à son Harem..!!!

            

La mouche préférée d'Amédée Gros avait un hackle chinchilla gris dont les fibres étaient égalisées à la partie inférieure de la collerette d'un coup de ciseaux réalisant un plan horizontal de sustentation.Les cerques étaient inclinés vers le bas pour tenter de maintenir l'hameçon en dehors de l'eau:

 

 

 

 

                                                                                  

 

La mouche de Simonet n'avait pas de "queue", ou si elle en avait une, ce n'était qu'un embryon fait de la pointe du hackle fixé en tête et enroulé vers la courbure, le noeud final étant fait à l'épaule, ce qui rappelle le montage de la paysanne!Il coupait souvent à l'horizontale la partie ingférieure de la collerette pour accroitre la stabilité!!

La gloire de Neublans de De Boisset, mouche à ombres préférée de Charles Ritz a un corps brun foncé et une collerette et des cerques gris très clairs

La Jean Marie , imaginée par Gabriel Née de Syam et baptisée du prénom de son père a un corps jaune une collerette faite de deux hackles juxtaposée roux et gris et des cerques roux..c'était une véritable mouche de pêcheur professionnel du Jura...!

La Jacotte d'un dentiste compagnonn de pêche d'André Ragot avait un corps noir, une collerette de deux hackles mélangés gris fumé et chinchilla roux s et des cerques roux

L a Loue créée par Gérard de Chamberet et décrite par son complice Léonce De Boisset, appréciée comme mouche à ombres meurtrière par Charles Ritz, cette araignée, de par sa couleur rose champagne, constitue une provocation pour les adeptes des mouches simplement "vraisemblables",

Sur hameçon de 16 à 18, la soie de montage noire constitue un point noir en guise de tête, le corps est en Quill teint en rose champagne comme la collerette en hackle de coq alors que les cerques sont blancs!

Les Mouchettes de la Rivière d'Ain , dont de grands noms comme L De Boisset ont vanté les mérites, avaient la particularité d'être montées sur des hameçons sans oeillet ,

    

21)Araignée avancée: A4 de Devaux                                                                                                                                                                            

Quand on parle mouches artificielles ou fabrication de celles-ci, il est impossible qu'en cours de conversation, on ne prononce pas au moins une fois le nom d'Aimé Devaux ; ses proches l'appelaient amicalement tout simplement Mémé.

C'était un personnage. Il a marqué d'une forte empreinte la confection des mouches artificielles au cours de la deuxième moitié du XXème siècle; tout d'abord parce que c'était un exceptionnel pêcheur, fin observateur doué d'un sens de l'eau extraordinaire et un exceptionnel monteur de mouches artificielles qui ont fait sa renommée, les " Mouches de Champagnole" avec leurs" montages avancés". Champagnole est une petite ville du Jura bordée par l'Ain et à deux pas de La Loue ou du Doubs.

Aimé Devaux s'était lancé dans la fabrication des mouches artificielles dès 1950 avec des ouvrières formées à son école, c'est-à-dire qu'il fallait bien maîtriser la technique du montage " avancé" qui, sans être une découverte - quelques mouches artificielles bâties sur ce principe étaient connues en Angleterre - constituait une grande innovation en France.

C'était pourtant tout simple: la collerette et les ailes si elles étaient présentes, étaient orientées vers l'avant de l'artificielle, à la différence des mouches classiques dont les enroulements étaient perpendiculaires à la hampe ou couchés sur le corps vers l'arrière (mouches noyées par exemple):

Pour réaliser un corps avancé, il fallait deux hackles de coq; ils étaient enroulés séparément près de l'œillet de l'hameçon avant de faire le corps de la mouche: le hackle de tête tout d'abord, puis l'autre à peine plus étroit, juste derrière. Après avoir immobilisé les hackles et coupé les pointes inutiles, le montage du corps pouvait être entrepris avec le fil de montage qui allait former un corps conique, la partie la plus renflée forçant les fibres de la collerette à s'orienter vers l'avant par dessus l'œillet, le nœud final se réalisant juste derrière cette collerette. Il est inutile de préciser que les mouches dressées par cette technique étaient équipées de cerques dans le prolongement du corps qui pouvait être cerclé et qu'il était toujours possible d'y placer des ailes en pointes de hackles dressées ou à plat.
L'avantage de ce procédé est d'obtenir des mouches solides, en toutes tailles d'hameçons, qui se lancent bien et qui dérivent remarquablement sur la surface de l'eau où elles flottent mieux grace à l'orientation de la colleterre  et du fait de l'élargissement du plan de sustentation par allongement du corps par rapport à des mouches classiques. En 1975 ou en 1976, au cours d'une sortie de pêche, en compagnie de quelques amis pêcheurs, j'ai rencontré Aimé Devaux près de chez lui, au Pont-du-Navoy ; il cherchait toujours à améliorer ses productions en tenant compte de la couleur d'ensemble vue du dessous, parce que c'était le plus important pour lui et. .. pour le poisson.

                                                                                                                                                                                                                                                            Charles Gaidy

en fonction de la taille de l'hameçon et de la couleur du corps et du hackle, elle correspond sur le tableau ci dessus aux numéros

1-5-9-10-13-14 pour les grises et 3-16 pour les rousses

 

 

                                           

                                                                           Marc Sourdot Sept 1988

                                                  

                                                  

                                                                                    

                                                                         CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR

 

 
  

 

                                                  

 

                                         

                                                                                                                                                                                         

             

                                                                             

                                                                               Mémé Devaux …………….disait lui même:

 

 

22)Mouche de mai (22 sur le tableau)

                                                                           

                                 


                                                              
                                                                                            
                                                                                            CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR

 

 
                      
  

                                                                                                                           

  

                                                                         

23)Spent: 16 du tableau

                                           
                                     

                                                          
  CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR

 
  

 

                                    
                                 

 

              

24) Spent ailes chevreuil (16) 

                                                

                                                                                   

                                                  CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR
                                
 
   
     
   

                    *****************************                      
                                                                                                                                                                                    

                         D/Les imitations de trichoptères(et plécoptères)

                       (Sedges: 4-8-15)

30)Sedge plume poils:

 

 

                                      

                                                                          CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR


           

 
    

                                                                                 


   



                                             

 

 

La "Mistigri"(3) fut crée en 1965 par Pequegnot pour représenter  dans l'ordre des plécoptères les "Nemoures", que les Anglais imitaient avec leur "Early Brown"!

 

Bruns noiratres, de 1cm de long, apparaissant en début de saison en mars avril en compagnie de Baetis rhodani, Pequegnot avait  remarqué sur la Loue qu'ils étaient pris de préférence à ces dernières comme le lui a confirmé à plusieurs reprises l'examen du contenu stomacal de ses prises!

Par la suite, il constata que ce montage était également parfait pour imiter les trichoptères de petite taille comme Brachicentrus subnubilus , "cul vert" ou "Grannom" gris fumé foncé des Anglais qui apparaissaient également en tout début de saison avec les premières feuilles , et également les bibios et même les fourmis et il en vint à simplifier

 

                                                           

 

                                                                            

                                          

 

 

                                                     

 

 

                     



                                 

31)Sedge  poils chevreuil "le simplex"(horrible...mais efficace..!) monté avec une simple touffe de poils blancs de chevreuil que l'on trouve essentiellement sur la croupe

 



CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR

 

 
    



                

 

Cette "mouche " est une "horreur", rançon de la facilité et de la rapidité de son montage!

*Elle n'est valable que:

-par sa silhouette de sedge en poils, montage Prestavieck (hameçon totalement noyé dans les poils qui l'enveloppent complètement et ne sont pas seulement au dessus)

-et par sa couleur blanche qui la rend visible au pêcheur à la nuit, alors que pour le poisson pour qui elle ne se détache plus sur le fond du ciel que comme une silhouette non éclairée, elle ne peut avoir de couleur....comme toutes les mouches sur l'eau à ce moment tardif
-donc elle n'est utilisable qu'au coup du soir et que dans ces conditions de luminosité très défaillante, quand on ne peut plus distinguer aucune autre mouche ..et la, elle peut faire un malheur...!

Sexymouss a écrit:


hello,

Moche, mais vachement efficace au coup du soir Confused!!
Je viens de "faire un massacre" Questionsur la Roya avec ce plumeau qui flotte comme un bouchon, Smilese voit très bien puisqu'il est blanc et couillonne les truites qui sur le ciel sombre ne le voient se détacher que comme une silhouette sans considération de "couleur"!! Arrow
Comme il faut 30 secondes pour le monter, ce "truc", il ne faut pas s'en priver!! Arrow
Crying or Very sadAu diable les puristes!!

 

 

32)Sedge chevreuil taillè

 

     

 

CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR

 

 
 

 

 

 


         

     .....

 

 

 33)Elk Hair caddis: sedge en poils de Wapiti

                                                                           

      


                            CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR

 
    

        

 

    

 

*****************************

 

         E/  DIPTERES

                 (moucherons, mini moucherons, fourmis..)

 40)Moucherons et minimoucherons: 7-11-19

                                                                          A TOUT SEIGNEUR TOUT HONNEUR:C'est Raymond Rocher lui-même qui s'exprime:

 

                                  

                 

 

                

CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR

 
    



 

 

                             
                                           

 

                                                             
                                                           

                                                                

                                                                                              

 

    

****************************

Cette célèbre Altière du non moins célèbre R Rocher est assez "générique" et
l'ami Didier s'est appliqué, lui , à représenter le gnat, ou plutôt les gnats lorsqu'ils se présentent comme souvent unis "cul à cul".

  
                                                           

41)Fourmi 1 hackle: 19

                                               

                                 

                                                   CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR

 
    


                                                                                                                                                                                                                           
                                                                                                                

42)Fourmi 2 hackles: 19

 

         Image: ffdpvi3.gif

                           
CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR

 
    



                           


             
                                                                                                

43)Fourmi ailée: 19

 


CLIQUER SUR LES PHOTOS CI DESSOUS POUR LES AGRANDIR

 
    

         

                       
                                                                                         

44/ Coléoptère

 
Petit montage simple d'un coléoptère en néoprène noir ou marron (tapis de souris).....mouche insubmersible et qui fonctionne bien, posée sèchement sous la voûte des arbres.
La taille peut varier d'hameçon de 16 à 10, et les truites et chevesnes semblent s'y intéresser tout au long de la saison.