Les grands noms..

Nous connaissons tous des grands noms attachés à la pêche à la mouche...mais entre les romanciers, les auteurs d'ouvrages techniques, les "techniciens" pêcheurs exceptionnels , véritables "sorciers" de Vesoul ou d'ailleurs, les concepteurs et / ou monteurs de mouches commercialisées ou non, .....le distingo n'est pas forcément facile, d'autant que certains cumulent plusieurs de ces talents...!J'ai eu la curiosité d'aller plus avant , avec , pour certains de nos contemporains, l'aide précieuse

de Michel Winthrop et de son ouvrage  "les grandes figures de la pêche"....

afin de rendre à Cesar ce qui lui appartient.............

   Dame  Juliana Berners
1385...........*
(The book of saint Alban 1450-86-96)

Elle est l'auteur du "livre de saint Alban", écrit en 1450 dans le couvent des bénédictines de Sopwel situé près de la rivière Ver qui coule entre deux chalk stream et dédié à Saint Alban, martyre anglais de l'époque romaine.
Elle y aurait été nommée mère supérieure après y être entrée en 1415, à 30 ans..à moins qu'elle n'y ait été que simplement hébergée à l'abri des persécutions qui poursuivaient sa famille ce qui expliquerait qu'elle aurait eu le temps d'aller à la pêche!
Ecrit en 1450, il ne fut publié qu'en1496, sous forme d'un livre de chasse complété par un chapitre de pêche de 23 pages remarquablement écrit qui parle de la pêche comme d'un sport de loisirs dont la finalité très " moderne" n'est pas de prendre du poisson à tout prix , alors qu'au contact de la nature créée par Dieu, l'homme s'élèvera ......

La technique décrit la fabrication de la canne à partir d'une branche de noisetier, de la ligne tressée à partir de crins de queue de cheval et des hameçons forgés à partir d'aiguilles de cordonnier ...!Il fait état également de certains règles d'éthique pleines de bon sens...!
et comporte aussi une planche de 12 mouches sèches suivant les mois, et fidèlement reproduites des siècles durant, par Isaac Walton notamment!

Isaac Walton
1593-1683
"The compleat angler"
(1653)
(Le parfait pêcheur à la ligne

ou le divertissement du contemplatif

Né dans la petite ville de Stafford sur la Sow, affluent de la Trent où il fit ses premières armes de pêcheur, en 1593 de parents "petits bourgeois", il fut à Londres apprenti puis quincailler au commerce florissant , avant de faire en 1626 puis en 1646 pour cause de veuvage, deux "beaux mariages" qui l'introduisirent dans le monde ecclésiastique et littéraire, assez confondus à l'époque!

Pêcheur passionné, il rêve de réveiller ce goût chez ses contemporains puisque la pêche à la ligne est pour lui une sorte de prière, une communion avec la nature et son créateur, et c'est dans la contemplation de la nature que l'on atteint la plénitude d'esprit!

Son ouvrage "The compleat angler"  publié alors qu'il avait 60 ans et pêchait "à fond" et non à la mouche, est considéré comme un des chefs d'oeuvre de la littérature anglaise, le plus réédité à ce jour après la bible et Skakespeare,
La cinquième édition comportait 12 chapitres supplémentaires sur la pêche à la mouche écrits par Charles Cotton, son ami et spécialiste reconnu, " le plus expérimenté des pêcheurs à la ligne que l'Angleterre ait jamais connu pour ce qui concerne et la truite et l'ombre" que Walton, ami de son pêre, de 37 ans son aîné, avait initié, enfant , à la pêche
!

Charles Cotton

Walton se retirera en 1662 au sud de l'Angleterre dans la région plus calme des Chalk Streams autour de Winchester où il décèdera en 1683, à l'âge de 90 ans

 

F.M Halford: la sèche , archisèche mais "exacte"
1844 - 5 mars 1914
(Précis de la pêche à la mouche sèche 1913)

Considéré comme le pêre de la mouche sèche, voire archisèche il a été un peu caricaturé comme le puriste qui ne pratiquait que la pêche amont sur gobages avec la "mouche exacte" et.... parfaitement sèche! Ses débuts à la mouche se feront a 24 ans sur la Wandle river, une rivière que possède un ami de son père où il apprendra à pêcher les gobages en sèche ,une pratique connue mais qui n'en est encore qu'à ses balbutiements.

A 45 ans, ce gentleman renonce à sa vie professionnelle, sa situation familiale lui permet de se dédier totalement à ses deux passions: la pêche et l'écriture.

Il est resté également célèbre en raison de ses différends avec George Eward Mackenzie Skues , l'inventeur de la pêche à la nymphe à vue, de quinze années son cadet, qu'il avait à ses débuts chaperonné ..avant leurs polémiques

De ses cinq livres, seul le dernier écrit en 1913 sera traduit en français: "The dry fly mans' handbook", ( "Précis de la pêche à la mouche sèche") en 1914 par le Fishing Club de France,

George Edward Mackenzie Skues: la nymphe légère de surface
13 aout 1858 - 9 aout 1949
(La truite et la mouche 1921)

 

Ce fut un des plus grands pêcheurs à la mouche de tous les temps, défenseur de la noyée en opposition totale avec Halford champion de la sèche, et inventeur de la pêche à la nymphe a vue sous la surface, et pour l’anecdote , parrain de la T’ups indispensable

…Il sera le premier à comprendre et à expliquer que lors d'une "éclosion", la prise de la nymphe sous l'eau est la première activité, visible ou non, et que ce n'est que plus tard qu'aura lieu la prise en surface. En revanche il ne s'est intéressé qu'a la nymphe émergente nageuse de surface, c'est à dire dans la couche supérieure de la rivière

Son œuvre maitresse date de 1921 "The Way of a Trout whit a Fly", traduction" La truite et la mouche". Passionné par la vision de la truite…, Skues, (borgne lui même), était également, comme Halford, un inconditionnel de la mouche exacte, et un fervent défenseur de la délicatesse de l'approche et du poser..!

 

Léonce de Boisset: pêcheur , écrivain....loi Guillon
(1884-1968)

                                                                                                           

Né le 25 aout 1884 à Notre Dame De Boisset dans la Loire, Claude Auguste Jean Leonce Valette ....choisit Boisset comme nom de plume car il ne tenait pas à ce que son nom de juriste et de gestionnaire soit associé à une oeuvre littéraire.
Industriel Lyonnais Président de la chambre syndicale du cuir, membre du conseil supérieur de la pêche, il faisait partie des" 4 mousquetaires" avec le Docteur Massia, son compagnon de pêche habituel sur l'Ain, la Loue, le Doubs ,De Chamberet et Tony Burnand et consacra tout son temps libre à la pêche! Le succès de son livre "les mouches du pêcheur de truite"  paru en 1939, l'incita à poursuivre : "plaisirs des jours" comme "écrit le soir"... brillent particulièrement à l'horizon de la littérature halieutique...!

Admirateur d'Albert Petit, traducteur de Lord Grey of Fallodon, Leonce de Boisset avec André Gagniard, entre autres, sans lesquels la revue "Plaisirs de la pêche" dont il fut pendant plusieurs années l'éditorialiste, et l'association TOS n'auraient pas vu le jour, apporta son soutien sans limite au Docteur Guillon pour faire adopter en 1962 sa loi interdisant la vente des poissons de rivière, ce qui ne fut pas une mince affaire...!!.

Gerard de Chamberet: Premier grand "facteur" de mouches artificielles
(1887-1941)

 

Né à Dijon,il s'installa en 1928 à Charette !Passionné de pêche à la mouche et de montage de mouche qu'il vendait à quelques clients fidèles. Ami de Léonce De Boisset du Docteur Massia et de Charles Ritz, avec lesquels il conçut ses modèles, il forma au montage plusieurs dizaines d'ouvrières et commercialisa ses mouches à partir de 1930 avec un énorme succès , (au total 450 modèles), tel celui de la série Gallica en France mais également à l'étranger.Après son décès en 1941, son épouse Germaine, qui partageait avec lui cette même passion , poursuivit énergiquement l'entreprise avec l'aide d'une vingtaine de "filles aux doigts de fée" jusqu'en 1976 où cette "Grande Dame de la mouche" la cèda à Pezon et Michel, et c'est le club de pêche sportive Forez Velay qui perpétue la mémoire des mouches de Chamberet en veillant sur les collections qu'elle lui a confiées!
Henri Pèthe lors d'une interview de " Pêche magazine " se souvient qu'il avait remarqué parmi les collections de Chamberet, une sèrie de mouches de Vallorbe, le premier nom des futures "Cul de Canard " ainsi baptisées plus tard par H. Bresson. Les particularités de cette plume n'avaient pas échappé aux fouineurs de Charette. Pourtant ce n'est que beaucoup plus tard que le CDC connaîtra avec Marc Petitjean un succès populaire jamais démenti depuis !

 

Charles Ritz: le refendu, TOS .....Plaisirs de la pêche
(1891-1976)

Envoyé en 1917 par son père, le célèbre fondateur du palace Ritz, au Ritz Carlton de New York pour y faire son apprentissage de l’industrie hôtelière …il revint à Paris en 1927 expert en cannes a pêche !
Il deviendra
le génial inventeur des cannes en bambou refendu, notamment de la série « parabolic », fabriquées par Pezon et Michel dont il fut le conseiller technique ,durant 20 ans les dernières se sont vendues en 1970!
Cet infatigable voyageur a pêché partout, et sa réputation de pêcheur à la mouche a rejoint à travers le monde
celle de son prestigieux hôtel !

Il publie en 1938 un ouvrage co-écrit avec Tony Burnand sous le titre « à la mouche » puis son bréviaire « pris sur le vif » sorti en 1953

Charles Ritz, avec quelques amis, fonde coup sur coup entre 1956 et 1960 la revue "Plaisirs de la Pêche", l'association de protection des eaux et des rivières " Truites Ombres Saumons" et un club réunissant jusqu'à 80 pêcheurs rencontrés à travers le monde, l'International Fario Club.

A touts points de vue...."un grand Monsieur"

 

Tony Burnand: Revue "au bord de l'eau"
(
1892-1969)

Né à Paris de parents suisses, il fut médecin auxilliaire engagé pendant la guerre 14/18.
puis se mit à la mouche artificielle et à l'écriture , et le succès de son premier titre "en pêchant la truite" chez Julliard en 1933 l'incite à créer le 15 avril 1935 sous le titre "Au bord de l'eau" une revue qui devint vite la première revue de pêche en Europe
Suite à seconde guerre mondiale Il devint, avec la complicité de Charles Ritz, un véritable globe trotter de la pêche!
Avec ses amis Léonce de Boisset, le Docteur Barbellion, Charles Ritz, Pierre Creusevaut et d'autres, il lutta et écrivit toute sa vie , dans une cinquantaine de livres sur la pêche, et également sur la chasse, contre les pollueurs, les règlementations piscicoles laxistes, les dégats aux rivières des ouvrages industriels et le désintérêt des pouvoirs publics!

 

Maurice Simonet: Le "Maître"
(1893-1971 )

Maurice, Cyrille, Théodor Simonet naquit le 24 janvier 1893 à Ney au bord de l'ain

Il fournissait les truites à l'hôtel Ripotot de Champagnole, et, par ailleurs, assurait le gardiennage du parcours. de pêche que Gabriel Ripotot louait sur la rivière d'Ain pour ses clients.

Après la mort de son épouse, âgée seulement de 42 ans,Maurice Simonet assuma seul l'éducation de ses enfants De l'ouverture jusqu'à la fermeture de la pêche, il pêchait sans relâche pour nourrir sa famille car le reste de l'année, à son établi, comme son père, il exerçait le métier de sabotier., il succomba très tôt à la mouche artificielle, mode de pêche qu'il pratiqua toute sa vie.

Comme l'homme des temps les plus reculés, à la pêche comme dans les bois, il se déplaçait sans aucun bruit !Il avait confectionné lui-même sa canne à mouche dans une rame de frêne. Le scion en bambou noir prolongeait une perche peinte en vert d'un poids inimaginable, qu'il maniait avec une virtuosité confondante des heures durant. Charles Ritz témoigna d'ailleurs du talent de Maurice Simonet en lui consacrant plusieurs pages dans son ouvrage "Pris sur le vit" publié en 1953. Ebahi par cette canne, certes efficace mais tellement lourde, Charles Ritz lui fit fabriquer une canne de trois mètres en bambou refendu, en trois brins, correspondant à l'action souhaitée, chez Pezon et Michel à Amboise. Maurice Simonet l'adopta et pêcha dorénavant avec ce " nouvel engin", digne de son talent. Bien entendu, il confectionnait lui-même ses mouches. très simples qui se réduisaient à deux modèles: une rousse à corps rouge et une grise à corps jaune, déclinées en teintes plus ou moins soutenues et en deux tailles.

En action de pêche, le maître mot de Maurice Simonet était la discrétion. II n'effectuait que très peu de . faux lancers; la canne, actionnée semi-horizontalement ou en revers, lui permettait de poser sa mouche avec une délicatesse extraordinaire, sans jamais faire passer sa soie au-dessus du poste repéré. Sa vue perçante lui permettait souvent de localiser le poisson et, ainsi, de le pêcher avec intelligence. Lorsque la truite ou l'ombre était ferré, Maurice Simonet le déséquilibrait en le ramenant promptement sur le côté et œuvrait avec son épuisette, avant même que le poisson ait pu se ressaisir et nourrir l'espoir d'une fuite éventuelle. Immédiatement immolé, le poisson était soigneusement placé dans l'immense panier, rejoignant les autres dépouilles.
A son époque, il était le meilleur, il estimait
à l'approche de la cinquantaine en 1945, avoir pris dans l'Ain, en 40 ans de pêche,100.000 poissons dont 2/3 de truites, 1/3 ombres, il fut le maître de Aimé Devaux

Tony Burnand, Charles Ritz, Léonce de Boisset, qui en virent d'autres, en France et à l'étranger, reconnurent en lui une supériorité incontestable. Maurice Simonet a pêché d'autres rivières que la rivière d'Ain, et il y réussit de la même manière. .

Simple sabotier à Ney, discret et humble, il demeure le plus célèbre de nos pêcheurs sans jamais pour autant s'être exposé aux feux de la rampe. Isaac Walton a été baptisé par les littérateurs " père des pêcheurs ". Admettons que si le " père " des pêcheurs est anglais,

le " maître ", quant à lui, est français. Il s'appelle Maurice Simonet

 

Docteur JeanJuge: la "double collerette"
(1901-1965)
Pêcheur de truites

Né à pompadour, il s'installa médecin de campagne à Chamberet en 1930 Grand chasseur, (lièvre au chien courant) grand ripailleur, truculent et haut en couleur, c'était un hôte convivial dont la faconde a pu le faire comparer à Raimu, un entomologiste distingué et un grand pêcheur , véritable "danger public" pour les truites de la Vienne, de la Vézère, de l'Auvézère et d'ailleurs...:65 truites le 13 juillet 1952 sur l'Eau Dolle, affluent de la Romanche en Isère... 1200 truites en 4 mois en 1956 sur la Vézère....il disparut brutalement terrassé par un infarctus un matin de décembre 1965 peu de temps avant ses 65 ans

En matière de mouches seches, il en distinguait trois catégories dont il décrivit le montage dans son livre "Pêcheur de truites" :. les "mouches araignee" en fait des palmers tres touffus, les "mouches exquises" a double collerette dont il s'attribua la paternité dans l'ignorance où il était de l'existence de sa soeur jumelle en Angleterre, la "Fore and Aft" , qui lui valurent a cette époque pendant 30 ans jusqu'en jusqu'en 1950 de beaux paniers pour s'enticher sur le tard de ce qu'il appelait les "mouches exactes" anglaises alourdies par leurs ailes en plumes...

 

André Ragot
1931 André Ragot, fervent pêcheur à la mouche, fonde la société Ragot à Loudéac, en Bretagne.

                                                             

                                                                   

                                                                                                    Naissance de la "Paysanne"

    

Il a démarré la compagnie Ragot avec les 6 modèles de mouche ci dessous, et présentés sur son site par JP Dessaigne  

 

Au début, il fût assisté par sa couturière et proposait ses mouches aux détaillants au cours de ses tournées de représentant en confection! Le succès de ces mouches fût si important, qu'il dût bientôt embaucher une douzaine de monteurs pour suivre les demandes. Toutes ces monteurs de mouches durent monter ces mouches , à l'aide seulement de fils, de ciseaux et de pinces à hackles

                                                                

Née en 1931 la société Ragot crée en 1954 la célèbre "Mitraillette" pour les professionnels de la mer, commercialise en 1969 des accessoires pour le montage des mouches,....En 1971 c'est la création en interne du premier leurre en plastique souple : le Raglou,...........et en 1972 Rapala, le célèbre poisson nageur finlandais, arrive sur le marché français. Il est distribué en exclusivité par la société Ragot qui en 1991 devient filiale du groupe Rapala avec à tête de la division pêhe mouche, JP Dessaigne depuis 1996, et qui emploie 75 personnes alors que les mouches ne sont plus qu'une petite partie des ventes totales du groupe Rapala qui n'a pas cessé de se développer et qui comprend  désormais entre autres
Ragot, VMC et Water Queen et a acquis en 2008 la célèbre marque de cannes à mouches G.Loomis et la marque de fils et tresses Sufix.

Le fondateur andré Ragot est décédé en 1975

 

Franck Sawyer: la Nymphe plongeant lestée: "Pheasant Tail "
(1906-1980)

 

 

Pêcheur hors pair, précurseur de la technique de la pêche à la nymphe lourde à vue ou au fil, garde pêche au bord de l'Avon dans le Wiltshire (Angleterre), conservateur-naturaliste et adorateur de "sa" rivière et de la nature, Frank Sawyer est une figure emblématique du monde de la pêche à la mouche. Il etait également un personnage "public" puisqu'il était également une personnalité de la radio et de la télévision ainsi qu'un écrivain

« IL fallut attendre 1958, avec la publication de « Nymphs and the trout»  traduit en 1969 par R Rocher devenu son ami pour voir chanceler le rempart du purisme traditionnel des inconditionnels de la sèche . Sawyer eut l’immense mérite de simplifier et de populariser la pêche à vue" ou "au fil", à la nymphe plongeante lestée, type "Pheasant Tail " toujours aussi efficace aujourd'hui, et il réussit à en faire admettre l’intérêt et le caractère sportif…

 

Aimé Devaux :les montages "avancés"
(1917-1985)

 

Ebéniste à Champagnole,il fut l' élève de Maurice Simonet de 25 ans son ainé, et comme lui pêcheur professionnel pour nourrir sa famille jusqu'en 1962, date de la loi Guillon!


C'était un "personnage",

-un homme simple empreint d'une bonhomie toute franc comtoise, d'une intelligence très vive, fin observateur et exceptionnel pêcheur (de l'eau jusqu'à la poitrine car sa corpulence lui conférait une grande stabilité: " mémé la loutre" le surnommaient ses amis) ,

-et un exceptionnel monteur de mouches artificielles qui ont fait sa renommée, et celle des " Mouches de Champagnole" avec leurs" montages avancés" car il s'était lancé ,avec son épouse Denise, comme De Chambéret avant lui avec son épouse Germaine, dans la fabrication et la commercialisation des mouches artificielles dès 1950 avec une dizaine d'ouvrières formées à son école avec un succès grandissant qui ne s'est jamais démenti!

                                                                                                           

Aujourd'hui encore, la maison "Devaux" n' a rien perdu de son prestige!

 

Henri Bresson: Le "sorcier de Vesoul", peute et tricolore, mouches d'ensemble mais..archisèches!
(1924-2010)

               2009:H Bresson à la dédicace       et   avec M Flenet..deux "grands" franc comtois!!

Né à Vesoul en 1924, il avait perdu son pêre à 8 ans,  avait découvert et déjà brillé adolescent dans la pêche juste avant la guerre puis avait fui le STO en 1942 , et après s'être enrôlé auprès du Général De Gaule, avait participé au défilé de la victoire à Paris avant de participer ensuite pendant 26 mois à la guerre d'indochine d'où il revint avec d'excellents souvenirs et....une tuberculiose pulmonaire qu'il fallut opérer et pour laquelle il fut pensionné

Exceptionnel Pêcheur, en sèche exclusivement, de truites en Franche comté, il fut " l'inventeur " de la " peute", de la " french tricolore" et plus tard , dans les années 80, de la " sauvage" ainsi que de quelques autres qu'il commercialisa avec bonheur...mais surtout dont il se servit pour "mettre du beurre dans les épinards"  puisque, professionnel comme la plupart de ses collègues de l'époque, il prit et vendit pendant 9 ans en à partir de 1951, environ une tonne de poissons par an, soit 2650 poissons de 400 grammes en moyenne en 1955, à raison de 15 par sortie, avec une prédilection pour les grands lisses en plein soleil où personne sauf lui, ne prend de poisson!!

Négligeant la "mouche exacte" , adepte de la simplicité, il ne créera et ne pêchera qu'avec des mouches d'ensemble et considérera toujours que la recette du succès réside dans 50% de tactique, 40% de technique et....10% dans le choix de la mouche!!

En 1960 il ouvre un commerce d'articles de pêche dans un "chalet" près du pont du Durgeon en plein Vesoul , commence à commercialiser sa propre collection de mouches montées par quelques monteuses de la région, et s'installe en 1965 dans un magasin plus grand tenu aujourd'hui par son fils Jean PAul!

Dans le droit fil de Halford, pour lui la mouche sèche est "la reine des pêches" et s'il a essayé la nymphe à vue une dizaine de fois au mois d'aout pour "expérimenter", il déclara:

"C'est relativement facile et meurtrier. Cela ressemble autant à la pêche à la mouche qu'une fanfare de patelin à un orchestre symphonique!!"

Après avoir Parrainé le 1 juin 2009 le congrès des "chevaliers de l'archisèche" sur les bords du Breuchin qu'il avait tant pêché,

Il est décédé récemment le 23 aout 2010 à Vesoul à l'âge de 86 ans!

Mais son copain d'enfance et inséparable compagnon de pêche Michel Goux, parrain de la peute, est lui toujours bien vivant et alerte au bord du Breuchin qu'il pêche toujours en ce 27 juin 2011


Jean Louis Pelletier :la défense de l'environnement

1925-1992

Né dans l'Oise en 1925, d'abord ajusteur à la SNCF, cet autodidacte devenu ingénieur fut un spécialiste européen des ultrasons et professeur à l'école des Arts et métiers de Paris, mais il fut également un grand pêcheur à la mouche d'après guerre et un pilier de l'association TOS où il entra en 1970 pour y défendre la nature et particulièrement les rivières à travers le droit de l'environnement dont il était devenu également un spécialiste !
Il collabora à de nombreuses revues de pêche dans lesquelles furent publiées des "nouvelles"  réunies avec bonheur dans un livre de qualité et aujourd'hui très recherché sous le titre
"les nouvelles du moulin"
Il fut en 1972 le co-auteur avec B Audouys du petit livre "je monte mes mouches en 15 leçons " qui me guida pour mes premiers montages et dont la qualité le révéla au monde des moucheurs, tout comme ses autres écrits sur la pêche au coup en 1958,, la pêche en noyée en 1977 , technique dont il représente une "référence" et en 1982 "pêche à la mouche sèche"!

Défenseur opiniatre de l'environnement , fort en gueule, il fonda au sein de TOS une commission "Pollution et nuisances" et poursuivit lui même, avec succès et sans l'aide d'avocats, les contrevenants qu'il n'hésitait pas à prendre "sur le fait"  au bord de l'eau!!
Il fut également l'auteur de plusieurs articles sur la bas de ligne "mathématique" dans lesquels il détaillait et mettait en application les lois physiques présidant à son déploiement optimum..!

Il aura eu la puissante stature d'un homme simple et humble qui parlait franc et droit!

 

Raymond Rocher: La bible en "confidences"

1929

R Rocher, qui habite Tain l'Hermitage dans la vallée du rhône, était professeur d'Anglais et a écumé sa vie durant toutes les rivières de France , mais également d'Autriche et d'Angleterre, en sèche et à la nymphe qu'il a ramenée en France en 1964 après avoir lié amitié avec Franck Sawyer auquel il a dédicacé son premier livre technique,


la "bible" des années 1970 "confidences d'un Pêcheur à la mouche!!

Il sera l'auteur de plusieurs autres ouvrages moins techniques et plus intimistes , le dernier publié en 2008:
"Confidences d'un moucheur impénitent"

 

 

Jean Louis Poirot:

pêche courte en revers et montage "à l'envers"

1932-2006

  

 

Né en 1932 dans les vosges près de Remiremont, après un engagement dans le marine, il découvre la Lozèrz et la vallée du Lot, se forme seul , par l'observation, à la pêche et au montage des mouche "à l'envers" en tenant l' hameçon par l'oeillet comme il a vu faire les "anciens" du coin!

Après avoir vécu de la vente de ses truites avec des journées de 12 heures de pêche, il mit au point une soixantaine de modèles de mouches après dix années "d'apprentissage"...mais en1979 sa collection compte plus de 200 modèles tous sortis de ses doigt!

Entre 1985 et 1988 il publie dans "la pêche et les poissons", des articles faisant foi de son expérience de "surdoué"  franc, détaché, fataliste et passionné qui a forcé l'admiration de tous ceux qui l'ont connu.....et la technique Poirot a eu ses émules:

"c'est Jean-Louis Poirot qui m'a influencé à fond, d'abord parce que ses articles qui paraissaient dans La Pêche et les Poissons à la fin des années 80 ainsi que l'émission Histoire naturelles m'ont donné envie de découvrir la PALM, et ensuite parce que j'ai eu la chance d'apprendre la PALM avec lui, et enfin parce que ses mouches sèches sont magnifiques (et efficaces).
Il ne pêchait qu'en sèche sur des rivières de montagne ou de Piémont, très près, quasiment sans faux lancer
. Quand on le voit pêcher, on a l'impression que la PALM est vraiment d'une simplicité incroyable, et que toutes les truites n'attendent que le moment de venir se pendre à une mouche. C'est une autre histoire quand on prend la canne.
C'est le pêcheur type qui ne coupe pas les cheveux en quatre et qui privilégie l'efficacité au chichi, le contraire de ce que l'on peut parfois voir ou lire par ci par là ! Je ne pense pas que de nouveaux pêcheurs de la trempe de JLPoirot ou BRESSON ou DEVAUX émergent de nouveau , tout simplement parce que pour eux la pêche était leur gagne pain et il fallait que celà reste simple et efficace."

Canne courte de 6 pieds, soie de 5 ou 6, donc lourde pour bien faire travailler la canne avec des lancers courts, de préférence en revers car "lorsque le revers est maitrisé, tout le reste est facile."..bas de ligne court évidemment, pour pêcher en sèche non pas les gobages, assassinat trop facile d'après lui, mais seulement les postes et en trouvant "la mouche" du moment montée "à l'envers", oeillet pris dans l'étau....ou entre le pouce et l'index....!!

Il ne passait en noyée ou en nymphe que lorsque la sèche qui était sa pêche de prédilection, ne "marchait pas"

Il a laissé à ceux qui l'ont connu un souvenir impérissable!

.

Pierre Miramont : entomologiste "autodidacte"

1933

 
  
En compagnie de Michel Flenet, champion de montage
 

       "Pâtissier chocolatier pêcheur entomologiste autodidacte"  dans le Tarn et Garonne, passionné par les macro invertébrés d'eau douce, particulièrement les éphémères sur lesquels il travailla toute sa vie, c'est lui qui a baptisé du ravissant terme de "Hyalinité", la transparence particulière requise par les hackles pour évoquer au mieux celle des ailes des imagos de mouches naturelles. Monteur d'une habileté diabolique qui lui permet encore à 79 ans en 2011 de monter "à la main" sans étau ni aucun autre instrument, des moucherons sur hameçon de 24....il est le créateur d'une mouche diaboliquement simple et efficace  qu'il baptisa du nom de son ami Georges Laiman,....son franc parler fit merveille dans les nombreux articles de sa main parus dans les revues de pêche, et il garde aujourd'hui encore son énergie et sa passion pour l'entomologie!!

et ses deux livres sont encore d'actualité et très recherchés.

L'entomologiste sur le terrain

l'entomologiste et ses travaux


Le monteur " tout à la main"

Le pêcheur

JP Pequegnot: La bible de l'art de la mouche.....

1935

Le Docteur JP Péquegnot né en 1935, était pédiatre à Besançon où il est désormais retraité. Après avoir pêché toutes les rivières de france et de Navarre en vendant son poisson comme tous ses collègues à l'époque, il explora aussi l'Autriche, l'irlande et l' ancienne Yougoslavie, mais également le golfe du Saint laurent au Quebec à la recherche du Saumon.

Il ne pêche quasiment plus qu'en réservoir, sa santé ne lui permettant plus d'arpenter les rivières comme autrefois et, alors que son collègue et ami R Rocher, de 6 ans son aîné, pêchait surtout dans l'Ardèche, la Haute Loire et la lozère , il était lui très "Franc- comtois"......Loue, Doubs, Dessoubre!

Il a publié plusieurs livres jusqu'en 1990, mais son titre princeps " reste son premier:: " l' 'art de la pêche à la mouche sèche"  paru en 1969, une vraie bible également parue quasiment en même temps que celle non moins prestigieuse de R Rocher!

 

André Terrier : ATT, ATE..... "Destination pêche" et ...compétition

1944-1996.

 Instituteur éducateur à Crotenay sur les bords de l'Ain,homme de coeur et de passion, excellent pêcheur à la nymphe lourde, créateur des séries de nymphes et d'émergentes ATT , ATE et ATO commercialisés par la maison Devaux, président de fédération, compétiteur aux championnats du monde avec l'équipe de France jusqu'en 1991 , il réalisa également les émissions télé sur France 3"destination pêche" qui ont marque tant de pêcheurs, avant de disparaître trop tôt à l'âge de 51 ans

 

Jean-Pierre Guillemaud dit "Piam" : petite nymphe ...grands voyages..

(Pêcheur Inimitable A la M ouche)

 

..." .................et bien sur PIAM absolument intouchable en NAV qu'il ne faut surtout pas essayer d'imiter mais plutôt s'inspirer de sa technique ou mieux de son experience ...on ne peut pas imiter l'instinct..."

Jean-Pierre Guillemaud né à Saint-André d'Aussiat (Ain) , plus connu sous son sobriquet "Piam" qu'il porte depuis l' enfance taquinait déjà alors comme beaucoup d'entre nous, le goujon dans les ruisseaux alentour !

"depuis que je marche, il faut que je pêche".

La révélation lui vient, comme à Henri Bresson, le jour où il voit un pêcheur à la mouche en action et n'a de cesse d'apprendre la pêche des gobages en surface mais réalise vite qu'avant d'éclore la mouche est une nymphe qui monte du fond en surface et qu'elle est alors très vulnérable  pour les poissons qui en profitent "sous l'eau"
Baladin pendant vingt ans, la guitare lui laisse du temps libre pour aller à la pêche
, et il " invente"  alors la pêche à la nymphe dont il deviendra une référence incontournable!. C'était dans les années 70 , alors que « Nymphs and the trout » du génial Frank Sawyer, venait d'être traduit en français en 1969 par Raymond Rocher

Au début des années 80,  totalement acccaparé par la pêche il fait breveter ses nymphes, crée des mouches, développe le matériel  comme les cannes "Pian concept", les soies, les moulinets, écrit dans les revues de pêche, et s'investit dans les plans de gestion des rivières

En compagnie de André Terrier Il fut membre de l'équipe de France, ,avec laquelle ils ramenèrent, en 1983 d'Italie et en 1985 de Pologne , successivement une médaille d'argent puis de Bronze aux championnats du monde....c'est un véritable artiste de la nymphe qui pêche quasiment "sous la canne " d'un coup de poignet magique avec un bas de ligne de 6mètres, pointe 6 ou 8 % et de minuscules petites nymphes sur hameçon de 20 au corps en fil très coloré, rouge, vert, orange , sans plumes ni poils , à tête noire et généreusement vernies avec lesquelles il a fait des miracles

Il a racheté en 2000 l' entreprise " PAC VOYAGES"  devenue " PAC VOYAGES" ET PIAM " pour mettre son expérience et ses compétences au service des pêcheurs désireux d'explorer avec leur canne tous les recoins de la planète où il les accompagne quasiment partout en tant que "spécialiste du voyage de pêche sur mesure et d'aventure à travers le monde" -jusqu'à la conquète du Tymen en Mongolie - des saumons du pacifique en Alaska - des Bonefishes de Cuba et du saumon atlantique sur la Presqu'île de Kola !

Cours de montage en Mongolie avec Michel Flenet

 

Jean-Pierre Comby

Livres de pêche-Chroniques-articles

 

Né en 1942, à Rodez, ancien professeur d'électricité aujourd'hui retraité ... c'est avant tout un amoureux de la nature, un pêcheur "multicartes" du Tarn aux Pyrénées en passant par la Lozère et le cantal, de l'Irlande à l'Argentine et à la Slovénie sans oublier lAlaska ....et aussi bien mouche rivière que carnassiers aux leurres.
C'est également surtout un écrivain de la pêche...
Il a été chroniqueur halieutique à une époque ou il y en avait peu, pour quasiment toutes les revues de pêche, il a même animé "Monsieur Pêche " sur FR3, la première émission télé sur la pêche.. et il est actuellement journaliste notamment au Chasseur français, au Pèlerin Magazine et à Pêche pratique!

Moins passionné par le montage que par l'écriture, il  a inventé le terme de " pêche à la moche" et résume ainsi l'essentiel de ses convivtions:

******************

:"Je préfère une bredouille en sèche qu'un plein panier à toute autre technique". -

Philosophie : "Je pêche à la "moche", c'est à dire que j'ose affirmer que plus la mouche est laide artistiquement, tout en obéissant à une logique d'imitation naturelle, plus elle est efficace.

Ma devise: "si le poisson refuse ta mouche, change de poisson... et reviens plus tard avec la la même mouche".

Certitude : "après avoir fréquenté beaucoup des plus grandes célébrités de la pêche en France, les véritables leçons de pêche profitables sont presque toujours données par les meilleurs pêcheurs locaux anonymes". -

........................Question bas de ligne, l'expérience me prouve qu'avec les cannes et les soies modernes la construction du bas de ligne est totalement anecdotique et que, mis à part de mettre le plus gros brin en pointe et le plus fin suite à la soie, (bas de ligne inversé !) on ne fait pas d'erreur majeure.
Moins il y a de brins, donc de noeuds, mieux c'est.
La dégressivité a surtout pour but de limiter le vrillage, mais pour les eaux rapides
j'ai longtemps utilisé (en solitaire) un bas de ligne monobrin en 16 ou 14/100 de 2,50 à 3 m de longueur, sans souci majeur.
Actuellement je pêche toujours et partout avec un bas de ligne court de longueur variable (2,50 à 4 m, rarement plus). en trois brins (parfois 2...
           *Ma pointe fait invariablement entre 0,8m et 1 m en 14/100 et je divise le reste en deux avec
          * un premier brin d'attache en Maxima 30/100 et
           *un inter en Maxima 17/100 (pourquoi 17 ? Maxima ne fait pas du 18...).

Evidemment la pointe de la soie prend pour moi une importance majeure. Plus elle est fine et mieux elle s'adapte au bas de ligne moëlleux. Globalement
          *en soie synthétique 0,8 à 0,9 mm maxi quel que soit son numéro.
          * en soie naturelle la pointe devrait posséder un diamètre de 0,6 à 0,8 mm maxi et
     
Les soies "truite" qui dépassent 0,8 mm sont pour moi inutilisables car il y a trop de cassure entre la soie et le bas de ligne. Le profil de soie DTR comporte une pointe extra fine qui permet de faire des posés extrèmement discrets.Sa première pointe de 2m est très fine, 0,5 mm de diamètre, la 2ème 0,8 mm de diamètre



Signe des temps : en concours "mouche" de haut niveau: Les compétiteurs ont abandonné le bas de ligne classique. Ils ont une pointe en 0,10/0,12 de 1 à 2 mètres, reliée directement à un monofilament (un peu bricolé) en 18/100 environ, ce qui donne un bas de ligne continu de 8 mètres (valeur réglementaire maxi) qu'ils déploient habilement sans sortir un seul bout de soie!

 

J'ose prétendre que le bas de ligne en 10 brins, (un peu plus un peu moins) fait partie de la préhistoire de la pêche à la mouche !
On fait bien mieux avec bien moins.

Associer au modernisme des cannes, des soies des moulinets, des artificielles du matériel en général,..... des bas de ligne antédiluviens, .....cherchez l'erreur...

Une vie bien remplie à 100 à l'heure, même en retraite. C'est l'envie et la passion qui comptent !

**************************


Bricoleur, c'est également un excellent accordéoniste qui anime très souvent gracieusement des bals et des thés dansants pour récolter quelques sous pour faire fonctionner le club mouche dont il fait partie à Millau !

*************************

Parmi ses publications dont plusieurs illustrées par lui même:

Les Pêches fines de la truite 1983

Rivières, ruisseaux, lacs en Aveyron 1985

la mouche sèche en eaux rapidesen 1985

La pêche , Poissons, matériel, belles pêches, écologie Jean-Pierre Comby, Jérôme Desbordes :03/1997

... La pêche 11/1997

Rêves de pêcheur 1998

 

Jean Paul DESSAIGNE
passionné de la pêche à la mouche et monteur exceptionnel

 

          Avec son ami Michel Flenet   

                    A "pied d'oeuvre"
         
   

Né dans les années 60 près de l'Allier à l'époque où elle était un paradis pour les pêcheurs de saumons et autres, il aborde la pêche tout gamin en accompagnant son pêre en été à la pêche aux blancs à la nymphe de mouche de mai, jusqu'à l'âge de 15 ans! Il a alors la révélation de la pêche à la mouche au cours d 'un premier essai de la canne à mouche toute neuve d'un ami lors d'une éclosion de mouches de mai qui lui permet de piquer un gros poisson!!

Conquis, il est vite équipé "mouche" , pêche les blancs en attendant l'ouverture de la truite, et deviendra un véritable autodidacte de la pêche mais également du montage car selon son propre aveu, le savoir des ainés, que ce soit en matière de pêche ou de montage restait jalousement gardé à une époque qui n'était pas à l'enseignement ni au partage, ce qui manifestement l'irrita et l'incita, devenu lui même un spécialiste du montage à la compétence universellement reconnue, à dévoiler généreusement tout son savoir aux débutants

et leur à offrir un site internet d'une qualité rare

" Mon plaisir était de montrer tous mes secrets et complexités de montage. "

Il en vint à gagner plusieurs concours nationaux de montage de mouches malgré la difficulté de l'époque à se procurer des matériaux de qualité....en pillant les poulaillers locaux!!

Après avoir été en 1996 à la tête des 75 personnes de la division "pêche mouche"  de la société Ragot qui a rejoint ensuite le groupe Rapala ,il vit en Bretagne et travaille désormais chez Ardent Pêche qui commercialise ses mouches en lièvre

 

*******************************

ET POUR CITER QUELQUES UNES DE SES VERITES /

Ma passion pour les mouches à saumon classiques est due à leur beauté et complexité, mais ma plus grande difficulté était de trouver des matériaux de qualité.

Depuis que je travaille dans le monde de la pêche à la mouche, les matériaux ont évolué, la plupart du temps pour les montages destinés à la truite. Les matériaux synthétiques sont très populaires maintenant, mais les matériaux normaux auront toujours leur place dans le monde de la pêche à la mouche. Le mélange des deux matériaux donne des choses très intéressantes.

Le secret pour monter des mouches réussies est de pratiquer, pratiquer, pratiquer, pratiquer.
Avant n'importe quel montage, il est important de bien préparer ses matériaux, c'est-à-dire, lavez toutes vos plumes pour leur donner leurs formes normales.

Quand je me prépare à monter une mouche, je n'ai aucun plan d'ensemble en créant avec les matériaux que je possède sur le moment.

Je ne monte pas que des mouches d'exposition, mais également de mouches de pêche, mais je trouve monotone de monter toujours la même mouche et à plusieurs reprises encore.

Chaque mouche que je monte est un spécimen unique. Jamais montant deux fois le même modèle.

En dépit de mon expérience, je peux assurer aux débutants que je dois quelquefois détruire une mouche en court de montage et recommencer depuis le début.

Avis aux débutants : Je suggérerais à un débutant de pratiquer avec peu de plumes de qualité et de garder les matériaux meilleurs pour quand il aura maîtrisé les techniques.

 

Michel Flenet

Champion du monde de montage (1999)

Franc Comtois né en 1959, devenu sourd à l'âge de 1 ans, champion du monde de montage de mouches artificielles au Mustad de 1999, "Michou" réside à Mandeure à 300m du Doubs au sud du pays de Montbéliard où il travaille depuis 1981 comme technicien chez Peugeot!

D'abord pêcheur au toc des torrents savoyards lors de son séjour à l'école des sourds de Chambéry, il commence à 17 ans la pêche à la mouche sur le Dessoubre à Saint Hippolyte et pendant 6 mois de congé maladie en 1984 il se met au montage de mouches..............et deviendra , après 9 participations au championnat du monde de montage et 3 places de second , enfin champion du monde en 1999!

Amoureux du Doubs à Goumois, il n'y fait pas le coup du soir faute de pouvoir entendre les gobages dans la nuit qu'il occupe en fouillant l'univers avec son téléscope, son troisième vice après la pêche et la photographie comme en témoignent ses superbes photos de nymphes et de leurs différents stades d"'évolution qu'en entomologiste passionné il étudie encore et toujours...

Ami de tous les "grands noms" de la pêche, Bresson, Piam, Terrier, Somaré, Miramont,..... il considère JP Dessaigne comme son "presque frère" et il a écumé, souvent en leur compagnie, toutes les rivières de l'hexagone dont il sait également s'éloigner pour présenter ses montages ou répondre aux invitation de ses amis et pêcher en Suisse , Italie, Espagne, Grande Bretagne, Grèce, Norvège ,Quebec, Sénégal, Floride ou aller pêcher le Taimen en Mongolie, le Bonefishs à Cuba, les bonites et les coryphènes à la Réunion, l'ombre en Pologne....*

Il anime de plus chez lui à Mandeure l'école de pêche dont la qualité ne fait aucun doute compte tenu de celle de son site internet

Charmant compagnon, Michou n'est pas avare de ses conseils qu'il dispense au gré des forums qu'il fréquente et où il est écouté et respecté en tant que "consultant" au sujet des montages qui lui sont présentés et ses critiques, parfois rudes, sont toujours judicieuses et à ce titre religieusement acceptées, ce qui ne l'empèche pas d''être au bord de l'eau d'une espièglerie qui fait le bonheur de ses compagnons lorsqu'il   décide de "faire le pitre" grâce à ses qualités de mime désopilant...en prouvant que son "handicap"..ne l'empèche pas le moins de monde de communiquer.....loin de là!!!!

Le "Champion " en pleine démonstration de "guignolade" lors d'une de nos réunions au bord de l'eau, le jour de son 50ème anniversaire

 

Marc Petitjean

Le magicien du "cul de canard"

 

Marc Petitjean, né à Troyes mais installé en Suisse à Fribourg depuis 1978, est venu au montage de façon fortuite lorsque, en cherchant à monter pour un des ses amis une mouche sèche d'excellente flottabilité , il utilisa uniquement le matériau local, les plumes de croupion de canard, employé depuis les années 1920 en Suisse dans le montage de la "mouche de Vallorbe"!

Ce fut le premier modèle de sa future collection, puisque, encouragé par la réussite de ses premières mouches, il devint en 1990 monteur professionnel de mouches tout "cul de canard", (appellation immortalisée bien antérieurement par Henri Bresson qui en avait déposé la marque,) y compris les corps et les ailes montées en V car, à part le fil de montage, il n’utilise aucun autre matériau.

Il a également mis au point d'une petite gamme d'outils innovants, comme son superbe étau,

Ce "Pape du CDC" , dont les productions sont devenues célèbres et incontournables dans les boites de tout pêcheur , initia en 1996 une rencontre internationale “cul de canard” au lodge de la Piquette, sur la Loue, et au moulin du Plain sur le Doubs, et a fait connaître le CDC jusqu'au Japon, aux USA et en Australie..

Henri Testanier

Champion du monde de montage (2002)

J'ai eu la chance de rencontrer à deux reprises lors de son exposition à Saint Lary Soulan les 24 et 25 aout 2013 ce "grand du montage" , dont les qualités de monteur n'ont d'égales que sa gentillesse et sa modestie..!

 

 

 

mercredi 18 septembre 2013 09:39

"..... D'abord je voudrais vous remercier pour m'avoir associé à ces ''grands'' de la pêche, du montage et de l'écriture. Je ne m'y attendais pas et cela m'a fait un immense plaisir. Vous n'avez rien à revoir, tout ce que vous avez écrit est parfait......

                                                                                                                           Testanier Henri